Reportage – En Crimée, les dissidents matés par Moscou

0
124

Reportage France24. 24 mars 2017.

Trois ans après l’annexion de la péninsule ukrainienne, la Russie a déployé tout son arsenal judiciaire et policier pour faire taire les voix dissidentes. Qu’il s’agisse des Tatars, minorité ethnique opposée à l’annexion, des journalistes qui ont exprimé un point de vue critique, ou d’activistes pro-ukrainiens, tous ceux qui remettent en cause l’avènement de l’État russe risquent la répression du régime. Notre reporter Elena Volochine est allée à leur rencontre.
Le 18 mars 2014, suite à des manœuvres militaires et un référendum contesté par la communauté internationale, Vladimir Poutine signait le décret de rattachement de la Crimée à la Russie. À l’époque, de nombreuses voix, y compris en Crimée, s’étaient élevées pour protester contre cette annexion. En première ligne, les Tatars, qui ont connu la déportation sous Staline. Pour les faire taire, la Russie a banni le Medjlis, l’instance représentative des Tatars de Crimée, forcé plusieurs de ses dirigeants à l’exil et placé d’autres sous le coup de poursuites pénales. Les Tatars ne sont pas les seuls à se voir ainsi muselés : plusieurs procès en cours visent des dizaines d’opposants.

Sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=lDEVLkz4ewk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*