Coup d’Etat dans la « République de Lougansk » : le chef des putschistes se serait vengé d’une humiliation publique

0
608

Dans une interview donnée au site Glavred, le vice-ministre ukrainien pour les territoires temporairement occupés et les personnes déplacées, l’ancien gouverneur de Lougansk George Tuka, s’est exprimé sur la guerre des gangs qui a dégénéré en un coup d’Etat le 21 novembre dans l’est de l’Ukraine en guerre.

Pour rappel, le chef de la république séparatiste autoproclamée de Lougansk, Igor Plotnitski, avait fui en Russie après que les autorités de l’autre bastion séparatiste, à Donetsk, aient dépêché une force militaire vers Lougansk pour prêter main-forte à un coup d’Etat fomenté par son rival, le ministre de l’Intérieur Igor Kornet.

George Tuka, au quotidien Glavred, explique que le coup d’Etat est le fruit de deux années de conflit qui sont allées crescendo entre d’une part Igor Kornet, le ministre de l’Intérieur, et son allié, « un homme plus cultivé et intelligent », Leonid Pasechnik, ministre de la sécurité d’Etat, et d’autre part, le chef de la « république » Igor Plotnitski.

Selon lui, « la seule raison (de cette rivalité) était la maîtrise des flux financiers. Il n’y avait rien de politique là-dedans ». Dans cette lutte de pouvoir, poursuit George Tuka, Igor Plotnitski en est venu à surestimer ses capacités à s’imposer sur ses adversaires et à faire l’erreur d’humilier publiquement le « ministre de l’Intérieur » Igor Kornet.

Vidéo : Igor Plotnitski (à gauche) déloge son ministre de l’Intérieur, Igor Kornet.

Le début de la scène finale, qui conduira au putsch du 21 novembre, a commencé lorsque, lors d’une réunion du Conseil du peuple de la « République de Lougansk », raconte George Tuka, une retraitée est apparue qui a demandé la protection de Plotnitski. Cette femme avait quitté sa belle demeure il y a trois ans à cause des combats. Revenue, a découvert qu’Igor Kornet s’était installé chez elle.

Le chef de l’Etat Igor Plotnitski a pris le parti de défendre la vieille dame, puis sous l’oeil des caméras de télévision, début novembre, a expulsé son ministre de l’Intérieur de la maison squattée. Igor Kornet n’a pu supporter un tel affront, vite partagé sur les réseaux sociaux, et a lancé avec son allié Leonid Pasechnik, et l’appui militaire des autorités de Donetsk, une « révolution populaire ».

L‘ancien gouverneur de Lougansk George Tuka se dit certain que le changement de pouvoir qui a eu lieu à Lougansk n’aura pas d’incidence réelle pour la population. Il souligne que les participants ne sont que des marionnettes et que les marionnettistes sont à Moscou.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook