Alain Soral condamné : en France ironiser sur la Shoah conduit à la prison

0
137

A rebours du bon sens, le polémiste franco-suisse Alain Soral a été condamné hier à trois mois de prison ferme pour contestation de crime contre l’humanité et injure raciale, pour avoir publié sur son site internet, Egalité et réconciliation, un dessin humoristique jugé négationniste.

En avril 2016, après les attentats de Bruxelles du 22 mars, le site Egalité et Réconciliation avait publié un dessin représentant une « une » titrée « Chutzpah Hebdo » (allusion à Charlie Hebdo) le visage de Charlie Chaplin devant l’étoile de David, avec dans une bulle « Shoah où t’es? ».

© DR. L’illustration litigieuse était intitulée « Chutzpah Hebdo – “Shoah où t’es ?” » 

Pour le tribunal correctionnel de Paris, cette question, ainsi que la mention « historiens déboussolés », « traduisent qu’il serait légitime de s’interroger sur l’existence de la Shoah » et « reflète et insinue chez le lecteur que l’idée que la Shoah serait non une réalité indiscutable mais une fabrication de l’esprit ».

L’essayiste est par ailleurs condamné à payer quelque 12 000 euros à diverses parties civiles telles que l’Union des étudiants juifs de France, la LICRA, Avocats sans frontières, SOS racisme.

Le même jour, dans le procès l’opposant au dentiste blogueur Salim Laïbi, Alain Soral a été condamné par le tribunal correctionnel de Marseille à 2000 d’amende pour « diffamation », pour avoir tenu en janvier 2015 sur sa page Facebook le propos suivant : « On ne l’entend plus le dentiste obèse. Il n’appelle plus au djihad anti-gaulois. C’est pourtant sa ligne depuis des mois. »

« C’est une discussion entre polémistes, a indiqué Fabrice Castoldi, président du tribunal, néanmoins la liberté d’expression invoquée a des limites et elles ont été dépassées. » Le tribunal a ainsi écarté l’argument de l’avocat d’Alain Soral qui estimait que « les propos [incriminés] n’ont pas excédé les limites de la liberté d’expression ».

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*