Alexandre Gabriac convaincant et authentique devant RH

0
313

C’est devant un public d’une soixantaine de personnes – et de plusieurs générations: le plus jeune « participant » était un poupon de huit semaines que sa mère serrait contre son sein; et trois dames dans l’assistance affichaient probablement la septantaine – que le jeune nationaliste français Alexandre Gabriac (27 ans) s’est exprimé hier soir dans l’antre de Résistance Helvétique, à Aigle, sur le thème « Vivre en Européen dans un continent qui ne l’est plus ».

Elu au conseil régional de Rhône-Alpes sur la liste Front national en 2010, devenant à cette occasion le plus jeune conseiller régional de France, Alexandre Gabriac a captivé l’auditoire de son parcours militant hors du commun. C’est à l’âge de treize ans, a-t-il confié, que s’est éveillée en lui une conscience politique. Les Romands connaissent l’actuel cadre du mouvement catholique Civitas surtout pour sa proximité avec l’homme politique Bruno Gollnisch (FN) et ses nombreuses apparitions dans les médias français en 2013 contre le « mariage pour tous ».

Un sentiment de malaise a parcouru l’assemblée lorsque le conférencier a révélé être bien fiché une huitaine de fois par le Service de renseignement de la Confédération (SRC) pour ses activités politiques en France. « L’important est de rester soi-même », a lancé plus tard Alexandre Gabriac, rappelant l’héritage civilisationnel singulier des Européens, un héritage qui doit servir de guidance à tout militant à une époque où c’est à l’homme blanc et à sa culture que l’idéologie multiculturaliste sape les fondations.

A.B.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !