Interview de Travis Patron, chef du Parti nationaliste canadien

2
809
Travis Patron

Par Donald Doucette


Nous offrons ici à nos lecteurs une traduction en français de cet article paru le 12 avril 2018 sur Council of European Canadians. Texte original en anglais ici.


J’aimerais vous présenter Travis Patron, fondateur et chef du Parti nationaliste canadien. Né à Redvers, en Saskatchewan, M. Patron a étudié à l’Université de la Saskatchewan où il a obtenu un baccalauréat en commerce et en arts. A 21 ans, M. Patron a fait ses premières armes dans le monde de la crypto-monnaie et a fondé sa société Diginomics, qui se concentre sur le marché de la crypto-monnaie, autrefois bourgeonnante et aujourd’hui en plein essor. À l’âge de 25 ans, Travis a fondé le Parti nationaliste canadien qui sera le sujet de cette entrevue.

Donald Doucette : Quelle est l’impulsion qui vous a poussé à fonder un parti nationaliste ?

Travis Patron : J’ai senti qu’il y avait une demande pour un récit politique nationaliste au Canada. J’ai toujours été du genre à remettre en question le statu quo et je déteste vivre selon les attentes des autres.

L’un des plus grands moteurs pour moi a été de voir comment les Canadiens européens ont perdu leur sentiment d’identité. Tous les autres groupes ethniques défendent leurs intérêts et protègent leurs traditions. Les Canadiens européens ont été intimidés et pensent que s’ils font la même chose, c’est en quelque sorte immoral.

J’ai grandi en Saskatchewan. J’ai passé toute mon enfance et mes premières années d’adulte entouré de gens de la même lignée que moi. Lorsque des gens d’origines différentes s’installent dans nos communautés, nous les accueillons toujours avec plaisir. Cependant, lorsque j’ai déménagé dans l’Est du Canada et que j’ai fait l’expérience de Toronto et de Montréal, il m’est apparu clairement que ce traitement était souvent à sens unique. Notre culture, nos lois et notre mode de vie ont changé pour apaiser les nouveaux arrivants et ils n’ont pas l’intention de nous rendre la pareille.

Personne ne respecte un peuple qui ne promeut pas ses intérêts – et ne devrait pas le faire.

DD : Pourquoi avez-vous trouvé nécessaire de créer un nouveau parti plutôt que d’appuyer le Parti conservateur ?

TP : Les membres actuels m’ont posé cette question à plusieurs reprises et ma réponse est toujours la même : je n’aurais jamais pu me présenter sur la plateforme que nous avons créée au CNP sous le Parti conservateur. Les fondements idéologiques de ce parti ont été érodés par le politiquement correct et le marxisme culturel. Bon nombre des choses dont le Parti conservateur fait la promotion ne sont pas conservatrices. Ils n’ont aucun fondement idéologique. Ils tentent d’adapter leur message à tout le monde et ainsi, ils n’inspirent personne. Je ne peux pas respecter l’homme qui souffle à la fois chaud et froid avec le même souffle.

DD : Vos profils Twitter contiennent des références à #CanadaFirst, qu’est-ce qui vous a convaincu que le leadership actuel et antérieur n’a pas fait du Canada leur priorité ?

TP : Parlant spécifiquement de notre gouvernement libéral, ils ont démontré que les besoins des autres pays précèdent ceux du Canada, et ils l’ont fait sous le couvert de l’aide étrangère. Alors que notre gouvernement dit à nos anciens combattants qu’ils « en demandent trop », les libéraux envoient des millions de dollars à l’étranger pour reconstruire leur infrastructure.

Notre premier ministre lui-même a déclaré que le Canada est le premier « pays post-national ». Comment un gouvernement peut-il faire passer les intérêts du Canada en premier s’il ne le reconnaît pas comme une nation distincte ?

DD : Dans votre discours « maintenant ou jamais », vous avez dit que le Canada et les Canadiens doivent être compris comme un peuple distinct et unique. Un tel état d’esprit va à l’encontre du dogme actuel selon lequel le Canada est une nation multiculturelle d’immigrants. Pourquoi n’êtes-vous pas d’accord avec ce sentiment ?

TP : Les statistiques ne mentent pas. Le Canada était d’origine européenne à 97 % en 1971. Ce n’était pas ce que nous considérons comme un pays multiculturel jusqu’aux politiques mises de l’avant par Pierre Trudeau et, plus tard, Brian Mulroney. Il convient de noter que cette politique de multiculturalisme n’a jamais été demandée par le public votant et qu’elle n’a jamais été définie correctement. Il est facile de voir que le multiculturalisme en tant que politique a été un échec complet. Comme chaque groupe ethnique distinct tente d’apporter sa propre culture au Canada, nous avons maintenant simplement un mélange maladroit de cultures qui ne vont qu’à mi-chemin de ce qui pourrait être vécu dans le pays d’origine de ce groupe ethnique. Nous devrions choisir une culture et viser à la promouvoir au Canada. Cette culture devrait être la plus responsable de notre niveau de vie : d’influence européenne.

DD : Sur la page « À propos » du site Web de votre parti, vous indiquez ce qui suit : « En 1971, 97 % de la population du Canada était d’origine européenne. En 2018, ce nombre a diminué à 64 %. Par conséquent, nous exigeons que ce changement démographique (mis de l’avant par Pierre Trudeau et accéléré par Justin Trudeau) soit immédiatement interrompu. » Pourquoi est-il si important pour le pays de maintenir sa démographie et pourquoi l’électeur moyen devrait-il appuyer une telle mesure ?

TP : La démographie est importante. Si vous changez le caractère démographique d’un pays, la culture et les lois changeront avec lui. La démographie précède la culture et l’éducation civique parce que la première est faite par la nature tandis que la seconde est faite par l’homme.

Si vous fermez les yeux sur la démographie, qu’est-ce que vous défendez vraiment ? Tout peut être reconstruit et amélioré si l’intégrité démographique reste intacte. Nos ennemis le savent, et c’est précisément là que leur principal objectif est de modifier fondamentalement la démographie du Canada.

DD : Votre tout premier point est d’avoir un vote de défiance à l’égard de l’actuel premier ministre Justin Trudeau. Qu’a-t-il fait, ou n’a-t-il pas fait pour appuyer une telle action ?

TP : Justin Trudeau n’a absolument rien fait pour la famille canadienne moyenne. Son intention n’est pas d’aider les gens qu’il a été élu pour servir. C’est suffisant pour le démettre de ses fonctions. Dans n’importe quelle autre position de l’entreprise, cela aurait été envoyé il y a longtemps.

DD : Actuellement, votre parti est le seul parti qui a plaidé pour une telle réduction massive de l’immigration (20 000 par an), vous avez également montré que vous êtes le seul parti prêt à envisager une pause ou une immigration nulle, temporaire ou autre. Pourquoi le Canada a-t-il besoin d’une telle réduction ou même d’une pause, et pourquoi le Canadien moyen devrait-il appuyer une telle politique ?

GrandFacho.com a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.GrandFacho.com, et indiquez le montant de votre contribution.

TP : Notre système d’immigration est actuellement utilisé pour changer le caractère démographique du Canada. Il nous appauvrit aussi. Nous travaillons littéralement et nous payons pour notre propre déplacement.

Si nous réduisions l’immigration, nous pourrions utiliser les économies de coûts pour promouvoir des incitatifs fiscaux pour les familles nombreuses et mettre fin à l’hiver démographique. Notre taux de natalité est faible à l’heure actuelle parce qu’il n’est pas abordable d’avoir une famille nombreuse. Avec les bonnes politiques, nous pourrions renverser cette tendance et mettre l’accent sur l’intégrité de l’unité familiale au Canada.

DD : Le point 16 de votre plate-forme de 21 points stipule : « Les couples nouvellement mariés sont admissibles à un prêt de mariage, dont 20 % est remis à chaque enfant. » Il s’agit clairement d’une tentative d’augmenter le taux de natalité des Autochtones du Canada. Pourquoi est-ce important pour le Canada et pourquoi êtes-vous en faveur d’une telle mesure?

TP : Je crois que le Canada est un pays qui possède l’un des plus grands potentiels inexploités au monde, mais pour découvrir ce potentiel, nous avons besoin d’une identité nationale forte. Nous avons besoin de quelque chose vers quoi travailler qui est plus grand que notre moi individuel. Un taux de natalité plus élevé représenterait la continuité de cette identité nationale et un idéal dont pourraient hériter les générations futures. Je ne vois rien d’autre qui vaille la peine d’y travailler.

DD : Les points 17 et 18 de votre programme préconisent le service militaire et une augmentation importante du financement militaire. Pourquoi est-il important, dans le climat géopolitique actuel, que le Canada ait une armée forte et pourquoi les contribuables canadiens devraient-ils être prêts à appuyer cette mesure ?

TP : Si nous avions de jeunes adultes dans l’armée, non seulement cela diminuerait leur enthousiasme pour l’anarchisme et le communisme, mais cela leur inculquerait un sentiment de caractère et d’appartenance à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. La plupart des jeunes ne savent pas quoi faire à la fin de leurs études secondaires. Un court séjour dans l’armée aiguiserait leur esprit et leur corps et les préparerait à tout ce qui les attend – qu’il s’agisse du démarrage d’une entreprise ou d’une famille.

DD : La dernière question est ouverte, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez ajouter ou que les lecteurs ont besoin de voir ?

TP : Le mode de vie des Canadiens est menacé. Nos ennemis travaillent tranquillement et à l’abri des projecteurs du public.

Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais je sais que si nous ne faisons rien, l’état de notre pays se détériorera. Nous pouvons faire face à des cotes insurmontables et au défi le plus difficile, mais je sais une chose avec certitude : nous ne descendrons pas sans nous battre et nous n’irons pas tranquillement dans la nuit.

Informations sur le CNP

C’était Travis Patron du Parti nationaliste canadien.

Je le remercie du temps qu’il m’a accordé pour répondre à ces questions.

Articles disponibles en français du Council of European Canadians ici.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !