Après le « oui » à 51%, Erdogan évoque un référendum sur le rétablissement de la peine de mort

0
422

Après dépouillement de 99% des urnes, les résultats du référendum sur une réforme renforçant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan donnaient ce dimanche soir le oui en tête à seulement 51.34% selon l’agence Anadolu.

Les deux principaux partis d’opposition, le CHP et le HDP, dénoncant une « manipulation », ont annoncé qu’ils allaient contester les bulletins provenant d’une importante partie des urnes. Est vivement crtitiquée une mesure annoncée à la dernière minute par le Haut-Conseil électoral turc (YSK), considérant comme valides les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote dans lequel ils ont été glissés dans l’urne.

« Ce que diront Hans ou Georges ne nous intéresse pas »

Selon plusieurs sources, dont l’AFP, le président turc aurait évoqué à l’issue du scrutin d’aujourd’hui un référendum sur le rétablissement de la peine de mort.

Depuis le putsch avorté du 15 juillet, qui a conduit à l’arrestation de 50’000 personnes et le renvoi ou la suspension de 110’000 fonctionnaires, Recep Tayyip Erdogan a déclaré à plusieurs reprises qu’il approuverait le rétablissement de la peine capitale en cas de vote du Parlement en ce sens. Il avait même évoqué en février un possible référendum sur le sujet.

La peine capitale a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d’Ankara à l’entrée dans l’Union européenne, et son rétablissement marquerait la fin des négociations sur cette adhésion. « Ce que diront Hans ou Georges ne nous intéresse pas », avait-t-il lancé le 18 mars dernier, utilisant deux prénoms dont il se sert généralement pour désigner l’Europe. « Que dira mon peuple ? Que dira le droit ? Voilà ce qui nous importe. »

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*