Annemasse (FR): Michel Monnier, 87 ans, est mort, massacré par derrière par une racaille

0
244

Il rentrait du marché après avoir fait quelques courses. Il avait 87 ans, Michel Monnier. Il était heureux car en excellente santé pour un octogénaire qui avait subi un « accident vasculaire cérébral » en 1998, dont il s’était bien remis. Il espérait une fin de vie tranquille en compagnie de son épouse, Janine, 85 ans.

Tout ce que souhaitait ce « vieux couple » était de s’endormir une nuit et de ne pas se réveiller le lendemain, quitter ce monde devenue fou en douceur, sans souffrances.

Ils n’ont pas eu cette dernière chance.

Ce 19 juillet, alors qu’il rejoignait son domicile, rue Pasteur, en plein centre-ville et qu’il sortait de l’ascenseur, une racaille l’attendait sur son palier, lui a asséné un violent coup derrière le crâne qui lui a brisé net la première vertèbre cervicale.

Michel Monnier est mort dix jours plus tard, dix jours d’agonie et de souffrances.

Mariés avec Janine depuis 1956, Michel était revenu de la guerre d’Algérie où il avait servi comme radio. Ils avaient créé la Société Monnier Moteurs, spécialisée dans la fabrication et l’entretien de moteurs électriques.

50 années de leur vie au service de l’industrie locale.

Michel travaillait quelquefois sept jours sur sept pour dépanner et le couple n’avait jamais pris de vacances.

Michel subsistait grâce à sa « magnifique » retraite de 700 euros/mois, alors qu’il avait fait vivre jusqu’à dix employés, qu’il payait avant de se payer lui-même !

Janine, une femme forte et de caractère, va tenir le coup pour son fils, Thierry, et son petit-fils. Pour elle la vie s’est terminée ce 19 juillet de malheur, elle attendra de rejoindre Michel.

« La mort de Michel Monnier est une tragédie. Il a été tué lors d’un acte d’une lâcheté rare » se désole Michel Boucher, premier adjoint d’Annemasse, qui exprime sa sourde colère et une profonde tristesse après ce meurtre sauvage.

L’agresseur de Michel Monnier, un individu grand aux cheveux noirs et âgé d’environ 35 ans, n’a pas encore été appréhendé.

Les enquêteurs ont examiné les images de vidéosurveillance de la Place de la Libération, toute proche du domicile de la victime, espérant identifier le meurtrier.

Il sera arrêté tôt ou tard.

Cette racaille a donné la mort à un innocent, a détruit des vies, mais lui, après quelques années de prison, sortira libre et vivant, puisque la peine de mort n’existe plus… et c’est bien dommage !

Source : Lagauchematuer.fr  / Manuel Gomez

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !