Une critique du « Yiddishland révolutionnaire: Une histoire du radicalisme juif ». Partie 3 de 3.

0
95

Allez à la partie 1.
Aller à la partie 2.

L’impact psychologique du pacte Staline-Hitler

Les militants juifs radicaux ont été profondément traumatisés par le pacte entre Hitler et Staline juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Le dilemme auquel font face les communistes juifs, la contradiction entre leur « antifascisme viscéral » et ce qui leur est maintenant présenté comme un impératif de realpolitik pour l’URSS, surgit à plusieurs reprises dans le témoignage des personnes interrogées pour le Yiddishland révolutionnaire. L’un d’entre eux, Louis Gronowski, se souvient:

Je me souviens de mon désarroi, du conflit intérieur. Ce pacte me répugnait, il allait à l’encontre de mes sentiments, de tout ce que j’avais maintenu jusque-là dans mes déclarations et mes écrits. Pendant toutes ces années, nous avions présenté l’Allemagne hitlérienne comme l’ennemie de l’humanité et du progrès, et surtout, comme l’ennemie du peuple juif et de l’Union soviétique. Et maintenant, l’Union soviétique a signé un pacte avec son ennemi juré, autorisant l’invasion de la Pologne et participant même à sa partition. C’était l’effondrement de tout l’argument forgé au cours de ces longues années. Mais j’étais un cadre communiste responsable, et mon devoir était de surmonter mon dégoût.[i]

Pour de nombreux Juifs radicaux, l’invasion de l’Union soviétique par Hitler en 1941 a donné un sentiment de « soulagement paradoxal, mais néanmoins immense ». Ils avaient enfin retrouvé leur boussole politique, repris pied; bref, ils pouvaient lancer toutes leurs forces dans la lutte contre les nazis sans craindre de pécher contre la « ligne ». »‘[ii]

À la fin de 1941, avec l’issue de la bataille pour Moscou incertaine, Staline, contemplant la possibilité d’une défaite, a agi de manière décisive pour s’assurer que le champ n’était pas laissé ouvert à l’ancienne faction trotskiste. Il a ordonné l’exécution de deux dirigeants historiques du Bund, Victor Adler et Henryk Ehrlich, juste après que des responsables soviétiques leur eurent offert la présidence du Congrès juif mondial. Pour Staline, « tous les militants du Bund et les autres partis socialistes juifs polonais qui étaient réfugiés en URSS étaient considérés comme des adversaires politiques a priori – en particulier lorsqu’ils refusaient alors d’adopter la nationalité soviétique – et traités en conséquence. »[iii]

Ces exécutions ont provoqué un tollé international, avec les Juifs du monde entier protestant et la fureur de ne pas mourir avant l’établissement d’une organisation juive, le Jewish Anti-Fascist Committee (JAC) se dédia à gagner la faveur des Juifs américains. Dans Culture of Critique, Kevin MacDonald note comment les dirigeants juifs américains, tels que Nahum Goldmann du Congrès juif mondial et le rabbin Stephen Wise du Congrès juif américain « ont contribué à calmer le tumulte suscité par l’incident et à conforter les points de vue positifs de l’Union soviétique parmi les Juifs américains. »[iv]

Staline contrôlait le Comité Antifasciste Juif à distance. Le CAJ était dirigé par des dirigeants de l’intelligentsia juive soviétique comme Solomon Mikhoels et Ilya Ehrenburg, dont la tâche principale était de « développer le soutien à l’URSS en guerre entre les communautés juives à l’étranger, et en particulier en Amérique ». L’interviewé Isaac Safrin se souvient d’avoir entendu à la radio qu’un comité juif antifasciste venait d’être mis sur pied. Ilya Ehrenburg a fait un grand discours, très émouvant, et nous avons commencé à pleurer. La femme[il logeait] ne comprenait pas ce qui nous avait affectés, et nous devions lui expliquer que c’était parce qu’il était juif. Pendant les six années de son existence 1942-8, le Comité juif antifasciste « se tenait au centre d’une intense réactivation de la vie juive », et beaucoup des personnes interrogées ont été « atteintes par la reprise des activités culturelles, voire de l’affirmation nationale, de la part de la communauté juive, encouragée par le régime au cours de la guerre ».[vii]

Le réveil de l’identité juive en URSS en temps de guerre culmina par la résurgence des espoirs sionistes d’un renversement de l’opposition de Staline à l’établissement d’un État juif en Palestine. Alarmés par « l’accueil triomphal des Juifs de Moscou », réservé au premier ambassadeur israélien Golda Meir, Staline dissout le Comité juif antifasciste en 1948 et, quelques mois plus tard, des écrivains, des artistes et des scientifiques juifs éminents sont arrêtés, et les journaux, bibliothèques et théâtres juifs sont fermés.

Golda Meir harcelée par des Juifs hassidiques à Moscou en 1948

L’accueil enthousiaste de Meir à Moscou a renforcé le fait que tous les Juifs d’URSS étaient potentiellement des citoyens israéliens et que les autorités soviétiques avaient raison de se méfier d’une communauté qui, outre sa nationalité officielle, portait en son cœur une autre patrie. Les auteurs notent comment:

Même dans le dictionnaire soviétique, le mot « cosmopolite » a reçu un nouveau sens; au lieu de « l’individu qui considère le monde entier comme sa patrie » (définition de 1931), il s’agit désormais « d’un individu privé de sentiment patriotique, détaché des intérêts de sa patrie, étranger à son propre peuple avec une attitude dédaigneuse envers sa culture » (définition de 1949). La presse officielle répandit le mépris sur les « vagabonds sans passeport, les » personnes « sans famille ni racines », toujours dans des tons antisémites.[viii]

La campagne de Staline contre les « cosmopolites juifs » a connu son apogée avec le fameux « complot des médecins juifs » de 1953 où les principaux médecins soviétiques, pour la plupart juifs, ont été accusés d’avoir comploté pour tuer Staline. Arrêtés et menacés de jugement, ils devaient leur salut à la mort de Staline (dans des circonstances très suspectes) la même année. Après avoir étudié ces événements, Brossat et Klingberg considèrent que l’« échec de la politique soviétique à l’égard des Juifs » sous Staline découle de « l’application d’une politique réactionnaire qui a fondamentalement rompu avec le programme de la Révolution d’Octobre. »[ix]

Les radicaux juifs restés en Europe après la Seconde Guerre mondiale

Pour les radicaux juifs qui sont restés en Europe après 1945, le sentiment prédominant était qu’avec la défaite du fascisme, l’histoire était maintenant « en marche » et le triomphe de l’Armée rouge signifiait que « le grand rêve socialiste semblait enfin à portée de main ». L’ordre du jour était « la construction d’une nouvelle société dans les pays d’Europe centrale et orientale libérés du fascisme par l’Armée rouge ». Brossat et Klingberg notent comment « ces militants se sont rapidement retrouvés entraînés dans l’appareil des nouveaux états en construction. »[x]

Les cadres communistes juifs étaient « systématiquement chargés même des postes les plus élevés dans l’armée, la police, le corps diplomatique, la gestion économique, etc. » Les Juifs étaient délibérément placés à des postes clés parce que les autorités soviétiques craignaient une résurgence du nationalisme dans les pays qu’ils occupaient maintenant. On pouvait faire confiance aux Juifs pour réaliser leurs plans et on les considérait comme les moins susceptibles de former une alliance avec la population locale contre l’hégémonie des Soviétiques, comme Tito l’avait fait en Yougoslavie. Dans les pays d’Europe centrale et orientale nouvellement conquis, les Soviétiques avaient peu de partisans dignes de confiance, et « parce qu’ils étaient familiers avec les conditions locales et fanatiquement antifascistes, les Juifs étaient souvent choisis pour la police de sécurité. »[xi] Selon Adam Paszt, les autorités soviétiques « savaient que la population était antisémite, alors elles ont essayé de dissimuler le fait qu’il y avait des Juifs aux postes de direction ». Les Juifs étaient ainsi « encouragés à changer de nom ». Les auteurs notent comment:

Peu de nos informateurs ont pu résister à l’appel de la sirène. Bien qu’il soit bien établi en France, où il vit avec sa famille, Isaac Kotlarz accepte néanmoins de retourner en Pologne; il est un militant discipliné, et le parti fait appel à son dévouement. Adam Paszt, pour sa part, vivait déjà depuis quelques années en URSS, et bien que les écailles lui soient tombées des yeux, il avait encore de l’espoir. « Je me suis dit que l’URSS était un pays arriéré, qu’en Pologne, un pays plus développé, la voie du socialisme serait différente. » Ceux qui avaient été bouleversés par la défaite en Espagne et la découverte de la réalité soviétique ont été fraîchement mobilisés par la nouvelle situation; cette recrudescence de l’utopie, cette convocation de l’histoire. [xiii]

Bronia Zelmanowicz se souvient que « Quand je suis revenue en Pologne, j’ai rejoint le parti. Presque tous les Juifs le faisaient. Certains ont profité de l’occasion de s’élever plus haut que leurs capacités ou leur éducation aurait dû les laisser faire. Ça s’appelait « s’élever avec la carte du parti ». Il a fait beaucoup pour ternir l’image des Juifs au sein de la population polonaise. Le même phénomène a été observé en URSS. Les nouveaux régimes en Pologne, Roumanie, Bulgarie, Bulgarie, Yougoslavie, Tchécoslovaquie et Hongrie « avaient besoin de ces militants juifs expérimentés, qui transformèrent ainsi les révolutionnaires en fonctionnaires, des personnes privilégiées dans des pays qui avaient du mal à sortir de leurs ruines ». La loyauté de ces militants juifs envers le nouveau régime était « fondée non seulement sur la conviction, mais aussi sur les avantages matériels qu’il donnait ». »[xv]

Après la Seconde Guerre mondiale, la Hongrie a offert un exemple extrême de la domination juive du nouveau régime porté au pouvoir par l’Armée rouge. Le poste clé de secrétaire général était occupé par un Juif, Mátyás Rákosi, qui se disait « le meilleur élève de Staline ». Les cinq autres postes principaux étaient occupés par des Juifs et un tiers des hauts responsables de la police étaient juifs, et de nombreux départements de l’appareil de sécurité étaient dirigés par des Juifs. Beaucoup avaient passé des années, voire des décennies, en Union soviétique, tandis que d’autres « étaient rentrés des camps de concentration ou qui avaient survécu à la guerre de Budapest » et qui, tout en considérant les Soviétiques comme leurs libérateurs, nourrissaient « un ardent désir de vengeance » contre les Hongrois qui avaient collaboré avec les nazis. Muller note comment « En entrant dans l’armée, la police et l’appareil de sécurité, ces jeunes survivants juifs se sont mis en position de régler leurs comptes avec les hommes des Croix fléchées. »[xvii]

Le dirigeant stalinien juif de Hongrie Mátyás Rákosi.

Les juifs ont joué un rôle central dans la construction de sociétés qui « obéissaient aux canons les plus stricts du stalinisme, et c’est avec un balai de fer que la nouvelle administration a consolidé son pouvoir contre les « forces du passé », ce qui impliquait » de se salir les mains » dans ces nouvelles phases de l’histoire, pour se plier au précepte stalinien selon lequel on ne fait pas une omelette sans casser quelques oeufs. Le rôle remarquable joué par les Juifs dans la brutale soviétisation de la Hongrie a conduit à des émeutes anti-juives en 1946. Le caractère oppressif du nouveau régime peut être mesuré par le fait qu’entre 1952 et 1955 « la police a ouvert des dossiers sur plus d’un million de Hongrois, dont 45 pour cent ont été pénalisés » et que « les Juifs ont été très saillants dans l’appareil de répression. »[xix]

En fin de compte, c’est le stalinisme même que ces juifs ont appliqué avec tant de zèle dans tous les pays du Pacte de Varsovie qui a servi à « les écraser, ou du moins certains d’entre eux, quelques années plus tard, pour qu’ils aient aujourd’hui le sentiment d’une grande escroquerie. L’abandon par Staline de l’internationalisme révolutionnaire a aliéné de nombreux agents juifs à travers l’Europe de l’Est. Les auteurs notent comment, dans le contexte de cette nouvelle attitude où l’internationalisme tend à « se réduire au respect obligatoire envers le pouvoir gardien, l’URSS de Staline, les militants juifs se sentent très souvent hors de propos. »[xxi]

Une autre raison de l’abandon juif de l’utopie communiste par les Juifs était « la découverte directe à leurs propres frais, non seulement que le socialisme n’a pas mis fin à jamais à l’antisémitisme », mais qu’il l’ a parfois utilisé volontairement, comme en Pologne en 1968, comme un outil politique. Il y a « une campagne débridée contre les ‘sionistes’ à la radio et à la télévision polonaise a empoisonné la vie publique, avec des cadres juifs rejetés en silence. » En 1968, les restrictions à l’émigration ont été abolies et des milliers de Juifs ont quitté la Pologne. En Tchécoslovaquie, en Hongrie et en Roumanie, les procès et liquidations des années 1950 « avaient également une connotation anti-juif, plus ou moins prononcée selon les cas. Pierre Sherf raconte son expérience en Roumanie:

Je suis retourné en Roumanie avec ma femme en décembre 1945. Nous étions à la fois naïfs et fanatiques. Nous avions le sentiment profond de rentrer à la maison, laissant finalement derrière nous notre condition de juif errant. J’ai été nommé à un poste élevé dans le ministère des Affaires étrangères, mais après la fondation de l’État d’Israël, un de mes frères est devenu ministre dans le gouvernement israélien, et j’ai soudainement été renvoyé et transféré à un autre ministère. Quand Ana Pauker a été congédiée en 1952, j’ai senti le filet se resserrer autour de moi. Mon supérieur hiérarchique a été arrêté et une affaire a été ouverte contre moi. Comme en Tchécoslovaquie, en Hongrie et en URSS, les vétérans de l’Espagne étaient considérés comme des « espions ». …
Je n’ai jamais caché que j’étais juif et que le Parti avait besoin de nous, car il avait besoin de cadres appartenant à d’autres minorités nationales vivant en Roumanie. Mais il craignait que la population n’en veuille au grand nombre de Juifs à la tête du parti. Comme beaucoup d’autres, j’ai donc dû « romaniser » mon nom. Je m’appelle maintenant Petre Sutchu au lieu de Pierre Sherf. Pendant les épreuves des années 1950, le spectre du « nationalisme juif » a été brandit, comme dans d’autres pays. La suspicion était à peine démentie par les événements futurs. Plus tard, un membre du bureau politique a été éliminé parce que sa fille avait demandé à immigrer en Israël. En Espagne, dans les brigades, il y avait une unité d’artillerie nommée d’après Ana Pauker, mais quand elle a été démise de ses fonctions, on lui a donné un nom différent dans les musées d’histoire officiels.[xxiii]

Sherf a ensuite demandé un visa d’émigration et est parti pour Israël. Pour des fonctionnaires communistes juifs comme lui, « le mouvement ouvrier européen et le socialisme n’avaient pas réussi à résoudre la question juive dans sa dimension nationale – pas seulement en Europe, mais dans le monde entier ». Après cet échec, l’histoire juive semblait « se présenter comme une répétition éternelle fondée sur la permanence de l’antisémitisme ». Selon cette conception, les différences entre Juifs et non-Juifs « se gonflent aux dimensions d’une altérité essentielle et irréductible. Comme dans les prédications des rabbins, le monde non-juif, l’univers des goyim, tend à redevenir une menace perpétuelle pour l’autre et ailleurs. Ce sentiment de trahison a été la clé de leur désenchantement ultérieur, qui a fini par « mener la grande majorité d’entre eux loin du communisme ». »[xxvii]

Après 1948, une grande partie de la diaspora du Yiddishland a émigré en Israël, certains à contrecœur, d’autres moins. Brossat et Klingberg notent que leur décision d’interviewer uniquement d’anciens révolutionnaires Yiddishland vivant en Israël était arbitraire, et comment la même tâche aurait pu être entreprise à Paris ou à New York. La situation particulière de leurs informateurs a cependant mis en lumière un facteur essentiel: « la rupture béante et radicale entre le monde qu’ils ont perdu et la nouvelle Sparte arrogante dans les murs de laquelle ils ont choisi de vivre. » Ces anciens militants de l’internationalisme socialiste, qui « ont mené une lutte acharnée contre tous les nationalismes », se sont désormais engagés à « faire allégeance à l’Etat d’Israël, expression d’un sionisme triomphant » qui « a sculpté sur les piliers du Temple reconstruit les principes d’une vision manichéenne du monde, un système de pensée fondé sur de simples oppositions, une métaphysique binaire: tout comme le monde est divisé en deux, juifs et goyim. »[xxviii]

Conclusion

Le Yiddishland révolutionnaire est un autre exemple de ce genre littéraire incroyablement prolifique: l’historiographie juive apologétique. Malgré cela, le livre mérite qu’on s’ y attarde car, destiné à un lectorat juif, sa discussion sur les racines et les motivations du radicalisme et du militantisme juifs est exceptionnellement franche. Il met en lumière des aspects du radicalisme juif qui sont habituellement dissimulés aux non-juifs, comme la façon dont la poursuite des intérêts ethniques juifs a été le principal facteur de motivation de la participation et du soutien des juifs au communisme dans la première moitié du XXe siècle. Lorsqu’ils s’adressent à des publics non juifs, les Juifs attribuent généralement leur engagement disproportionné dans la politique de gauche à l’impulsion du tikkun olam – un désir de guérir le monde qui découle naturellement de la bienveillance inhérente au peuple juif. Les appels lancés aux non-juifs pour qu’ils servent les intérêts juifs en luttant pour les « droits de l’homme » universels ont été une caractéristique constante et incroyablement réussie du judaïsme en tant que stratégie évolutionnaire collective à l’ère moderne. Des millions de Blancs (qui sont probablement génétiquement prédisposés à l’universalisme moral) ont été enrôlés pour lutter pour les intérêts juifs (et contre leurs propres intérêts ethniques) en supposant qu’ils soutiennent la « fraternité universelle de l’homme ».

Dans l’après-guerre froide, l’esprit révolutionnaire juif chroniqué dans Le Yiddishland révolutionnaire a été réorienté vers l’assaut culturel marxiste contre les Blancs et leur culture. Tout comme l’ancienne génération des révolutionnaires juifs, la poursuite des intérêts ethniques juifs demeure le moteur central de cette nouvelle révolution qui s’articule autour de la transformation démographique et culturelle des sociétés européennes et dérivées de l’Europe. Cette motivation est tout à fait évidente dans une critique du livre de l’activiste juif de gauche Ben Lorber, qui, en plaçant fermement l’ennemi hétérosexuel blanc dans sa ligne de mire, s’est réjoui que « la gauche soit confrontée à une menace fasciste terrifiante et invisible depuis l’ère de Yiddishland, avec l’embrassade rapide de la politique d’extrême droite engloutissant l’Europe et culminant… avec la saisie effrayante par Donald Trump des plus puissants politiciens politiques. Alors que nous combattons les attaques croissantes contre les communautés musulmanes et arabes, les Noirs, les immigrés, les Juifs, les femmes, les LGBTQ et plus encore. »

Reflétant l’ancienne génération d’activistes juifs radicaux, Lorber insiste sur le fait que « nous avons beaucoup à apprendre de l’optimisme infini, des avances courageuses et des retraites terrifiantes de ceux qui ont lutté auparavant. « Plutôt que de critiquer ses prédécesseurs juifs radicaux en tant que servantes et adeptes directs de l’oppression et du génocide, Lorber les regarde tendrement comme une source d’inspiration, soutenant que « nous devons tirer l’espoir de cette génération précédente de radicaux qui croyaient, contre toute attente, qu’un nouveau soleil se faisait jour dans le ciel de l’histoire. Le Yiddishland révolutionnaire laisse parler cette génération et nous aide à écouter. » Pris par le même engouement ethnocentrique pour la « romance » des révolutionnaires radicaux juifs que les auteurs, Lorber « ne peut s’empêcher de regarder l’optimisme passionné, presque messianique des radicaux du début du XXe siècle ».

Un autre critique juif a vanté le Yiddishland révolutionnaire comme « un livre merveilleux et doux-amer », la douceur venant de « la compréhension de la profondeur et de la vitalité du mouvement socialiste révolutionnaire, de l’écoute de la voix des personnes interrogées, et de la question des faits de leur héroïsme et de leur engagement quotidiens ». Le site pro-palestinien Mondoweiss a décrit le livre comme « un mémorial à un monde disparu », et a affirmé que « en tant que composition esthétique, il est beau. The Jewish Chronicle a également fait l’éloge de ce livre, mais a estimé qu’il n’était pas suffisamment apologétique et a déploré son « animus anti-sioniste occasionnel » (c’est-à-dire ses critiques très tièdes à l’égard d’Israël).

La caractéristique la plus révélatrice (bien que tout à fait prévisible) des réactions juives au Yiddishland révolutionnaire est l’absence de réserves exprimées à propos de la glorification de Brossat et Klingberg par des militants communistes juifs qui ont fondé et servi avec enthousiasme des régimes qui ont détruit des millions de vies. Cela nous rappelle une fois de plus, s’il en était besoin, que la participation juive au communisme demeure l’exemple le plus flagrant du particularisme moral juif de toute l’histoire. Il souligne une fois de plus le fait que les Juifs n’ont aucun problème à mettre de côté la cohérence morale dans la poursuite des intérêts évolutionnaires de leur groupe.


[i] Alain Brossat & Sylvie Klingberg, Revolutionary Yiddishland: A History of Jewish Radicalism (London; Verso, 2016), 139-40.

[ii] Ibid., 141.

[iii] Ibid., 225.

[iv] Kevin MacDonald, The Culture of Critique: An Evolutionary Analysis of Jewish Involvement in Twentieth‑Century Intellectual and Political Movements, (Westport, CT: Praeger, Revised Paperback edition, 2001), xxxix.

[v] Brossat & Klingberg, Revolutionary Yiddishland, 225.

[vi] Ibid., 230.

[vii] Ibid., 232.

[viii] Ibid., 234.

[ix] Ibid., 236.

[x] Ibid., 264.

[xi] Ibid. 171.

[xii] Ibid., 267.

[xiii] Ibid., 265.

[xiv] Ibid., 267.

[xv] Ibid., 267-8.

[xvi] Ibid., 173.

[xvii] Ibid., 175.

[xviii] Ibid., 268.

[xix] Ibid. 178-9.

[xx] Ibid., 268.

[xxi] Ibid., 272.

[xxii] Ibid., 275.

[xxiii] Ibid., 375-6.

[xxiv] Ibid., 277.

[xxv] Ibid., 285.

[xxvi] Ibid., 268.

[xxvii] Ibid., 241.

[xxviii] Ibid.

Source : traduction de «A Review of “Revolutionary Yiddishland: A History of Jewish Radicalism», par Brenton Sanderson, dans Occidental Observer

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*