Cheddar Man – L’histoire du plus ancien britannique à la peau foncée pourrait ne pas être vraie

0
613
Peut-être vrai. Peut-être pas vrai. Image London Natural History Museum/Handout/EPA-EFE/REX/Shutterstock/Channel 4/Plimsoll Productions.

Colin Barras, dans New Scientist.

Cheddar Man, le plus ancien britannique jamais connu qui vivait il y a 10 000 ans avait la peau marron foncé et les yeux bleus. C’est du moins ce que des douzaines de médias ont rapporté, y compris le nôtre, être des faits. Mais au moins l’un des généticiens qui a effectué les recherches dit que la conclusion est moins certaine, et selon d’autres, que nous ne sommes même pas près de connaître la couleur de la peau d’un être humain ancien.

Le squelette de Cheddar Man a été découvert en 1903 dans une grotte du sud-est de l’Angleterre, où il a séjourné pendant 10 000 ans.

Jusqu’ à il y a quelques semaines, il avait toujours été représenté avec une peau pâle. Cela a un certain sens, étant donné que les gens vivant aux latitudes nordiques ont souvent la peau plus pâle.

La peau de l’Homme de Cheddar pourrait être plus pâle qu’imaginé.

Mais la nouvelle analyse d’ADN suggère que le Cheddar Man a peut-être eu la peau foncée. La plupart des journaux ont dit que sa peau était « sombre à noire ».

Gènes révélateurs

Pour le montrer, des chercheurs, dont Susan Walsh de l’Indiana University – Université Purdue Indianapolis, ont lu l’ADN de Cheddar Man. Walsh avait aidé à mettre au point un modèle qui tente de prédire la pigmentation des yeux, des cheveux et de la peau d’une personne uniquement à partir de son ADN, et l’équipe a appliqué ce modèle à Cheddar Man.

La version la plus récente du modèle a été publiée en mai 2017. Il se concentre sur 36 points dans 16 gènes, tous liés à la couleur de la peau.

Le modèle a correctement identifié qui avait une peau « claire » ou « noir foncé », avec une faible marge d’erreur.

Lorsque Walsh et ses collègues ont appliqué le modèle à Cheddar Man, ils ont conclu que sa couleur de peau se situait entre « foncée » et « sombre à noir ».

Pas si sûr

La recherche a d’abord été annoncée par communiqué de presse, à l’occasion de la sortie d’un documentaire télévisé. Il a maintenant été envoyé en comité de lecture.

Walsh souligne que l’étude ne démontre pas de façon concluante que Cheddar Man avait une peau foncée à noire. Nous ne pouvons pas accorder une telle confiance à l’analyse de l’ADN, dit-elle. D’une part, l’ADN de Cheddar Man s’est dégradé au cours des 10 000 dernières années.

Ce n’est pas une simple déclaration de  » cette personne avait la peau foncée « , dit Walsh. « C’est son profil le plus probable, d’après les recherches actuelles. »

En fait, nous ne sommes pas prêts à prédire la couleur de la peau des préhistoriques à partir de leurs seuls gènes, affirme Brenna Henn de l’Université Stony Brook, à New York. C’est parce que la génétique de la pigmentation cutanée s’avère plus complexe qu’imaginée.

Trop de gènes

En novembre 2017, Henn et ses collègues ont publié un article explorant la génétique de la pigmentation cutanée chez les populations indigènes d’Afrique australe – où la couleur de la peau varie plus que beaucoup de gens ne l’apprécient. Quelques semaines auparavant, un groupe dirigé par Sarah Tishkoff de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie avait publié un article sur la génétique de la pigmentation cutanée chez des personnes d’Afrique orientale et australe.

« Les conclusions étaient vraiment les mêmes, dit Henn. Les gènes connus de la pigmentation cutanée, découverts principalement chez les populations d’Asie de l’Est et d’Europe, n’expliquent pas la variation de la pigmentation cutanée chez les populations africaines. L’idée qu’il n’ y a qu’une quinzaine de gènes sous-jacents à la pigmentation cutanée n’est pas correcte. »

Si nous sommes encore en train d’apprendre le lien entre les gènes et la pigmentation de la peau dans les populations vivantes, nous ne pouvons pas encore prédire la couleur de la peau des personnes préhistoriques, conclut Henn.

Source : New Scientist / Colin Barras

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook