Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 2 de 3.

0
430
Couverture de l'édition anglaise de Yiddishland Révolutionnaire.

Par Brenton Sanderson

Aller à la partie 1.

Aller à la partie 3.

La colonie de peuplement

Le titre du livre Yiddishland révolutionnaire fait référence à l’ancienne Zone de Résidence qui comprenait vingt-six gouvernorats en Europe de l’Est où les Juifs étaient autorisés à vivre, mais seulement dans les villes et les villages. Sur les onze millions de juifs que comptait le monde au début du XXe siècle, la Russie en détenait plus de cinq millions, dont quatre millions et demi résidaient dans les villes de cette région. Pour les auteurs, ce « Yiddishland » n’était pas seulement un territoire géographique, mais un « espace social et culturel, un monde linguistique et religieux ». D’après l’historien John Klier, la paléolithique très malhonnête Zone de Résidence était la seule réponse que les autorités tsaristes pouvaient trouver face au «fanatisme du judaïsme ultra-orthodoxe »,« inassimilable à des fins officielles ».

D’après Brossat et Klingberg, la hiérarchie sociale des Juifs de la colonie de peuplement était constituée, selon Brossat et Klingberg, d’une riche bourgeoisie financière, d’une bourgeoisie moyenne qui était « intellectuelle et commerciale » et d’un « immense prolétariat juif ». L’utilisation du terme « prolétariat » pour décrire les Juifs les plus pauvres de la colonie est discutable étant donné qu’ils opéraient généralement comme de petits commerçants plutôt que comme des employés industriels. Les colporteurs juifs étaient connus dans toute la colonie comme des contrebandiers (comme mentionné dans les Âmes Mortes de Gogol). Ce grand nombre de Juifs plus pauvres était le résultat direct de l’explosion de la population juive en Europe de l’Est au XIXe siècle, lorsque leur nombre est passé d’environ 1,5 million au début du siècle à près de huit millions en 1913.

Ce « prolétariat » juif, foyer de radicalisme caractérisé par une « organisation puissante », a joué un « rôle décisif » dans les « grèves et insurrections qui ont éclaté de part et d’autre de la colonie au cours de la Révolution de 1905 ». En ce qui concerne les agitateurs révolutionnaires de l’époque, le Tsar Nicolas II affirmait que « les neuf dixièmes des fauteurs de troubles sont des Juifs » qui dominaient également les journaux où « certains Juifs ou un autre… c’est à lui qu’il appartient de susciter les passions des gens les uns contre les autres. »[iii]

La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle ont vu des millions de ces Juifs pauvres émigrer vers des destinations aussi diverses que l’Amérique du Nord et du Sud, la France, l’Afrique du Sud, l’Australie et la Palestine. Le fanatisme idéologique de ces migrants juifs a influencé directement la politique d’immigration américaine à cette époque, comme le souligne Muller:

L’image du Juif en tant que communiste a joué un rôle souvent négligé dans l’histoire non seulement des Juifs d’Amérique, mais aussi des millions de Juifs d’Europe de l’Est qui auraient aimé émigrer aux Etats-Unis après la Première Guerre mondiale, mais qui ont été empêchés de le faire par les restrictions à l’immigration édictées au début des années 1920, culminant dans la loi Reed-Johnson de 1924. Car ces restrictions étaient motivées en partie par l’identification des Juifs au radicalisme politique. »[iv]

L’éminent intellectuel et écrivain juif Chaim Bermant a fait observer que « Pour beaucoup d’esprits, au début de ce[vingtième] siècle, les mots mêmes « radical » et « juif » étaient presque un, et beaucoup de penseurs ou politiciens de gauche étaient considérés comme juifs du fait même de son radicalisme. »[v]

A partir des années 1860, les effets des Lumières et de l’ascension du capitalisme dans toute la colonie bouleversèrent les structures traditionnelles de la vie juive. La population juive s’est de plus en plus concentrée dans les centres urbains à mesure que les Juifs migraient du shtetl vers les villes. Ce changement géographique s’est accompagné d’un changement intellectuel impliquant « une rupture avec la rigidité de la vie juive traditionnelle qui envahissait toutes les sphères de l’existence ». Cette rupture a provoqué des tensions et des conflits dans les familles juives à travers et au-delà de la colonie – principalement entre les parents traditionalistes et leurs enfants qui ont abandonné le judaïsme traditionnel pour embrasser le marxisme. Brossat et Klingberg soulignent comment « le thème du conflit générationnel, du choc entre l’ancien et le nouveau au sein de la structure familiale, revient comme un leitmotiv dans les déclarations de bon nombre de nos témoins. »[vi]

La progression des jeunes juifs du fanatisme religieux vers le fanatisme politique était souvent un processus psychologiquement transparent, le credo messianique du marxisme étant greffé, sans trop de difficulté, sur les paradigmes juifs traditionnels. Toutes les différentes branches du radicalisme juif, le Bund (un parti socialiste juif), Poale Zion (un parti socialiste sioniste) et le communisme « jaillissent de la même racine: la grande utopie d’un monde nouveau, la Nouvelle Alliance préfigurée par les écrits des penseurs socialistes de la seconde moitié du XIXe siècle. » La gauche européenne était en grande partie une création juive. En Allemagne, au milieu du XIXe siècle, Marx, Hess et Lassalle, tous trois d’origine juive, ont fondé et façonné le mouvement socialiste.

L’interviewé Max Technitchek a rappelé comment son père traditionaliste, à travers l’exposition à la littérature radicale, est devenu convaincu « que le socialisme était une bonne chose, qu’un jour viendrait où tout le monde serait heureux ». Bien sûr, le bon Dieu y avait encore sa part – le Messie, le socialisme, la vision du bonheur futur pour les Juifs et toute l’humanité – tout cela avait tendance à se fondre dans ses convictions. Ici, nous voyons la conception du judaïsme comme un mouvement universaliste, moralement supérieur, perçu comme un mouvement universaliste et moralement perçu – le thème de la « lumière vers les nations » qui a émergé de façon récurrente comme un aspect important de l’identité juive depuis l’antiquité et surtout depuis les Lumières. Ceci malgré le fait que les Juifs ont souvent servi les élites oppressives dirigeantes dans les sociétés traditionnelles tout au long de l’histoire.

Le père religieux du militant communiste David Szarfharc exprimait sa sympathie pour le communisme parce que, pour lui, « les prophètes étaient les précurseurs de Marx. Il n’était donc pas rare que les sympathies marxistes des parents traditionalistes « battent le chemin du radicalisme et de l’engagement révolutionnaire pour leurs enfants ». Une autre attraction du marxisme était « sa réplication des traditions judaïques d’apprentissage du livre, d’exégèse et de prédiction.Sachar note comment « sa sophistication intellectuelle a séduit les Juifs », bien que son attrait principal résidait dans le fait qu’il « rejetait toute forme de chauvinisme et de xénophobie nationaliste. Bref, il a rejeté l’antisémitisme. »[xii]

Pour beaucoup de jeunes générations, le communisme n’était pas perçu comme un rejet du judaïsme, mais comme son extension logique. Pour la grande majorité des communistes juifs, « leur engagement dans le mouvement n’était pas un signe d’oubli ou de négation de leur identité; ils y participaient en tant que juifs, attirant les ouvriers juifs dans le grand mouvement d’émancipation universelle ». Les rapports des informateurs de Brossat et Klingberg sur leur passage du monde fermé de la religion au monde ouvert de la modernité n’étaient pas « exprimés en termes de rupture violente, mais plutôt d’évolution, de réconciliation » entre le judaïsme et le marxisme. Pour les auteurs, le témoignage de leurs informateurs a révélé « la plasticité, la capacité d’évolution et le dynamisme interne fondamental du monde juif d’Europe de l’Est. »[xiii]

Soutien juif à la révolution bolchévique de 1917

Les Juifs ont naturellement accueilli favorablement la révolution de Février 1917 qui a conduit à l’abolition de toutes les restrictions légales sur les Juifs, à commencer par la Zone de Résidence. À cette époque, la plupart des Juifs ne soutenaient pas les bolchéviks, mais d’autres groupes plus ouvertement pro-juifs comme le Bund, Poale Zion et les menchéviks. Cela changea après que les bolchéviks eurent pris le pouvoir en octobre 1917 et lancèrent une campagne pour effacer toute trace d’antisémitisme dans l’ancien empire russe. Brossat et Klingberg notent comment « les bolchéviks assimilaient l’antisémitisme à la contre-révolution » et appliquaient les rigueurs de la loi martiale aux « pogromistes ». Cela attira un grand nombre de Juifs dans les rangs du nouveau régime bolchévique, qui « fournit de très nombreux cadres aux administrations provinciales du nouveau régime et à l’armée ». La prédominance des Juifs dans la nouvelle administration était telle que « le gouvernement soviétique[efficacement] a fait de l’antisémitisme un substitut de l’anti-bolchevisme ».[xiv]

Partisans bolchéviks juifs pendant la Révolution d’Octobre.

Une fois la guerre civile déclenchée, le soutien des Juifs au nouveau régime devint encore plus marqué. En mars 1919, une grande majorité des membres du Bund juif « se prononça en faveur de la dictature soviétique ». La clé de ce soutien était le fait que les bolchéviks avaient:

proclamé l’abolition définitive de toutes les formes de discrimination nationale; le gouvernement soviétique a mené une lutte efficace contre l’antisémitisme. L’abolition de la Zone de Résidence a permis aux Juifs de circuler librement sur tout le territoire russe; la proclamation de l’égalité de tous les citoyens leur a ouvert les portes de la nouvelle administration; le désir proclamé du nouveau pouvoir de contribuer à la réhabilitation de toutes les cultures et nationalités opprimées par le grand chauvinisme russe sous le régime tsariste leur a donné l’espoir du yiddische gass, la « rue juive » de Russie. La présence d’un si grand nombre de juifs à des postes de direction dans le nouvel appareil d’État n’était-elle pas une garantie tangible, un gisement pour l’avenir?[xv]

Solomon Fishkowski, un militant de Poale Zion à Kolno, en Pologne, a accueilli avec enthousiasme la révolution. Après avoir été brièvement emprisonné pour avoir distribué des tracts de propagande en 1918, il s’est enrôlé dans l’armée polonaise. Lorsque la guerre polono-soviétique éclate, il déserte et se joint à l’Armée rouge « pour se rallier à cette révolution qui a proclamé la fin de toute discrimination contre les Juifs ». Haim Babic, un activiste fidèle du Bund en Pologne, a affirmé que les Juifs polonais comme lui « exigeaient des solutions immédiates et radicales, ce qui nous a poussés à nous tourner vers l’Est, l’URSS. Babic fut convaincu que « les Juifs polonais n’échapperaient jamais à leur misère sans un renversement mondial ».[xviii]

Quand, après le chaos de la Première Guerre mondiale, les révolutions ont éclaté dans toute l’Europe, les Juifs étaient partout aux commandes. L’ancien ordre hongrois fut renversé par la République soviétique hongroise de Béla Kun (Cohen) qui prit le pouvoir en mars 1919 et ne dura que 133 jours avant de succomber à l’invasion des troupes roumaines. Sur les quarante-neuf commissaires du gouvernement, trente et un étaient juifs. Après avoir pris le pouvoir, ils ont agi avec enthousiasme, en accord avec leurs principes politiques radicaux:

Les statues des rois hongrois et des héros nationaux ont été détruites, l’hymne national a été interdit et l’affichage des couleurs nationales a été érigé en infraction punissable. …. Des agitateurs radicaux ont été envoyés à la campagne, où ils ont ridiculisé l’institution de la famille et ont menacé de transformer les églises en cinémas. … L’antipathie s’est assez tôt concentrée sur les Juifs. De jeunes révolutionnaires d’origine juive avaient été envoyés à la campagne pour administrer les domaines agricoles nouvellement collectivisés; leur radicalisme n’était dépassé que par leur incompétence, renforçant l’antisémitisme paysan. Les Jésuites, pour leur part, interprètent la révolution comme étant essentiellement juive et anti-chrétienne. … Les rumeurs abondaient que les révolutionnaires profanaient partout l’hostie. A Budapest comme à la campagne, l’opposition au régime, la défense de l’Eglise et l’antisémitisme vont de pair.[xxxx]

Un témoignage oculaire de la République soviétique hongroise a été publié en 1921 par les frères français Jean et Jérôme Tharaud en visite, sous le titre Quand Israël est roi. Entre les récits de la confiscation des richesses par les révolutionnaires et le remplacement des professeurs hongrois par de jeunes intellectuels juifs, il y avait des réflexions comme: « Une Nouvelle Jérusalem grandissait sur les bords du Danube. Elle émanait du cerveau juif de Karl Marx et fut construite par les Juifs sur la base d’idées très anciennes. »[xxi]

Béla Kun en 1919.

Réfléchissant à cette histoire, Zsolt Bayer, co-fondateur du parti hongrois Fidesz, a posé la question l’année dernière dans un éditorial: « Pourquoi sommes-nous surpris que le simple paysan, dont l’expérience déterminante a été que les Juifs se sont introduits par effraction dans son village, ont battu à mort son prêtre, menacé de convertir son église en salle de cinéma – pourquoi trouvons-nous choquant que vingt ans plus tard il ait regardé sans pitié alors que les gendarmes traînaient les Juifs hors de son village? »

Une renaissance culturelle juive en URSS

Après la Révolution bolchévique, les droits nationaux de la population juive ont été pleinement reconnus. Cela s’est traduit par l’ouverture d’écoles de langue yiddish, la publication de livres et de périodiques dans cette langue et la création, en janvier 1918, d’un sous-comité des affaires juives. Brossat et Klingberg prétendent qu’une « renaissance culturelle juive » s’est produite en URSS dans les années 1920, qui a été associée à une « remarquable floraison du théâtre juif à cette époque, par une production intense et variée de littérature yiddish, la création d’écoles juives, etc ». Les changements soudains introduits par la révolution « précipitèrent l’éruption de ces communautés dans la modernité, en faisant naître les traits d’une nouvelle identité juive en URSS ». Les synagogues ont été rebaptisées «cercles culturels » et des rencontres ont eu lieu aux dates des fêtes religieuses qui «  dénonçaient les croyances dépassées et célébraient le culte de la révolution ».[xxiii]

C’est un témoignage de la ténacité du judaïsme en tant que stratégie évolutionniste collective que la continuité ethnique juive n’a pas été affectée par l’idéologie assimilationniste officielle du nouveau régime. Le rejet du traditionalisme religieux était plutôt « accompagné d’une « affirmation de soi », un « rejet de l’assimilation » par le nouveau public qui se reconnaissait dans cette production culturelle originale. De ce fait, l’ « engagement révolutionnaire massif » de la jeunesse juive au début du XXe siècle « ne peut être assimilé à une fuite du monde juif, à un rejet sans réserve de ce monde ». Leur engagement n’était « pas un signe d’oubli ou de négation de leur identité; ils y ont participé en tant que juifs » et le marxisme-léninisme seulement « les a consolidés dans leur identité juive ».[xxv]

Les écoles juives prérévolutionnaires étaient presque exclusivement des écoles traditionnelles qui enseignaient la Bible et le Talmud: les écoles post-révolutionnaires étaient des institutions laïques imprégnées d’idéologie communiste. Malgré cela, l’enseignement était en yiddish et les nouvelles écoles continuaient à séparer les enfants juifs de la société goyische environnante. Il y avait là des preuves évidentes que la défense juive d’idéologies radicales et universelles comme le communisme était compatible avec le judaïsme en tant que stratégie d’évolution collective. Kevin MacDonald note dans Culture of Critique comment les bolchéviks « ont agressivement tenté de détruire tous les vestiges du christianisme en tant que force socialement unificatrice au sein de l’Union soviétique tout en établissant une sous-culture juive séculière afin que le judaïsme ne perde pas sa continuité de groupe ou ses mécanismes unificateurs tels que la langue yiddish. »[xxvii]

Il a fallu peu de temps aux opposants bolchéviks pour remarquer la nature juive écrasante du nouveau régime. Les Juifs étaient la cible principale des loyalistes tsaristes qui « se sont mobilisés sous la bannière ‘Pour la Russie sainte, contre les Juifs! ”». Les Juifs[xxvii] furent attirés par le communisme dans les années 1920 dans une mesure extraordinaire et leur proéminence, non seulement dans la direction politique bolchévique de la période de 1917 à 1922, mais surtout dans la police secrète. La propagande soviétique a diabolisé les dirigeants nationalistes ukrainiens comme Petliura en les qualifiant d’ « antisémites » et a « lié le nationalisme ukrainien au pillage, à l’assassinat et surtout aux pogroms ». Petliura a été assassiné à Paris en 1926 par un Juif russe, Sholom Schwatzbard, qui, « inspiré par la propagande soviétique » prétendait se venger des pogroms. Schwatzbard a été salué comme un héros par les Juifs du monde entier.

L’apparition soudaine d’un grand nombre de Juifs à des postes de direction dans les rangs du nouveau régime soviétique, une « révolution dans la révolution », a eu un effet électrisant sur la jeunesse juive dans toute l’Europe de l’Est. Esther Rosenthal-Schneidermann, une communiste juive polonaise arrivée à Moscou en 1926 pour participer au premier congrès des activistes spécialisés dans le domaine de l’éducation, a rappelé sa réaction émotionnelle à la découverte de cette nouvelle réalité:

Jusque-là, je n’avais jamais vu un Juif dans le rôle de haut fonctionnaire, pour ne pas dire d’officiel parlant notre quotidien mamelosh[la langue maternelle], le yiddish. Et ici, sur le podium de la salle des congrès du Commissariat populaire à l’éducation, il y avait des hauts fonctionnaires parlant yiddish, au nom du pouvoir soviétique colossal, de l’éducation juive que le parti plaçait sur un pied d’égalité avec les biens culturels des autres peuples.[xxx]

Rubenstein note que « dans un pays où les Juifs ont été persécutés et marginalisés pendant si longtemps, il a dû être troublant pour des millions de personnes de voir des Juifs parmi les responsables du pays ». Après la révolution, les Juifs sont rapidement entrés dans « des positions importantes et particulièrement sensibles dans la bureaucratie et l’administration du nouveau régime » et, par conséquent, la première rencontre avec le nouveau régime pour de nombreux Russes « était probablement avec un commissaire, un agent des impôts ou un fonctionnaire de la police secrète d’origine juive ». Muller le note:

avec tant de bolchéviks d’origine juive à des postes de direction, il était facile de considérer le bolchevisme comme un phénomène « juif ». Et si Winston Churchill, qui était personnellement éloigné de l’antisémitisme, pouvait considérer le bolchevisme comme une maladie du corps politique juif, ceux qui avaient longtemps considéré les Juifs comme les ennemis de la civilisation chrétienne ont rapidement conclu que le bolchevisme n’était guère plus qu’une transmutation de l’essence de l’âme juive.[xxxii]

Ou, comme Kevin MacDonald l’a conceptualisé, une manifestation post-éclaircissement du judaïsme en tant que stratégie d’évolution collective. Après le renversement dramatique de la fortune des Juifs russes sous les bolchéviks, de nombreux Juifs qui avaient quitté la Russie tsariste pour émigrer en Amérique du Nord ou en Europe occidentale sont revenus pour assister à l’ « incroyable ». C’était « un monde tourmenté  » disait un de ces spectateurs, A. S. Sachs, où « les méprisés étaient venus s’asseoir sur le trône et ceux qui avaient été les plus petits étaient maintenant les plus puissants. Il a noté avec jubilation que « les bolcheviks juifs démontrent devant le monde entier que le peuple juif n’est pas encore dégénéré, et que ce peuple ancien est toujours vivant et plein de vigueur. Si un peuple peut produire des hommes capables de saper les fondements du monde et de semer la terreur dans le cœur des pays et des gouvernements, c’est un bon présage pour lui-même, un signe clair de sa jeunesse, de sa vitalité et de son endurance. »[xxxiii]

Le pouvoir juif en Union soviétique de Staline

Brossat et Klingberg notent comment la situation des Juifs dans les premières décennies de l’Union soviétique est souvent définie en termes de victimes aux mains du « totalitarisme » stalinien, soulignant la répression sociale et politique qui frappait les intellectuels, les artistes et les militants juifs. Avec les purges du milieu des années 1930 et le rejet par Staline de l’ «internationalisme cosmopolite » en faveur du socialisme dans un pays, le paysage politique changea considérablement pour les Juifs. Leur confiance « dans la dialectique de l’histoire » a été ébranlée par la « restauration du grand chauvinisme russe » de Staline. Staline était, selon les auteurs, « un antisémite teint dans la laine » qui

n’avait jamais complètement réglé les comptes avec l’obscurantisme national qui avait empoisonné l’atmosphère sociale sous l’ancien régime[c’est-à-dire l’antisémitisme tsariste] – contrairement à Lénine, qui avait une horreur du racisme et dénonçait les préjugés nationaux tout au long de sa vie. En 1907, Staline fut très amusé par la plaisanterie d’un certain camarade Alexinski qui, notant que les juifs étaient particulièrement nombreux parmi les menchéviks, suggéra qu’il serait peut-être temps de  » conduire un pogrom dans le parti « . Lorsque la lutte entre les factions éclata au milieu des années 1920, opposant Staline et Boukharine à la gauche menée par Trotski et Radek, bientôt rejoints par Zinoviev et Kamenev, ces derniers furent stupéfaits de découvrir que Staline et sa clique n’hésitaient pas, dans le feu de la bataille, à faire des allusions sournoises aux origines « exotiques » de leurs ennemis et à puiser dans les préjugés chauvinistes restants.[xxxiv]

Bien qu’ils dénoncent et condamnent l’hostilité de Staline envers les Juifs, les auteurs érigent un pare-feu moral entre l’Union soviétique de Staline et le Troisième Reich d’Hitler. Sans doute avec en tête les Origines du totalitarisme d’Hannah Arendt, ils déplorent que « le discours dominant sur le ‘totalitarisme’ assimile généralement l’antisémitisme nazi et stalinien, les considérant comme équivalents et partageant fondamentalement les mêmes caractéristiques ». Une telle attitude, insistent-ils, ne parvient pas à comprendre comment « l’antisémitisme remplissait différentes fonctions dans les systèmes nazi et stalinien » et ne conduit qu’ à « l’erreur » parce que « même dans les pires jours de la répression stalinienne, sous Iejov à la fin des années 1930 ou sous Beria au début des années 1950, Staline n’a pas «pratiqué le genre de discrimination raciale et de répression que les nazis avaient fait un précepte, le pivot même de l’antisémitisme ». Ils notent que les tentatives visant à faire des Juifs des victimes en bloc de l’antisémitisme de Staline ignorent également le fait que la plupart des Juifs dans les années 1930 sont restés fidèles à l’Union soviétique et que « l’idéalisme et le messianisme de leurs actions[étaient] toujours aussi grands ». De plus, les Juifs sont restés un groupe d’élite en URSS pendant cette période, et la plupart des femmes autour de Staline et de ses plus proches collaborateurs, de Yagoda à Mekhlis, étaient juives.

