Décès du nationaliste suisse Gaston-Armand Amaudruz

0
311

RIP

(21 décembre 1920 – 7 septembre 2018)

« Issu d’une ancienne famille du canton de Vaud d’origine germanique (Amaldrud), Gaston-Armand Amaudruz était le fondateur du Courrier du Continent, périodique politique suisse publié depuis 1946, publication dont il fut le rédacteur en chef jusqu’au mois de décembre 2013. Gaston-Armand Amaudruz publia en 1949 « Ubu Justicier au premier procès de Nuremberg » un livre qui, le premier, éclaira le public sur un procès où les vainqueurs jugèrent le vaincu. Gaston-Armand Amaudruz fut l’un des fondateurs au début des années cinquante du Mouvement Social Européen et du Nouvel Ordre Européen. Il publia régulièrement des ouvrages politiques en collaboration avec René Binet en France, Jacques de Mahieu en Argentine et Jacques Baugé-Prévost au Canada, avec lequel il fonda en 1969 l’Institut supérieur des sciences psychosomatiques, biologiques et raciales. En 1982, Gaston-Armand Amaudruz fut l’un des initiateurs de la Coordination nationale, un mouvement qui milita pour la défense de l’indépendance et de l’identité de la Suisse. Dès le début des années nonante, Gaston-Armand Amaudruz pressentit que les lois dites antiracistes étaient des instruments de répression conçus pour détruire les identités nationales des peuples d’Europe : l’avenir lui donnera raison. Toujours à la pointe du combat des idées, Gaston-Armand Amaudruz s’engagea activement en faveur de la liberté d’expression et pour la révision de l’histoire « interdite ». L’adoption d’une telle loi en 1995 ne modifia en rien la nature de son engagement, raison pour laquelle Gaston-Armand Amaudruz devint le premier prisonnier de notre pays emprisonné pour ses écrits. »

(Source: Bocage)

Plus d’info : nécrologie de Gaston-Armand Amaudruz parue dans la revue Heritage and Destiny (en anglais), qui annonce un hommage spécial dans son édition à venir de novembre. http://www.heritageanddestiny.com/gaston-armand-amaudruz-1920-2018/

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !