Depuis 1991, la Russie a abandonné 39 millions d’hectares de terres agricoles, montrent de nouvelles études par satellite

0
306
Espaces verts - terres arables, rouges - abandonnés, clairs - autres territoires. Image: Dmitry Schepaschenko / Scientific Data

Les responsables russes reconnaissent que depuis la fin de l’Union soviétique, la Russie a abandonné une grande partie de ses terres agricoles ; mais une nouvelle étude de l’Agence spatiale européenne montre qu’elle a abandonné 39 millions d’hectares, soit une superficie supérieure à celle de l’Allemagne, et qu’une grande partie de ces terres revient maintenant aux forêts.

Cela limite la possibilité que la Russie puisse développer son agriculture assez rapidement pour devenir le producteur d’exportation que de nombreux habitants de Moscou espèrent ou même sauver des villages dans des zones où de grandes parcelles de terre ont été abandonnées.

L’une des raisons pour lesquelles le gouvernement russe a sous-estimé cette perte de terres agricoles est qu’il ne considère les terres comme perdues que si ses propriétaires ont fait une déclaration à cet effet. Dans de nombreux cas, les propriétaires cessent tout simplement d’utiliser le terrain tel qu’il a été exploité. La nouvelle étude, qui comprend une carte, comble cette lacune.

La Fédération de Russie n’est pas le seul État post-soviétique à avoir abandonné des terres agricoles depuis 1991. Selon l’étude, les autres pays de cette région ont perdu 20 millions d’hectares et, par conséquent, ils sont également moins bien positionnés sur le plan agricole qu’il y a un quart de siècle et dépendent davantage des importations.

Source: traduction d’un article (en anglais) paru sur Window on Eurasia / Paul Goble

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook