Indépendance de la Catalogne : deux sondages annoncent une forte participation et une victoire du « Oui »

0
221

Deux enquêtes publiées ce week-end par la presse espagnole et catalane annoncent une participation de 60% lors du référendum d’autodétermination du 1er octobre et une victoire du « Oui ». Un référendum considéré illégal par le Tribunal constitutionnel espagnol. 

Près de 6 Catalans sur 10 seraient prêts à se rendre aux urnes dimanche 1er octobre pour voter lors du référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Un chiffre de participation élevé si l’on considère que le vote est interdit par l’Espagne et que les partis non indépendantistes appellent au boycott du vote. Un chiffre de participation à contraster avec les précédents référendums : en 2006 le référendum pour ratifier le nouveau statut d’autonomie de la Catalogne n’avait attiré que 49,42% des électeurs, tandis que seuls 42,45% du corps électoral s’était déplacé un an plus tôt pour ratifier la constitution européenne.

Le 1er octobre semble donc s’inscrire dans l’histoire de la Catalogne. Selon une enquête publiée aujourd’hui par le journal Ara, 60,2% des Catalans se rendraient aux urnes, le oui remporte la majorité des voix avec 44,1%. Le non est à 37,1%. Les nuls et blanc représentant 17,8% des bulletins. Le journal espagnol El Diaro publie simultanément une enquête donnant globalement les mêmes estimations :  59,5% de participation avec 59,5% pour le oui, 30,7% pour le non, et 9,9% de votes blanc et nuls.

Selon El Diario, la catégorie qui se déplacera le plus pour voter est les 18-30 ans avec 65% et les moins présents seront les plus de 65 ans avec 56% de participation. En toute logique, selon Ara, ce sont les sympathisants des trois partis indépendantistes qui veulent se déplacer massivement la gauche d’ERC 94.58 %, l’extrême-gauche de la Cup 91,18% et le centre-droite du PDeCAT à 80 %. Les moins enthousiastes sont les sympathisants de la droite au pouvoir en Espagne : 2% pour le PP et Ciutadans.

L’objectif de Madrid est d’empêcher la poursuite des préparatifs du scrutin. Le gouvernement craint qu’un « oui » à la sécession ne plonge l’Espagne dans une crise politique, même s’il a annoncé qu’il ne reconnaît pas le résultat du scrutin.

Source : Equinox magazine / Nico salvado

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*