Joseph Staline

Pour les auteurs du Yiddishland révolutionnaire, il est « impossible de comprendre l’ampleur des déceptions ultérieures sans souligner à quel point la majorité de la population juive s’est ralliée au régime soviétique au cours de la guerre civile, et l’attrait que l’ « utopie » du nouveau pouvoir d’État a continué d’exercer sur plusieurs générations de militants socialistes juifs d’Europe de l’Est. En 1937, les Juifs comme Bronia Zelmanovicz ont continué à faire avidement de la propagande pour le communisme en Pologne (le point culminant des purges de Staline en URSS). Parlant à d’autres juifs, elle leur expliqua qu’il n’ y avait plus d’antisémitisme en Union soviétique. Elle a rapidement attiré l’attention de la police polonaise et a fini par être emprisonnée. Elle a noté comment « je me suis retrouvée avec treize autres jeunes femmes – militantes ou sympathisantes communistes – dont douze étaient juives ».[xxxvii]

Brossat et Klingberg utilisent le terme « héroïsme révolutionnaire » pour décrire le « courage militant » de ces communistes juifs en Pologne. Le Parti communiste polonais était perçu par la plupart des Polonais comme le parti de l’étranger, de l’ennemi héréditaire polonais, « la cinquième colonne » qui avait soutenu l’avance de l’Armée rouge sur Varsovie en 1920.C’est alors que le concept de « judéo-bolchevisme » (zydeokommuna) fut inventé par la droite nationaliste. L’appartenance juive au Parti communiste polonais a fluctué entre 22 et 35 pour cent du total. Les Juifs étaient encore plus fortement représentés dans la direction du parti: en 1935, ils constituaient 54 pour cent de la direction sur le terrain et 75 pour cent de la technique (responsables de la propagande). Selon le militant Yaakov Greenstein, « la pire misère, l’antisémitisme et la répression politique ont grandi dans les années 1930, plus j’étais convaincu que le socialisme était la seule solution possible pour nous. Le mouvement communiste était alors une fontaine pour la jeunesse juive en Pologne ».[xl]

L’engagement indéfectible du juif galicien Shlomo Szlein à l’égard de Staline était fondé sur son identification du communisme soviétique au philosémitisme:

Nous étions à la frontière de l’URSS, et la façon dont la question nationale avait été résolue en Russie soviétique ou en Biélorussie, en particulier la question juive, nous a paru extraordinairement positive. Les juifs plus jeunes, à la fin des années 1920, avaient rejoint massivement le mouvement communiste dans l’est de la Galice. Le pouvoir d’attraction du mouvement était qu’il semblait promettre de résoudre la question sociale et nationale dans un court laps de temps. Il y avait une telle proportion de jeunes juifs dans le mouvement communiste ici qu’on pouvait presque dire que c’était un mouvement national juif. En tout cas, la question de l’étouffement ou du déni de l’identité nationale juive ne se posait absolument pas. La majorité des jeunes juifs l’ont rejoint avec une conscience nationale juive.[xli]

Les accusations d’ « antisémitisme » dirigées contre Staline par les trotskistes ont été rejetées avec indignation par les principaux Juifs américains dans les années 1930. Le journaliste B. Z. Goldberg répondit avec colère en affirmant: « Pour battre Staline, Trotski considère qu’il est juste de rendre la Russie soviétique antisémite. Pour nous, c’est une affaire très grave. … Nous sommes habitués à considérer l’Union soviétique comme notre seule consolation en ce qui concerne l’antisémitisme. » Même le rabbin Stephen Wise, le rabbin le plus célèbre de sa génération, considérait la prétention antisémite de Trotski contre Staline comme un « instrument lâche ». Au cours des années 1920 et tout au long des années 1930, l’Union soviétique accepta l’aide apportée aux Juifs soviétiques par des organisations juives étrangères, en particulier l’American Jewish Joint Distribution Committee, qui était financé par de riches Juifs américains comme Warburg, Schiff, Kuhn, Loeb, Lehman et Marshall. Au cours des années 1930, alors que des millions de citoyens soviétiques étaient assassinés par le gouvernement soviétique, le Parti communiste des États-Unis s’efforça de faire appel à des intérêts juifs spécifiques, et glorifia le développement de la vie juive en Union soviétique qui était considérée comme « la preuve vivante que, sous le socialisme, la question juive pouvait être résolue[xliii]. Le communisme était perçu comme bon pour les Juifs. »[xliv]

Fin de la partie 2 de 3.


[i] Alain Brossat & Sylvie Klingberg, Revolutionary Yiddishland: A History of Jewish Radicalism (London; Verso, 2016), 29.

[ii] Ibid., 1.

[iii] Anne Applebaum, Red Famine: Stalin’s War on Ukraine (New York NY: Doubleday, 2017) 114.

[iv] Jerry Z. Muller, J.Z. (2010) Capitalism and the Jews (Princeton NJ: Princeton University Press, 2010), 161-62.

[v] Chaim Bermant, Jews (London; Weidenfeld & Nicholson, 1977), 160.

[vi] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 37.

[vii] Ibid., 56.

[viii] Ibid., 47.

[ix] Ibid.

[x] Ibid.

[xi] Robert Service, Comrades! A History of World Communism (Cambridge MA: Harvard University Press, 2010) 123.

[xii] Howard M. Sachar, A History of the Jews in the Modern World (New York NY: Knopf, 2005) 151.

[xiii] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 46.

[xiv] Terry Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939 (Cornell University Press, 2001), 43.

[xv] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 183.

[xvi] Ibid., 192.

[xvii] Ibid., 66.

[xviii] Ibid., 67.

[xix] Ibid., 153.

[xx] Muller, Capitalism and the Jews, 156-57.

[xxi] Ibid. p. 160

[xxii] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 189.

[xxiii] Ibid., 199.

[xxiv] Ibid., 194.

[xxv] Ibid., 51.

[xxvi] Kevin MacDonald, The Culture of Critique: An Evolutionary Analysis of Jewish Involvement in Twentieth‑Century Intellectual and Political Movements, (Westport, CT: Praeger, Revised Paperback edition, 2001), 58.

[xxvii] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 184.

[xxviii] Robert Wistrich, Revolutionary Jews from Marx to Trotsky (London: George G. Harrap & Co Ltd, 1976), 199.

[xxix] Applebaum, Red Famine, 188.

[xxx] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 186.

[xxxi] Joshua Rubenstein, Leon Trotsky: A Revolutionary’s Life (New Haven CT: Yale University Press, 2013), 113-14.

[xxxii] Bermant, Jews, 139.

[xxxiii] Ibid. 171-72.

[xxxiv] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 211.

[xxxv] Ibid., 61.

[xxxvi] Ibid., 191.

[xxxvii] Ibid., 72.

jiIbid., 71.

[xxxix] Bernard Wasserstein, On the Eve: The Jews of Europe Before the Second World War (Profile Books, 2012), 64.

[xl] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 62.

[xli] Ibid., 61.

[xlii] Rubenstein, Leon Trotsky: A Revolutionary’s Life, 176.

[xliii] MacDonald, Culture of Critique, xxxix.

[xliv] Ibid., xl.


Source : traduction de «A Review of “Revolutionary Yiddishland: A History of Jewish Radicalism», par Brenton Sanderson, dans Occidental Observer

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook