La fake news de la femme du ministre ukrainien qui commande une Mercedes-Maybach à 3 millions de dollars

0
242

En Ukraine, trois ans après la révolution de Maïdan, la corruption reste endémique et exaspère la population. Combien de temps patientera-t-elle donc ? C’est dans un climat de raz-le-bol généralisé et de suspicion toujours croissante envers les élites que la presse nationale fait de la corruption un thème porteur.

Dans ce cadre, l’information selon laquelle la femme du ministre ukrainien de l’infrastructure aurait passé commande de la toute dernière Mercedes Maybach Coupé, une automobile d’ultra-luxe de plus de 3 millions de dollars (2,734 millions d’euro), ne pouvait que susciter l’indignation.

L’affaire fait scandale sur l’internet russophone. La source de l’information « L’Express » est citée.

Depuis hier, la nouvelle fait d’ailleurs le buzz sur les réseaux sociaux et dans les médias sur internet en Ukraine et en Russie – et même au-delà.

L’information se veut précise. Et est relayée quasiment telle quelle par tous les médias, qui ne prennent même pas la peine d’un essentiel contrôle. En substance, rapportent ceux-ci à la chaîne, le magazine français L’Express – que les médias qualifient curieusement de tabloïd – aurait publié une liste confidentielle des 136 clients de la Mercedes-Maybach, qui sera la grande sensation du prochain Salon de l’automobile de Francfort, du 14 au 24 septembre. Et parmi cette liste figure la femme de l’actuel ministre ukrainien de l’Infrastructure Volodymyr Omelyan, Svetlana Bevza. La charge contre le ministre aurait été d’autant plus forte que, selon les détails fournis par le magazine français, les pré-commandes de la luxueuse automobile ont été intégralement réglées d’avance.

Hier, le ministre mis en cause a fermement nié dans un communiqué que son épouse ou lui-même aient passé commande d’un tel véhicule – ou d’un autre. « Même dans le plus profond de mes rêves, je ne peux pas me permettre (l’achat de cette voiture) », s’est-il défendu.

« L’Express n’a pas publié d’article au sujet de cette affaire »

Emma Defaud, rédactrice en chef L’Express

Alors, que s’est-il passé pour qu’une telle information soit tant relayée par les médias et sur internet ? La plupart des médias mentionnent comme source unique L’Express. Un lien vers la source est d’ailleurs souvent proposé, mais qui conduit à une « page d’erreur » sur le site internet de L’Express… Une recherche sur Google ou via le moteur de recherche de l’Express ne donne rien d’avantage.

Contacté par GrandFacho.com, et informé de la situation, Emma Defaud, la rédactrice en chef du magazine d’actualité hebdomadaire français s’est aimablement prêtée au contrôle des sources. Et rendu un verdict sans appel : « L’Express n’a pas publié d’article au sujet de cette affaire. Ni le site (en ligne) ni le magazine (papier). » « Il doit s’agir d’une confusion », conclut-elle.

Moralité : toujours contrôler la source d’une information.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*