La science prouve que le communisme rend les nations plus pauvres et moins saines

1
87

Vivre sous le communisme rend les pays plus pauvres et moins sains pendant des décennies, selon une nouvelle étude historique.

Les chercheurs qui ont testé les relations historiques entre les cultures ont constaté que le fait qu’un pays ait été sous le communisme était le facteur le plus important pour ceux dont les niveaux de santé, de revenu et d’éducation étaient plus bas.

Dans un article publié dans la revue Royal Society Open Science, ils ont comparé ces facteurs à l’indice de développement humain des Nations Unies, qui mesure le revenu par habitant, l’espérance de vie à la naissance et le nombre d’années que les citoyens consacrent à l’éducation.

La plupart des points qu’ils ont examinés semblaient avoir peu ou pas d’effet sur les disparités entre les pays, à l’exception des pays islamiques qui ont un peu moins progressé en matière d’éducation.

Au lieu de cela, l’indicateur le plus fort pour la santé d’un pays, et le deuxième plus fort pour sa richesse, s’est révélé être si ses dirigeants avaient embrassé le communisme.

L’étude indique qu’après la Seconde Guerre mondiale, la croissance économique dans l’Europe de l’Est communiste a été plus lente qu’en Occident, mais malgré l’effondrement de l’Union soviétique il y a près de 30 ans, les effets se font toujours sentir.

L’étude indique que le communisme était également à l’origine de la stagnation de l’espérance de vie derrière le rideau de fer durant les années 1970 et 1980, ce qui fait prendre du recul à ces pays encore aujourd’hui.

Les chercheurs déclarent: « Les causes immédiates de cette faible espérance de vie sont complexes, mais une consommation élevée d’alcool, le tabagisme et une mauvaise sécurité au travail, ainsi qu’un régime alimentaire et des conditions de vie de faible qualité sont impliqués. »

Source : Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !