ENQUÊTE La fin d’une ère ? La lente mort de la social-démocratie européenne

0
166
Illustration Der Spiegel

Dans toute l’Europe, les partis sociaux-démocrates sont en crise et dimanche, le SPD allemand pourrait glisser vers son pire résultat depuis la Seconde Guerre mondiale. Qu’est-il resté des heures glorieuses du centre gauche sur le continent ? Et comment la sociale-démocratie peut-elle s’en remettre ?


Nous offrons à nos lecteurs une traduction de cette enquête parue le 16 septembre 2017 dans sa version originale en allemand et le 22 septembre en anglais sur le site en ligne du Spiegel, grand magazine d’enquêtes et d’investigation allemand de tendance centre gauche 


Partie 1: La lente mort des sociaux-démocrates européens

Récemment, à la fin de l’été, le chancelier autrichien Christian Kern s’est rendu en tournée à Illmitz, dans le Burgenland autrichien, dans un bus semblable à celui des vedettes du rock. Il a été accueilli avec acclamations et fanfare avant de se frayer un chemin à travers une foule de chasseurs de selfies à un festival syndical local puis atteindre la scène, devant laquelle quelque 200 personnes étaient rassemblées pour l’entendre parler.

Son discours était centré sur le « rêve autrichien », et il a décrit son propre voyage d’un ton humble à des accents lyriques. Il a parlé de l’Autriche et de ce que les gens lui ont dit au sujet de leurs préoccupations, décrivant un plan pour faire du pays un endroit où tout le monde « a la chance d’avoir une vie réussie ». C’était le genre de discours qu’on attendait normalement d’un président américain, et non d’un social-démocrate autrichien.

Pourtant, malgré le fait qu’il soit un bon candidat, malgré une bonne campagne électorale et une économie solide, avec un taux de chômage de 5,7 % et une croissance économique supérieure à 2 %, Kern et son parti, le Parti social-démocrate autrichien (SPÖ), échouent à gagner du terrain. L’économie de son pays est encore plus dynamique que celle de l’Allemagne, mais on vote pour le SPÖ de 22 % à 28 % depuis des mois, ce qui est loin d’être suffisant pour remporter les élections générales du 15 octobre.

Christian Kern, 51 ans, était à la tête des chemins de fer autrichiens avant de devenir chancelier l’année dernière. Il était chargé de veiller à ce que des trains spéciaux soient fournis pendant la crise des réfugiés de 2015. Et il a forcé l’infortuné ancien chancelier, Werner Faymann, à quitter son poste. L’équipe de Kern est jeune et motivée, avec à peine plus de 30 ans d’âge pour ceux dans son bus, et il a des experts en multimédia pour gérer sa présence dans les médias sociaux. Mais en l’absence d’un miracle, Kern devra se retirer après les élections.

Sebastian Kurz, 31 ans, est l’un des principaux adversaires de Kern. Kurz a réorienté son parti, les Conservateurs autrichiens, et il parie sur sa jeunesse et sa position anti-islam. Dans les sondages qui comparent les deux sur une base individuelle, Kern et Kurz sont fondamentalement au coude à coude – mais à côté de son jeune adversaire, le chancelier sortant représente le statu quo. Malgré tout, les électeurs autrichiens associent l’actuel chancelier à la vieille social-démocratie sclérosée.

En 2000, les sociaux-démocrates ou les socialistes faisaient partie du gouvernement de 10 des 15 pays qui formaient l’Union européenne à l’époque. Mais aujourd’hui, le tableau est radicalement différent. Il y a de fortes chances que les sociaux-démocrates allemands ne fassent plus partie de la coalition de la chancelière Angela Merkel après le vote de dimanche et que la même chose se produise en Italie après que les électeurs iront voter au printemps prochain. Si cela devait se produire, les partis de centre-gauche ne feraient partie que de six gouvernements de l’UE sur 28 États membres, tous situés à la périphérie de l’Europe: Malte, le Portugal, la Roumanie, la Suède, la Slovaquie et la République tchèque. L’alliance populiste de gauche Syriza est à la tête du gouvernement grec. Des élections sont prévues en octobre en République tchèque, mais il semble peu probable que les sociaux-démocrates reprennent le pouvoir.

Il y a même un nouveau mot pour désigner cette social-démocratie qui disparaît: la pasokisation, de PASOK, ce parti grec au pouvoir depuis longtemps qui est tombé dans l’insignifiance lors des élections de 2015. Une situation similaire s’applique aux Pays-Bas, où le Parti travailliste traditionnel n’ a recueilli que 5,7 % des voix lors de la dernière élection. Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste français, a obtenu la cinquième place aux dernières élections présidentielles françaises, avec 6,4 % des voix, et son parti a obtenu un misérable 9,5 % des voix aux élections législatives peu de temps après. En Pologne, les sociaux-démocrates n’ont plus de sièges au parlement.

C’est une évolution surprenante, compte tenu du désir de nombreux électeurs d’avoir une plus grande sécurité sociale. En effet, ce désir pourrait contribuer à expliquer la montée en puissance rapide, mais brève, du candidat chancelier social-démocrate Martin Schulz dans les sondages plus tôt cette année. En effet, le SPD est passé à moins d’un point de pourcentage des conservateurs de Merkel – seulement pour plonger à nouveau. Ce plongeon a certainement eu quelque chose à voir avec la campagne peu inspirante du SPD, et avec l’incapacité apparente de Schulz à convaincre les électeurs. Mais il y avait aussi un problème plus important: personne ne sait plus exactement ce que représente la social-démocratie.

C’est étonnant. Les gens n’ont-ils pas proclamé le retour à une gouvernance étatique forte et la fin du capitalisme financier après la crise financière de 2008 ? Le fossé entre riches et pauvres ne s’élargit-il pas presque partout en Europe ? Les électeurs n’ont-ils pas plusieurs bonnes raisons de voter social-démocrate ?

Les sociaux-démocrates ont façonné l’Europe occidentale plus que tout autre mouvement politique. Leurs idées sont maintenant considérées comme allant de soi par de larges segments de la classe moyenne: des principes tels que l’État-providence social, la notion selon laquelle les forts portent une part de responsabilité pour les membres les plus faibles de la société et l’idée que tout le monde devrait avoir la même possibilité de participer à la société. Ce sont là les fondements philosophiques de la social-démocratie, mais les partis sociaux-démocrates ne profitent plus de ces idées.

Électorat éclaté

Martin Schulz a fait de la « justice sociale » le thème central de sa campagne, mais la classe ouvrière, qui était autrefois la principale composante de la social-démocratie, a été fragmentée en une main-d’œuvre de base bien rémunérée et en périphérie des travailleurs temporaires qui font souvent le même travail pour moins d’argent. D’autres sont coincés dans des emplois de service sans avenir. Les partis sociaux-démocrates sont-ils encore les partis ouvriers ? Ou s’agit-il simplement d’un lointain souvenir auquel des fonctionnaires instruits et mobiles s’accrochent ? C’est du moins ce à quoi les factions du SPD dans les parlements des États et au Bundestag font penser.

Pendant des décennies, l’identité sociale-démocrate s’est concentrée sur le concept du travail, dont elle a tiré sa fierté quotidienne et son estime de soi. Mais les changements dans le monde du travail et les relations de travail, ainsi que l’essor de la numérisation et de l’économie des services, ont tout mis en déroute. Pire encore, le système de partis dans son ensemble ne fonctionne plus comme autrefois. Aujourd’hui, ceux qui veulent s’engager politiquement ont tendance à le faire par des initiatives citoyennes plutôt que par un parti. Cela affecte de manière disproportionnée les partis sociaux-démocrates, qui ont toujours été dépendants des grands rôles de membres organisés dans les sections locales et dirigés par des fonctionnaires locaux.

De nos jours, les partis ouvriers sont principalement composés de retraités. Le réseau complexe de clubs et d’organisations qu’ils entretenaient autrefois et qui a servi à unifier un large éventail d’intérêts différents est en lambeaux. De nombreux ouvriers votent aujourd’hui pour les populistes de droite et de gauche.

Gouvernements de gauche sociaux-démocrates/ socialistes dans l’UE en 2000 et 2017. En rouge, emmenés par la gauche. En rose, au sein desquels la gauche participe. Illustration Der Spiegel.

Prenons l’Italie, où le mouvement populiste 5 étoiles de l’ancien comédien Beppe Grillo, 69 ans, est en train de dépasser le parti démocrate italien, comme les sociaux-démocrates l’appellent. Certes, la « fragmentation maniaque », comme le décrit le quotidien Corriere della Sera, a toujours été un trait caractéristique de la gauche italienne. Mais la situation actuelle est particulièrement exaspérante parce que les choses allaient si bien pour les sociaux-démocrates jusqu’ à récemment. Mais ensuite, l’ancien Premier ministre Matteo Renzi, 42 ans, a parié sur son poste par référendum – et maintenant qu’il est de retour en tant que chef du Parti démocrate, il manque de soutien populaire parce que ses membres plus traditionnels le considèrent comme trop progressiste, économiquement libéral et antisyndical.

Renzi avait en fait été un espoir brillant pour la social-démocratie européenne. Il a été le premier d’un nouveau type de politicien à prendre le pouvoir dans les gouvernements européens: des jeunes hommes en costumes taillés sur mesure, qui allient la beauté, d’excellentes relations et le talent organisationnel.

Et maintenant ? Il est fort possible que Renzi ne mènera même pas la gauche dans les prochaines élections de 2018, laissant le poste au Premier ministre sortant, le relativement discret Paolo Gentiloni, dont l’attrait principal est qu’il ne risque pas d’exacerber les antagonismes qui traversent les camps rivaux à gauche. Mais ses chances de gagner les élections sont incertaines.

Armée de Corbyn

Un jeudi à la fin août, Jeremy Corbyn se tient un peu maladroitement à côté d’une scène vide, après s’être glissé dans la brasserie Drygate de Glasgow par une entrée latérale, inaperçue de la plupart des quelque 400 invités. Il tire sur sa barbe, prend une gorgée d’eau, gribouille quelques mots dans un petit carnet et regarde anxieusement la scène baignée de lumière rouge. Il a l’air un peu surpris quand on l’appelle.

Corbyn est une autorité parmi la gauche européenne et dans la brasserie, les gens s’accrochent à ses paroles. Ils applaudissent quand il condamne le mandat d’austérité dont souffre son pays. Ils hennissent quand il accuse le gouvernement de rendre encore plus riche un club de riches. Et ils applaudissent quand il dit que ça le rend honteux. Il s’agit de la deuxième apparition de Corbyn à Glasgow, la première étant un discours prononcé dans l’après-midi devant 1 500 sympathisants devant une mosquée.

Il n’ y a pas de campagne en cours au Royaume-Uni. La dernière élection a eu lieu il y a trois mois et s’est terminée avec deux surprises: les Conservateurs, sous la direction du premier ministre Theresa May, ont perdu leur majorité absolue et le Parti travailliste, qui s’était effondré, s’est relancé. Depuis, Jeremy Corbyn n’ a fait que poursuivre sa campagne. Il veut être prêt pour les prochaines élections, ce qui pourrait se produire bientôt si May trébuche.

Lorsque May a annonné de nouvelles élections au printemps, un sondage d’opinion publique avait prédit une victoire écrasante pour le premier ministre et son parti. Le parti travailliste semblait fini, réduit à un tas désordonné de luttes internes et d’incompétence. Mais quelque chose de remarquable s’est produit. Malgré la supériorité des conservateurs, d’une grande partie des médias britanniques et des forces vives de son propre parti, Corbyn a capté de façon inattendue environ 40 % des voix à l’échelle nationale le 8 juin.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, les Britanniques sont à nouveau enthousiasmés par la politique – ou, plus précisément, par un politicien qui avait été écarté par presque tous les partis. Les jeunes, ceux qui ont été laissés pour compte, les minorités et les syndicalistes voient Corbyn comme l’affiche du post-capitalisme. Il les interpelle tous lorsqu’il parle de la colère généralisée d’une société qui tolère la pauvreté et l’inégalité alors même qu’un petit nombre de personnes s’enrichit.

La gauche européenne est très attentive à la montée du mouvement travailliste. Corbyn veut nationaliser les industries clés. C’est un socialiste, pas un social-démocrate.

Alors, comment quelqu’un comme lui pourrait-il devenir le chef du Parti travailliste? La haine a été rendue possible par la haine que de grandes parties de la base du parti ont pour l’ancien Premier ministre Tony Blair, inventeur de la « Troisième Voie ». Corbyn est tout ce que Blair n’est pas: il n’est ni glamour ni cynique, il est l’antidote à la cupidité de l’ère néolibérale. La réinvention rétro-socialiste des travaillistes est surtout le résultat du départ de Blair.

De nombreux partis européens de centre-gauche ont leur propre version de Tony Blair, un leader qui a trahi ce que la social-démocratie représentait autrefois. Blair s’est joint au président américain George W. Bush dans l’invasion de l’Irak. En Allemagne, c’est le chancelier Gerhard Schröder qui, dans les années 2000, a fait passer de profondes coupures dans le système d’aide sociale du pays.

Mais ce n’est pas facile de se débarrasser de gens comme Blair et Schröder. Ce sont eux qui ont mené leurs partis à la victoire dernièrement, ce qui signifie beaucoup dans les partis qui n’ont rien connu d’échec électoral depuis. Ils sont les protagonistes des grands récits sur la social-démocratie. Le départ des vieux idéaux de gauche a été le revers des grandes avancées sociales rendues possibles depuis les années 1960 par la politique d’éducation sociale-démocrate. Cette réorientation aurait pu être une grande opportunité.

Malheureusement, tout le monde n’est pas venu: beaucoup sont restés.

Changement de bases

Les milieux sociaux qui ont soutenu les sociaux-démocrates en Europe pendant des décennies se sont dissous. Des villes allemandes de Hambourg et de Brême aux régions charbonnières françaises en passant par les régions industrielles du nord de l’Angleterre, chaque pays a son propre centre social-démocrate. Mais presque partout, ces coeurs ont cessé de battre. Il ne s’agit plus seulement des idées social-démocrates que l’on retrouve aujourd’hui dans tout le spectre des partis, mais aussi des personnes qui appartenaient autrefois à des partis sociaux-démocrates. Certains ont déménagé, dans les quartiers des nouvelles classes moyennes. Ceux qui vivent dans des quartiers plus pauvres se réorientent.

Personne ne sait vraiment comment gérer ces changements. Mais les sociaux-démocrates du Danemark expérimentent un modèle possible. Dans aucun autre pays d’Europe, le centre-gauche n’ a montré une telle volonté de coopérer avec les populistes de droite comme au Danemark. La stratégie pourrait même les ramener au pouvoir. Mette Frederiksen, 39 ans, qui préside les sociaux-démocrates danois depuis 2015, n’exclut pas la possibilité de former une coalition gouvernementale avec le Parti populaire danois (nationaliste et populiste) lorsque le Danemark tiendra ses prochaines élections dans deux ans.

Le Parti populaire danois, anciennement paria de la politique danoise, se positionne avec succès comme la voix d’une conscience décisive. Il combine une politique rigide à l’égard des étrangers avec un agenda social qui promeut des conditions plus humanitaires sur le lieu de travail et une réduction des impôts pour les bas salaires, et s’oppose à une augmentation de l’âge légal de la retraite. En d’autres termes, il a adopté plusieurs éléments de la plate-forme social-démocrate classique.

Mette Frederiksen, bien sûr, sait que beaucoup de gens à gauche ont un faible pour les réfugiés et sont critiques quant à sa volonté de travailler avec le Parti populaire. C’est pourquoi elle ne prétend pas être pour ou contre les immigrés, mais elle insiste sur le simple fait qu’elle soutient le réalisme politique. « Au Danemark, vous avez droit à presque toutes les prestations dès le premier jour. C’est un système difficile lorsque de nombreuses personnes entrent au pays », dit-elle. La cohésion danoise est sa principale préoccupation.

La stratégie de Frederiksen est illustrée par sa déclaration: « Si les sociaux-démocrates ne sont pas en mesure de faire appel à ceux qui sont les plus fortement touchés par les défis de l’avenir et les changements dans notre société, nous ne sommes pas un véritable parti social-démocrate. » Elle pense que c’est la même chose pour les autres sociaux-démocrates européens.

Mais est-ce vrai ? L’avenir de la social-démocratie réside-t-il dans la protection des personnes laissées pour compte par la mondialisation ? Peut-être.

Partie 2: Les périls de la nouvelle économie

Historiquement, cependant, c’était le rôle des conservateurs de ralentir le rythme du progrès social et à la vie des gens de changer trop rapidement. C’était le centre-droite qui offrait un foyer à ceux qui se sentaient déstabilisés par le changement, tandis que les sociaux-démocrates s’intéressaient à façonner ce changement et à être à l’avant-garde du progrès.

C’était vrai à la fin du XIXe siècle, quand le mouvement ouvrier croyait qu’il pouvait créer un monde nouveau et meilleur par l’éducation, la discipline, la solidarité et la lutte. C’était vrai dans les années 1960 et au début des années 1970, lorsque les augmentations massives de la productivité parmi les sociétés industrialisées ont commencé à se répercuter sur les travailleurs sous forme de salaires plus élevés. Et il est vrai que l’époque de l’ancien chancelier allemand Willy Brandt, de l’ancien chancelier autrichien Bruno Kreisky et de l’ancien premier ministre suédois Olof Palme, les sociaux-démocrates ont passé quelques années glorieuses à croire non seulement qu’ils pouvaient guider efficacement la société et l’économie avec leurs politiques, mais aussi à mettre en pratique leurs convictions.

C’était même le cas à la fin des années 1990, lorsque Blair, Schröder et leurs amis pensaient que les sociaux-démocrates ne pouvaient pas rester à l’écart alors qu’une nouvelle économie se développait. Avec le recul, il aurait été plus intelligent pour les sociaux-démocrates d’imposer des contrôles plus stricts sur les marchés financiers à l’époque, au lieu de les déréglementer davantage. Mais Schröder et Blair voulaient être à l’avant-garde des développements en cours.

Étonnamment, les populistes de droite ont tendance à être plus présents dans les pays riches du nord de l’Europe. En Espagne et en Grèce, où la crise financière et la crise de la dette ont conduit à la pauvreté et à la stagnation économique ces dernières années, la plupart des populistes se trouvent à gauche, avec Syriza en Grèce et Podemos en Espagne.

Podemos est sorti des protestations de 2011, qui étaient dirigées contre les mandats d’austérité ainsi que contre la corruption dans les principaux partis. Une bulle immobilière géante avait éclaté en Espagne, menaçant de faire basculer le système bancaire du pays. Le gouvernement socialiste a empêché que ce pire scénario ne se concrétise, mais l’UE a exercé des pressions sur lui pour qu’il réduise drastiquement les dépenses publiques. Podemos (« Nous pouvons ») s’oppose aux programmes d’austérité européens, ce qui fait du parti le « nouveau social-démocrate », selon son leader de 38 ans, Pablo Iglesias, politologue à l’Université de Madrid.

Le Parti socialiste ouvrier, qui a construit l’Espagne moderne, créé l’État-providence socialiste et favorisé le renouveau social après la dictature franquiste, se débattent avec la nouvelle concurrence de la gauche. Ils voulaient faire entrer Podemos dans un gouvernement de coalition l’année dernière, mais Podemos n’était pas intéressé parce qu’il espérait dépasser les socialistes aux élections parlementaires du pays. Maintenant, Podemos veut une coalition.

Les Verts et le Parti de gauche en Allemagne sont également des sous-produits de la dégradation de la gauche social-démocrate. Le premier est apparu après le SPD, sous la présidence du Chancelier Helmut Schmidt, qui a négligé d’amener le mouvement pacifiste et les militants écologistes au sein du parti dans les années 1970. Le parti de gauche n’est pas seulement le successeur de l’ancien parti est-allemand du socialisme démocratique (PDS), mais aussi du Parti travailliste et de la justice sociale – L’Alternative électorale (WASG), un parti politique ouest-allemand de gauche fondé par des sociaux-démocrates déçus après que Schröder ait annoncé ses coupes dans le système de protection sociale.

La division n’ a pas à être une faiblesse. Les Verts ont pu atteindre des groupes d’électeurs auxquels le SPD n’aurait pas pu accéder seul. Ensemble, les deux partis ont réussi à former une coalition gouvernementale en 1998. Mais pour que ce genre de projet soit un succès, tous les participants doivent savoir ce qu’ils veulent et où ils en sont.

Nouvelle constellation

Le politologue Wolfgang Merkel a développé la théorie selon laquelle la différence entre la droite et la gauche dans les démocraties occidentales est de moins en moins importante que celle entre cosmopolitisme et communautarisme. La différence entre les partisans d’une société ouverte et ceux d’une société fermée. Entre ceux qui ont vécu des expériences positives avec la mondialisation, profitez-en et valorisez la liberté qu’elle leur donne, accueillez les flux de biens et de capitaux et favorisez l’immigration. Et ceux qui voient tout ça comme une menace.

Si l’on en vient à sa conclusion logique, cela pourrait signifier que l’ère des grands partis de droite et de gauche détenant alternativement le pouvoir est tout simplement révolue. Peut-être l’avenir appartient-il à différentes constellations de mouvements pour et contre une société ouverte.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*