La presse suisse antinationale annonce la mort de l’héroïque Amaudruz trois mois plus tard

0
132
Gaston-Armand Amaudruz.

Par Alexandre Bender, éditeur du blog GrandFacho.com

Alexandre Bender

Autrefois prompte à titrer honteusement sur les procès dont notre camarade vaudois et grand défenseur de la race était victime après l’entrée en vigueur de la norme pénale mémorielle juive, la presse institutionnelle se résout enfin à annoncer la mort du nationaliste suisse Gaston-Armand Amaudruz.

Le Matin, 3 novembre 2001.

Il aura fallu presque trois mois pour que les médias du système s’en fassent l’écho. Le décès du professeur Amaudruz est survenu le 7 septembre dernier. GrandFacho.com quant à lui vous en faisait part le lendemain déjà et gratifiait ultérieurement ses lecteurs de deux sujets liés, d’abord le 14 septembre par un rappel des « années difficiles » qu’avait supporté de ses contemporains l’auteur d’Ubu Justicier au premier procès de Nuremberg (1949), de Nous autres racistes (1971) et des peuples blancs survivront-ils ? (1987), puis le 11 octobre à travers l’hommage consacré par la rédaction du Courrier du Continent à son estimé fondateur.

La nouvelle du décès à 97 ans d’Amaudruz, qualifié servilement de « néonazi » (terminologie utilisée par la presse juive), est parue le 27 novembre seulement dans le journal fribourgeois La Liberté et relayée par les vaudois Le Matin (citation: « il avait rejoint la mouvance néo-nazie ») et 24heures. Ces médias, dans un texte court quasi similaire, rappellent la condamnation en 2000 à 15 mois de prison pour « discrimination raciale » de celui qui devint – et ce point glorieux est passé sous silence – le premier prisonnier de notre pays emprisonné pour ses écrits.

Times of Israël du 12 septembre 2018.

Pourquoi les médias ont-ils attendu si longtemps pour annoncer la disparition du plus grand européaniste que la Suisse n’ait jamais connu ? La raison tient en l’extrême embarras à rendre compte d’un fait d’actualité politique en phase avec leur époque (marquée par le grand retour de la race !). « La nouvelle a mis du temps à se répandre (…) Le négationniste vaudois s’est éteint le 7 septembre dernier dans l’indifférence », ment ainsi doublement La Liberté. Le Times of Israël avait diffusé mondialement la nouvelle de la mort de Gaston Amaudruz (« anti-juif délirant ») le 12 septembre ! La veille, c’était à la revue juive suisse-alémanique Tachles de l’annoncer, sobrement.

GrandFacho.com, média résolument pro-européen, reviendra encore tout prochainement sur le précieux héritage transmis à nos générations par l’héroïque Gaston Amaudruz. Avec notamment un recueil d’une quinzaine de ses derniers éditoriaux (2014 et 2015) parus dans le Courrier du Continent (fondé en 1946). A ce lien, le lecteur trouvera d’ici là des extraits de l’éloge funèbre prononcé par son proche camarade Alexandre Rawyler au moment de prendre congé de Gaston-Armand Amaudruz, le 13 septembre 2018, à Lausanne.

VIVE LA SUISSE ! L’EUROPE ! LA NATION !

« Gaston-Armand Amaudruz profite désormais
d’une vue imprenable depuis le Walhalla. »

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !