Des troupes cosaques pro-Kremlin pour « assurer la sécurité publique » lors de la Coupe du monde

0
433
Maxim Zmeev / AFP / Scanpix / LETA

Des cosaques pro-Kremlin « ultra-patriotes » – comme ceux qui ont utilisé des fouets en cuir pour réprimer les manifestants lors d’un rassemblement de l’opposition à Moscou ce week-end – seront de patrouiller les rues de la capitale russe lors de la Coupe du monde de football cet été, prévoient des experts.

Les activites, coiffés de chapeaux traditionnels en fourrure de cosaque, se sont joints à la police et aux forces de sécurité de la Garde nationale pour réprimer la manifestation de samedi avant l’investiture de Vladimir Poutine, ce lundi, pour un quatrième mandat présidentiel.

Plus de 700 personnes, dont le chef de l’opposition Alexei Navalny qui a été libéré tôt dimanche, ont été arrêtées à Moscou. Quelque 1 600 opposants au total ont été interpellés de façon souvent musclée aux cours de rassemblements anti-Poutine non autorisés ce week-end à travers le pays.

« Nous ferons l’affaire de tous ceux qui font des ennuis contre Poutine », se serait exclamé un cosaque, selon le site d’information Meduza. Les cosaques ont également utilisé des bâtons pour s’en prendre de façon énergique aux manifestants qui s’étaient rassemblés sur la place Pouchkine à Moscou.

Certains de ces hommes ont été identifiés comme membres des Troupes cosaques centrales (CCT), une organisation qui entretient des liens étroits avec les forces de sécurité russes. L’administration de Moscou a payé à l’organisation l’équivalent de 215 000 Euros pour former les cosaques à « assurer la sécurité publique » lors d’événements dans la ville, selon des documents publiés par le bureau du maire.

Les membres de l’organisation cosaque ont récemment rencontré les responsables de la Garde Nationale pour discuter des opérations de sécurité pour la Coupe du Monde, qui débute le 14 juin. Les médias russes ont identifié l’ « ataman », ou leader du CCT, comme étant Ivan Mironov, un ancien agent des services de sécurité de l’État du FSB.

Plus de 300 cosaques doivent également travailler aux côtés de la police à Rostov-sur-le-Don, la ville du sud de la Russie qui accueillera quatre matches de groupe de la Coupe du monde et un match de huitième de finale.

Maxim Shevchenko, membre du Conseil des droits de l’homme du Kremlin, a appelé à une session d’urgence du Conseil pour discuter de l’utilisation par les autorités de combattants cosaques « fascistes » pour disperser la manifestation de samedi à Moscou.

Denis Krivosheev, directeur adjoint d’Amnesty International pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, a accusé la police russe de ne pas agir alors que des « personnes en uniformes cosaques » battaient les manifestants.

Ces dernières années, le Kremlin a encouragé la renaissance des Cosaques, les descendants des cavaliers du temps des tsaristes qui gardaient autrefois les frontières méridionales de la Russie.

GrandFacho.com a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.GrandFacho.com, et indiquez le montant de votre contribution.

Les cosaques ont joué le rôle de police auxiliaire dans certaines villes, en effectuant des patrouilles de rue à la recherche d’immigrants illégaux. Ils ont également participé à des raids sur des galeries d’art et des théâtres considérés comme ayant exposé du matériel « blasphématoire ». Des groupes paramilitaires cosaques ont combattu aux côtés de séparatistes dirigés par les Russes dans l’est de l’Ukraine.

Ils ont également ciblé les critiques du Kremlin. En 2016, un groupe de cosaques a attaqué Navalny et ses partisans à Anapa, une ville du sud de la Russie. Des membres de Pussy Riot, le groupe d’art-performance anti-Kremlin, ont été molesté par des cosaques avant les Jeux Olympiques d’hiver 2014 à Sotchi. Aucune accusation n’a été portée contre les assaillants dans les deux cas.

Des centaines de membres du mouvement de jeunesse Molodaya Gvardiya, soutenu par le Kremlin, ont également aidé la police à procéder à des arrestations lors du rassemblement de samedi à Moscou, tandis que des militants du Mouvement de libération nationale pro-poutine étaient impliqués dans des bagarres avec des manifestants.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !