De crainte d’être snobé Trump annule sa visite en Grande-Bretagne

0
340
Photo EPA.

Donald Trump a abandonné ses plans pour visiter la Grande-Bretagne le mois prochain, affirme la presse britannique.

On s’attendait à ce que le président américain effectue son premier voyage au Royaume-Uni depuis son entrée en fonction, mais les responsables gouvernementaux ont appris qu’il n’était pas convaincu à cette idée. Aucune nouvelle date n’a été proposée, ce qui laisse entrevoir la perspective d’un froid diplomatique majeur.

Une source de haut niveau citée par le Daily Mail a suggéré que Donald Trump annulait parce qu’il n’était pas satisfait des dispositions prises et de l’ampleur de la visite. Ce revirement brutal se produit malgré le fait que M. Trump ait dit à Theresa May, lors d’un appel téléphonique le mois dernier, qu’il se rendrait en Grande-Bretagne pour la nouvelle année. Outre les entretiens avec Mme May au 10 Downing Street Trump devait inaugurer officiellement la nouvelle ambassade américaine à Londres. Il est entendu que ce rôle sera désormais assumé par le secrétaire d’État Rex Tillerson.

Le Président devait également rencontrer la Reine lors d’une visite officielle à une date ultérieure.


Mise à jour 12.01.17 à 8.00.

Le président Donald Trump a annoncé qu’il annulait une visite à Londres durant laquelle il devait inaugurer la nouvelle ambassade américaine, s’en prenant à nouveau à son prédécesseur Barack Obama.

« La raison pour laquelle j’annule mon voyage à Londres est que je ne suis pas un grand fan de l’administration Obama qui a vendu l’ambassade la mieux située et la plus agréable à Londres pour des « cacahuètes », afin d’en construire une autre bien plus éloignée pour 1,2 milliard de dollars », a écrit M. Trump dans un tweet nocturne.

« Mauvaise affaire. On voulait que je coupe le ruban. NON! », a-t-il ajouté.


Un torchon qui brûle depuis des mois

On se souvient que, fin décembre, le maire musulman de Londres Sadiq Khan avait réitéré ses appels à Donald Trump d’annuler sa visite d’État, indiquant qu’il estimait qu’une visite du président américain serait contraire aux « intérêts et à la sécurité des Londoniens ».

Le 29 novembre, une polémique avait par ailleurs éclaté lorsque Trump s’en est pris à Theresa May, la Première ministre britannique, qui avait critiqué ses retweets de vidéos anti-musulmanes postées sur Twitter par un petit parti d’extrême droite, Britain First. Le président américain avait répondu, toujours sur le réseau social, qu’elle devrait se concentrer sur la lutte contre le terrorisme islamique plutôt que sur ses tweets.

Bien que Trump veuille snober la Grande-Bretagne, il a été prêt à visiter des pays comme l’Arabie Saoudite, la Chine et la France, où il a participé à une visite de haut niveau de 24 heures qui a été couronnée par un défilé militaire le jour de la Bastille.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook