DIRECT Mikheïl Saakachvili franchit en force la frontière ukrainienne. Ce soir à Lviv. Demain matin annoncé à Kiev

0
285
Mikheil Saakashvili à Lviv (Ukraine) entouré du maire de la ville Andri Sadovy et de Ioulia Tymochenko, ancienne premier ministre.

00.00

Fin de notre direct 

C’est ici que se referme notre suivi en direct. Merci de nous avoir suivis.


Rebondissement dans la tentative de l’ex-président géorgien et ancien gouverneur de la région ukrainienne d’Odessa Mikheïl Saakachvili de rentrer aujourd’hui en Ukraine par la frontière polono-ukrainienne.

Annoncée comme échouée en fin d’après-midi – les gardes-frontières ukrainiens ayant refusé de le laisser passer pour « raisons de sécurité » – elle a finalement réussi.

En fin de journée, rapporte le correspondant de la BBC en Ukraine, plusieurs centaines de personnes ont franchi la frontière de force au poste de contrôle de Medyka, et parmi elles Mikheïl Saakachvili qui a réussi à entrer sur le territoire ukrainien.

M. Saakachvili a déclaré que c’est la foule en colère qui l’a emmené au-delà de la frontière parce que le passage était fermé. « Ils n’ont pas été arrêtés par les mensonges selon lesquels il y avait des explosifs là-bas. Ils nous ont emmenés en Ukraine. »

Le député ukrainien Ivan Krulko a déclaré pour sa part que ce sont les gardes ukrainiens qui ont permis à M. Saakachvili d’entrer dans le pays.

Avant de franchir la frontière, M. Saakachvili a expliqué ses difficultés par le fait que Kiev « panique », assurant qu’il ne voulait « pas renverser le président Porochenko » mais juste défendre ses droits.

Sur les images ci-dessus diffusées par le service en russe de la BBC, on voit en début de séquence une foule de partisans de M. Saakachvili venir briser à partir du côté ukrainien de la frontière le cordon de sécurité et rejoindre la foule massée côté polonais, qui finalement force le passage en direction du territoire ukrainien. Une interview donnée à la BBC termine la séquence.

Ci-dessous, des images plus complètes, où l’on voit M. Saakachvili, protégé par la foule, pénétrer en Ukraine. 

Ci-dessous images de Mikheïl Saakachvili à Lviv (grande ville de l’ouest de l’Ukraine), accompagné du maire de la ville Andri Sadovy et de Ioulia Tymochenko, ancienne premier ministre.

Ci-dessous réaction du maire de Lviv, Andri Sadovy, leader du parti Samopomich. Il est annoncé que Mikheïl Saakachvili se rendra demain matin à Kiev, la capitale.

Plus tôt dans la journée, son train a été arrêté à la gare ferroviaire de Przemysl, en Pologne, alors que les gardes-frontières ukrainiens lui refusaient l’entrée. M. Saakachvili était accompagné d’un certain nombre de ses partisans, dont l’ancien Premier ministre ukrainien et leader actuel de l’opposition, Ioulia Timochenko.

Il a ensuite déclaré à une chaîne de télévision pro-opposition que les autorités frontalières « ont provoqué et provoqué » les gens. Et fait éloge que la police ukrainienne n’ait pas fait usage de la force.

Le gouvernement gronde

Seize garde-frontières et membres de la Garde nationale ont toutefois été blessés au moment du franchissement de la frontière, susceptible d’entraîner des poursuites pour entrée illégale sur le territoire ukrainien et mise en danger des forces de l’ordre, a prévenu le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

La vice-présidente du parlement Iryna Guerachtchenko a dénoncé sur Facebook une « tentative d’humilier ceux qui font leur travail en défendant la frontière de l’Etat, contre lequel la Russie est en guerre », une allusion au soutien militaire de Moscou, selon Kiev et les Occidentaux, aux séparatistes de l’est de l’Ukraine.

M. Saakachvili souhaite participer aux élections en Ukraine, y promouvoir des réformes et lutter contre la corruption. Il a été déchu en juillet dernier de sa nationalité ukrainienne, acquise en 2015, par le gouvernement avec qui ses relations s’étaient fortement dégradées.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*