La gauche furieuse après que la télévision publique suédoise ait admis avant les élections l’implication de migrants dans la majorité des viols

0
654

Le radiodiffuseur public suédois, SVT, a été critiqué pour avoir révélé des statistiques « incendiaires » prouvant que les hommes nés à l’étranger commettent environ 85 pour cent des viols commis par des étrangers avant les élections générales du pays le mois prochain.

L’analyse de 843 affaires portées devant les tribunaux de district au cours des cinq dernières années a révélé que 58 % des hommes reconnus coupables de viols et de tentatives de viols au cours de cette période étaient nés à l’étranger.

Si l’on considère uniquement les cas de viols d’agression, dans lesquels l’auteur et la victime n’étaient pas connus auparavant, la proportion de personnes nées à l’étranger est passée à plus de huit sur dix, dont près de la moitié vivaient en Suède depuis moins d’un an au moment où elles ont lancé leur attaque.

Alors que les chiffres montrant la prédominance des migrants parmi les personnes condamnées pour viol en Suède ont progressivement fait leur chemin vers les médias grand public – dans la plupart des cas longtemps après que Breitbart London ait noté la tendance – l’émission SVT a été conçue comme un colportage de « théories de conspiration » racistes.

« C’est un programme médiocre qui ne devrait jamais être diffusé », a déclaré Jerzy Sarnecki, ancien enquêteur en chef du Conseil national suédois de prévention de la criminalité (BRA), qui figure en bonne place dans les médias en tant qu’expert en tout ce qui concerne la criminalité.

« Le programme est basé sur une vieille théorie de conspiration de droite qui prétend que des hommes étrangers viennent en Suède et violent des femmes suédoises et que l’establishment – une élite politiquement correcte – tente de dissimuler ces crimes », a-t-il déclaré à SVT.

Selon le criminologue d’extrême gauche, qui, selon les critiques, caractérise la « culture du déni et du camouflage » de l’establishment suédois en ce qui concerne les problèmes liés à l’immigration de masse, l’échantillon analysé par le radiodiffuseur public était beaucoup trop petit pour tirer des conclusions valables sur les délinquants.

Rejetant l’émission pour avoir examiné le pays d’origine des auteurs, Sarnecki a déclaré qu’il était « absurde » de croire qu’il pourrait y avoir un lien entre le viol et la migration de masse, avertissant que la diffusion de l’émission pourrait avoir des conséquences désastreuses avant les élections en « établissant davantage cette idée de droite d’hommes étrangers venant en Suède et violant des femmes suédoises ».

La BBC s’est également inquiétée de la diffusion de l’émission avant les élections du 9 septembre, au cours desquelles les sociaux-démocrates au pouvoir en Suède risquent d’être confrontés à leurs pires résultats électoraux dans l’histoire du parti, l’immigration étant en tête de liste des préoccupations des électeurs.

Notant que les « Démocrates suédois anti-immigration » semblent prêts à attirer une proportion record de votes, le radiodiffuseur britannique a déclaré qu’il avait « demandé pourquoi SVT avait décidé de produire un programme potentiellement incendiaire avant les élections », lorsqu’il s’est entretenu avec le rédacteur en chef de l’émission, Ulf Johansson, au sujet des chiffres.

Source : Breitbart / Virginia Hale

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !