Etats-Unis : fils d’un député russe condamné à 27 ans de prison pour cybercriminalité

0
240
Valery Seleznev, député et père de Roman Seleznev, détenu aux Etats-Unis. Image Wikipedia.

Le fils d’un député influent au parlement russe, présenté par la justice américaine comme maître dans le cyber-piratage de cartes de crédit volées, a été condamné aujourd’hui à 27 ans de prison.

Roman Seleznev serait connu chez les pirates informatiques sous le surnom de «Track2», et serait « l’un des trafiquants d’informations financières volées les plus prolifiques au monde ». Ce Russe de 32 ans aurait piraté, entre octobre 2009 et octobre 2013, les systèmes informatiques de grandes surfaces à travers les Etats-Unis pour se procurer les codes secrets de 200 000 cartes bancaires. Puis il aurait revendu ces informations en ligne, récoltant plus de 2 millions de dollars, ce qui selon le Parquet américain a causé plus de 169 millions de dollars de fraude.

Le juge américain Richard Jones a exprimé son scepticisme à propos de la lettre de repentance que Roman Seleznev avait adressée au tribunal dans laquelle il s’excusait et demandait de la miséricorde. « Il n’a fait aucune déclaration exprimant culpabilité et remords jusqu’à sa condamnation », a déclaré le juge.

Pression sur les réseaux de piratage russes

La peine infligée à Seleznev, qui comprend la restitution des pertes, est encore plus sévère que celle de 20 ans imposée en 2010 à un pirate de Miami reconnu coupable d’avoir volé 130 millions de dossiers de carte de crédit et de débit de Heartland Payment Systems Inc. et d’autres sociétés.

Roman Seleznev, sa femme et leur fille (visage caché). Photo de vacances prise aux Maldives quelques jours avant l’arrestation du hacker à l’aéroport de Malé. Crédit: archives/réseaux sociaux.

La lourdeur de cette condamnation traduit une pression accélérée du gouvernement des États-Unis sur les réseaux de piratage russes. Depuis octobre, plusieurs Russes ont été accusés de cyberattaques sur des sociétés américaines d’internet, y compris deux fonctionnaires du Service fédéral de sécurité de la Russie (FSB), accusés d’avoir organisé un hack massif de Yahoo! Inc.

Un résident de Saint-Pétersbourg, Piotr Levachov, décrit comme le spammer criminel le plus célèbre du monde a été arrêté en Espagne ce mois-ci à la demande du Département de la Justice en pleine polémique sur la possible implication de l’Etat russe dans une tentative d’influencer les élections américaines l’année dernière.

Père membre du Parlement russe

Roman Seleznev, qui a été pourchassé par les services secrets américains pendant plus d’une décennie avant d’être finalement arrêté le 5 juillet 2014 lors de son départ à l’aéroport international de Malé, aux Maldives, est le fils de Valery Seleznev (parti ultranationaliste libéral-démocrate (LDPR), membre de la Douma d’Etat, la chambre basse du parlement de Russie.

Lorsque son ressortissant avait été arrêté, le ministère russe des Affaires étrangères avait accusé les agents américains d’avoir procédé à un « enlèvement » après un contrôle de passeport et de l’avoir transporté de force sur l’île américaine de Guam. Lors du procès, son avocat n’a pas été autorisé à faire valoir aux jurés que son client avait été kidnappé.

Après la sentence, l’avocat de Roman Seleznev, Igor Litvak, a lu une lettre de son client à la presse sur les marches du palais de justice et déclaré qu’il n’y avait aucune décision pour l’heure de faire appel.

D’après son avocat, Roman Seleznev pense qu’ « il est un prisonnier politique et croit qu’il est utilisé comme un pion » en raison des différents entre les États-Unis et la Russie.

« Un nouveau geste inamical de Washington »

En Russie, le père de Seleznev a déclaré à l’agence de presse RIA que la peine infligée à son fils était « une sentence cannibale. Elle a été décidée d’avance. Je ne pense pas que mon fils soit coupable ».

Lors de l’arrestation du cyber-hacker en 2014 les autorités russes avaient qualifié cette affaire de « nouveau geste inamical de Washington » et rappelé que «ce n’est pas la première fois que les Américains procèdent de fait à l’enlèvement d’un citoyen russe ». Une allusion à l’affaire de Viktor Bout, un trafiquant d’armes russe, ancien officier dans l’armée Rouge, extradé en 2010 de Thaïlande aux Etats-Unis puis condamné à 25 ans de prison et à une amende de 15 millions de dollars.

Un précédent célèbre: Viktor Bout. Surnommé le « marchant de mort » et « Lord of War » par certains médias, ce trafiquant d’armes a été extradé de Thaïlande vers les Etats-Unis le 16 novembre 2010. La Russie, qui réclame sa libération, juge cette extradition illégale. Photo U.S. Department of Justice.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © GrandFacho.com.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*