Pour un grand journal allemand, le héros anti-immigrationniste britannique des années 1960 Enoch Powell avait raison

0
426
Enoch Powell

Le journal de l’establishment allemand Die Welt (Le Monde) a publié un article sympathique sur l’ancien politicien conservateur britannique Enoch Powell – un héros des campagnes anti-migration de masse souvent vilipendé par la gauche politique – dans une réflexion sur la crise migratoire.

Dans le monde politique britannique, la référence au regretté député de Wolverhampton s’accompagne le plus souvent d’une tempête de critiques de la part du même genre de militants pro-migration de masse qui ont contribué à la chute de M. Powell lui-même. Mais il ne semble pas en être de même en Allemagne où un éditorial réfléchi sur la prescience des commentaires de M. Powell sur la migration de masse n’a suscité que peu d’enthousiasme.

Rapportant dans sa chronique la source classique de son célèbre discours « Rivières de sang » – le poète romain Virgile-, l’historien allemand Michael Stürmer a déclaré que personne dans la politique britannique n’avait été « puni » aussi impitoyablement que Powell pour s’être écarté de la ligne.

Intitulée « L’alerte précoce de Powell sur les migrations de masse », l’article s’ouvre en citant le livre de l’Ecclésiaste tiré de la Bible, que « Tout sur terre a son propre temps et sa propre saison », faisant appel à l’idée que Powell lui-même était en avance sur son temps, et crucifié politiquement par son époque.

Remarquant que le message de Powell n’était pas seulement « contre le politiquement correct des années 1960 », il offensait aussi les intérêts de l’industrie britannique qui voulait importer de la main-d’œuvre bon marché. Poursuivant cet objectif, affirme l’éditorial, la Grande-Bretagne comme l’Allemagne ne s’est pas intéressée à l’époque à « l’idée de conséquences à long terme » et en souffre aujourd’hui.

Ces conséquences continueront d’inquiéter M. Powell jusqu’à sa mort. Plutôt que d’aller tranquillement à la Chambre des Lords après son renvoi du cabinet fantôme, il a préféré montrer la folie de la politique officielle sur l’immigration. L’article rapporte que de nombreux Britanniques – des sondages d’opinion l’ont rapporté – partageaient les positions de M. Powell.

En conclusion, l’article affirme que M. Powell n’aurait eu aucun plaisir à voir ses prédictions se réaliser. Pourtant, il affirme que le politicien britannique avait la capacité de voir l’avenir et les ravages de l’immigration « plus tôt clairement que les autres ».

Enoch Powell a été démis du cabinet fantôme en 1968 après un discours politique jugé à l’époque inacceptable. S’adressant à un auditoire du parti à Birmingham, il a déclaré que le pays subissait une transformation forcée par une migration de masse pour laquelle « il n’y a pas de parallèle en mille ans d’histoire de l’Angleterre ».

Il a dit : « Nous devons être fous, littéralement fous à lier dans ce pays, pour autoriser chaque année l’entrée de 50.000 personnes, qui seront à l’origine de la future augmentation de la population d’origine immigrée. J’ai l’impression de regarder ce pays construire frénétiquement son propre bûcher funéraire. »

« Nous sommes tellement fous que nous permettons à des personnes non mariées d’immigrer dans le but de fonder une famille avec des conjoints et des fiancées qu’ils n’ont jamais vus ».

Powell désirait voulait avertir ses compatriotes que l’immigration menaçait le Royaume-Uni. Il déplorait le fait que des Anglais ne trouvaient pas d’emploi à cause de la main d’oeuvre que constituaient les immigrés (principalement des Jamaïcains), dénonçant le comportement de ceux-ci à l’aide de nombreux exemples destinés à marquer l’auditoire.

Citant un passage de l’Énéide de Virgile, M. Powell a dit ces mots restés célèbres: « Si je regarde vers l’avenir, je suis empli de sombres présages ; tel le poète romain, il me semble voir le Tibre écumer d’un sang abondant ».

Par rapport aux 50 000 personnes citées par M. Powell, en 2015, 617 000 personnes ont émigré au Royaume-Uni. En Allemagne, ce chiffre avoisinait les deux millions.

Source : Breitbart / Oliver JJ Lane

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !