Hamed Abdel-Samad: «Les musulmans considèrent leur culture comme supérieure à la nôtre.»

0
209

Interview parue dans le Tages Anzeiger (Suisse) le 22 avril 2018, traduite par LesObservateurs.ch

Le critique de l’islam Hamed Abdel-Samad su sujet du manque de volonté des musulmans à s’intégrer, la fausse tolérance et la valeur de la liberté d’expression

Devant le petit hôtel de Cologne se trouvent deux voitures blindées noires. L’entrée de l’hôtel en verre est bouclée. Un jeune musulman se tient devant lui, un portier intervient et déclare: «Nous sommes complets». À l’intérieur, cinq gardes du corps contrôlent les lieux, accompagnant Hamed Abdel-Samad dans sa chambre. Dans la soirée, il présentera son nouveau livre « Intégration: Un procès-verbal de l’échec« . Un règlement de compte avec l’Islam.

Plusieurs religieux islamiques ont appelé à votre assassinat. Depuis cinq ans, vous vivez sous la protection de la police. Comment gérez-vous cela?

J’essaie de vivre aussi normalement que possible.

Est-ce que cela fonctionne?

Non, bien sûr, ça ne marche pas. Je ne peux rien faire spontanément, tout doit être bien planifié à l’avance, même si je vais juste à la pharmacie pour faire du shopping. Quand j’arrive avec quatre ou cinq gardes du corps, les gens ont parfois l’impression que je vais attaquer le magasin. C’est un sentiment nauséeux pour tout le monde. J’essaie de limiter autant que possible ces situations et dois renoncer à beaucoup de choses qui font partie de la qualité de vie. Par exemple, je n’ai pas été au théâtre ou au cinéma pendant cinq ans.

Dans quelle mesure la peur affecte-t-elle votre vie?

J’essaye de ne pas y penser, parce que je ne veux pas être poussé par la peur. Selon le livre « Mohamed – Un règlement de compte » il y avait aussi des réactions violentes et des menaces de mort du côté allemand. C’est pourquoi j’ai maintenant une protection policière plus intensive.

Savez-vous qui vous menace?

Oui, mais je ne peux rien dire à ce sujet.

Le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer a récemment déclaré que l’islam n’appartient pas à l’Allemagne. Partagez-vous cette évaluation?

Ce n’est pas une évaluation, c’est la réalité.

C’est vous qui dites cela.

76% des Allemands ont accepté dans une enquête la déclaration de Seehofer. A quoi l’Islam devrait-il appartenir, sinon aux gens qui vivent ici? Si la majorité pense que l’Islam n’a pas contribué à leur culture et ne leur appartient pas, alors c’est une réalité. Venons aux musulmans eux-mêmes: près de la moitié d’entre eux placent le Coran ou la Charia au-dessus de la constitution.

Vous dites que les musulmans ne veulent souvent pas s’intégrer?

Oui. Ils sont heureux de leur culture, la considèrent comme une meilleure alternative à l’Occident et se sentent moralement supérieurs. Ils veulent bénéficier des avantages offerts par des pays comme l’Allemagne ou la Suisse. Mais ils ne veulent pas y appartenir. Il y a un deuxième point: qu’est-ce qui appartient à l’Islam? La charia fait-elle partie de l’islam?

Dites-le nous.

Oui, la charia fait partie de l’islam. Une image de femmes incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme appartient à l’Islam. Un homme est autorisé à battre sa femme et cela fait partie de l’Islam. L’éducation à la peur de l’enfer appartient à l’Islam. C’est une ingérence dans les droits de l’enfant pour moi. Ces parties de l’Islam n’appartiennent pas à l’Allemagne ou à la Suisse et ne peuvent jamais en faire partie.

Ils pensent que l’islam n’est pas réformable. Pourquoi?

L’Islam n’est pas venu pour faire partie de ce monde, mais pour déterminer l’ordre social, l’ordre juridique et l’ordre politique d’en-haut.

Mais l’Islam pourrait changer?

Si vous pouvez nous présenter des imams allemands qui ont grandi ici, étudié ici et obtenu leur théologie ici, alors nous pouvons réussir. Mais la situation est claire: nous avons un islam importé d’Arabie Saoudite, de Turquie et d’Egypte. Nous avons des associations ethniques-nationales, qui sont principalement le bras étendu des gouvernements étrangers, qui font aussi la politique étrangère sur le sol allemand.

GrandFacho.com a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.GrandFacho.com, et indiquez le montant de votre contribution.

La situation en Suisse est-elle comparable?

Bien sûr. Il n’y a pas d’islam suisse. Il est importé de Bosnie, de Turquie ou du monde arabe. Il y a ce qu’on appelle le Conseil central islamique de Suisse. Il y a, pour parler franchement, quelques convertis qui veulent lancer une contre-révolution contre l’âge moderne et contre les Lumières.

Vous accusez à la politique de graves erreurs dans l’intégration des musulmans. Où des erreurs ont-elles été faites?

Les politiciens veulent ignorer les problèmes avec l’Islam. Pendant des années, on a vécu dans l’illusion que l’on peut réconcilier deux systèmes de valeurs complètement différents, sans provoquer de conflits. Mais les valeurs islamiques et occidentales ne correspondent tout simplement pas. Ils s’excluent même partiellement.

Où, par exemple?

La moralité, les rôles de genre, l’attitude envers la liberté sont complètement différents.

Et pas compatible?

En Allemagne ou en Suisse, il existe un consensus sur la primauté du droit, le respect des droits de l’homme, l’égalité des droits entre hommes et femmes et la liberté d’expression. Comment peut-on être bien intégré ici et piétiner ou même remettre en question ces valeurs? Je ne peux pas m’intégrer si je rêve encore d’un grand califat Ottoman qui devrait remplacer l’Europe.

Dans votre nouveau livre, vous déclarez que l’intégration de l’Islam a échoué. Comment justifiez-vous cela?

Pour la constitution antidémocratique d’Erdogan, beaucoup plus de Turcs ont voté en Allemagne, en Suisse et en Autriche qu’en Turquie même. Pour les personnes qui sont les produits de notre système éducatif, nous n’avons pas réussi à rendre la liberté plus attrayante que le système autoritaire qui leur vend des illusions et des poses machistes. Le nombre de salafistes en Allemagne a doublé, le nombre de personnes potentiellement dangereuses a triplé en deux ans. 43% de tous les chômeurs et 52% des travailleurs sociaux sont issus de l’immigration. Est-ce le résultat d’une intégration réussie? Ou prenez la misère éducative. Les plus mauvais résultats scolaires sont ceux des Turcs et des Arabes.

Les mauvais étudiants ne sont pas seulement parmi les musulmans.

Oui, mais peu importe à qui vous comparez, avec les Allemands, les Russes, les Polonais ou les Sud-Américains, les musulmans sont au bas de l’échelle. 75% des Vietnamiens font le baccalauréat. Vous ne pouvez donc pas dire que c’est à cause du contexte de migration.

Avec votre critique de l’islam ne faites-vous pas l’erreur de critiquer toute la religion avec ses différents courants?

Avec les chiffres que j’ai mentionnés, vous ne pouvez pas dire que c’est une généralisation. Notre instinct dit qu’il y a des gens sympas aussi. Bien sûr, il y en a de ceux-là. Ils sont partout, même parmi les nazis. Mais je parle du collectif. L’immigration islamique n’est pas une réussite. C’est un fait.

L’Islam est-il un frein à l’intégration?

Je dois respecter la culture dans laquelle j’émigre. Si je les méprise moralement, je ne peux pas m’identifier avec eux. La culture islamique juge tout par les lunettes islamo-morales. La femme qui ne porte pas de foulard est immorale. Celui qui boit de l’alcool est immoral. Les célibataires qui vivent ensemble sont immoral. Pour les Vietnamiens, peu importe, ils ne voient pas leur culture comme la meilleure alternative à l’Occident. C’est là que l’intégration des musulmans échoue avant tout.

Un problème sont les sociétés parallèles. Elles ne deviennent pas plus petites, mais plus grandes

Parce qu’un mélange est manquant. Une femme musulmane ne peut pas épouser un non-musulman. Un homme turc peut parfois avant le mariage avoir des relations sexuelles avec une femme allemande. Mais pour le mariage, il doit chercher une inexpérimentée de la Turquie. Ainsi on agrandit tout naturellement les sociétés parallèles.

Que faut-il pour que l’intégration réussisse?

Tout d’abord, les gens doivent le vouloir.

Et si ce n’est pas le cas?

Alors on doit sanctionner cela.

Par quels moyens?

Un exemple: Récemment, un salafiste a été naturalisé en Allemagne. Peu importait qu’il soit salafiste. L’essentiel, c’est qu’il a vécu ici pendant tant d’années, qu’il a un contrat de travail et qu’il parle allemand. Nous donnons la citoyenneté. Elle devrait être liée à un ensemble de valeurs. Un père qui n’envoie pas sa fille à des cours de natation parce que c’est immoral ne mérite pas d’être un citoyen allemand à mon avis. Alors il doit toujours être étranger parce qu’il se fait étranger.

Vous critiquez également le traitement des réfugiés.

Parce qu’exactement la même chose arrive ici. Peu importe s’il est un combattant de la milice terroriste de l’Etat islamique. Le fait qui compte uniquement c’est qu’il vient d’un pays où il y a la guerre. Alors nous l’acceptons et, quelques mois plus tard, nous nous demandons comment une attaque terroriste a été commise.

La culture d’accueil de Merkel était une erreur?

Bien sûr. Comment pouvez-vous être aussi stupide que d’ouvrir votre frontière et laisser entrer tout le monde, quelle que soit sa mentalité?

Ils accusent l’Occident de trop de tolérance. Quand celle-ci devient-elle faiblesse?

Si, au nom de la tolérance, vous permettez à l’intolérance de se sentir chez vous et d’élargir son infrastructure. Si l’intolérance dicte maintenant ce que nous devons dire ce que nous ne devrions pas faire, quels vêtements doivent porter les filles, quels dessins nous pouvons montrer dans les journaux et lesquels pas. L’Europe permet aux gens de bénéficier des avantages de l’état de droit, alors qu’ils veulent le détruire.

Il y a beaucoup de jeunes hommes qui ont grandi et se sont radicalisés ici. Pourquoi?

Parce qu’ils acceptent une idéologie dans le cadre de leur identité qui appelle à la radicalisation. Une éducation qui dit que la vie humaine est réellement sans valeur, que l’essentiel est d’entrer au paradis et de mener à la radicalisation. Pour arriver au paradis, il n’y a pas de garantie unique, sauf la mort comme martyr. Quand les gens ont peur tout le temps de l’enfer, ils veulent en quelque sorte se purifier du péché. Alors la solution est une attaque suicide.

La radicalisation n’a rien à voir avec la pauvreté et les conditions sociales précaires?

Croire ceci est complètement faux. En Allemagne et en Suisse, nous avons des chrétiens orientaux qui viennent des mêmes pays que les musulmans. Ils vivent dans les mêmes circonstances, ils sont également affectés par la pauvreté et les problèmes sociaux. Pourquoi ne se font-ils pas exploser?

Pouvez-vous préciser.

Parce que l’idéologie manque.

Vous êtes venu en Allemagne à l’âge de 23 ans en tant que musulman pieux. Comment avez-vous vécu cela?

Je n’étais pas préparé à la liberté occidentale et, au début, je considérais toute la société comme totalement immorale. J’ai été surpris de voir à quel point la sexualité et l’alcool sont traités librement et sans tabou. Et je me considérais comme moralement supérieur.

Votre père était imam en Egypte. Est-ce que cela a joué un rôle dans l’éducation?

J’ai grandi avec les textes de l’Islam et appris les versets du Coran par cœur. Les textes d’exégèse, la biographie du Prophète, toute la littérature religieuse était chez nous et a façonné l’éducation. Même une famille normale éduque ses enfants strictement religieusement. C’est normal dans les sociétés musulmanes.

Êtes-vous athée ou croyant aujourd’hui?

Ni l’un ni l’autre Un être humain ne peut définir sa vie à travers la religion. Je suis né dans une famille musulmane à la suite d’une coïncidence génétique et géographique en Egypte, il n’y a pas de raison pour que cela domine mon identité.

Son nom en allemand est « L’esclave de Dieu reconnaissant ». Diriez-vous que ce nom vous convient toujours?

Bien sûr que non. Personne n’a besoin de la gratitude d’esclaves. La gratitude doit venir de la liberté. Je suis reconnaissant de vivre, malgré toutes les difficultés que j’ai. J’aime vivre. Et malgré tout, je suis libre dans mon esprit.

Mais limité dans votre liberté de mouvement.

Ma situation de vie concrète montre que la démocratie et les valeurs libérales ne vont pas de soi. Un écrivain critique de l’islam a besoin de la protection de la police 24 heures sur 24.

Pourquoi continuez-vous? Est-ce que cela en vaut-il la peine?

La liberté d’expression est un bien supérieur, une valeur qui doit être respectée et exigée de tous. Je ne suis pas intimidé. Si vous restez silencieux, vous ne résolvez pas le problème. Au contraire. On se plie a la logique des fanatiques. Et je ne fais jamais ça.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !