« Le banditisme du Donbass fait tache d’huile à travers la Russie »

0
189

La Russie descend rapidement dans « un marais d’illégalité et de banditisme sans limite ». En grande partie parce que les caractéristiques des régimes du Donbass ukrainien que Moscou a créés se répandent rapidement à travers le pays, selon Arkady Babchenko, journaliste et écrivain russe travaillant au journal Novaya Gazeta.

Le journaliste rappelle qu’il a prédit cette situation lorsque le Kremlin a lancé ses efforts pour créer une «Nouvelle-Russie» en 2014 car l’absence de principe de légalité dans les différentes entités imposées par Moscou dans la partie orientale de l’Ukraine aurait inévitablement une répercussion sur la situation en Russie elle-même.

Les attaques contre les biens et personnes, dans les banques et les vols aux guichets automatiques sont devenus «presque quotidien. La loi n’est pas respectée. Elle existe certes dans une certaine mesure, mais de plus en plus réduite». Et même les responsables de l’application de la loi reconnaissent qu’ils ne sont pas capables de lutter contre le crime organisé ou la délinquance de rue.

Si la Russie ne change pas de politique interne, bientôt, Arkady Babchenko continue, c’est « le sort de la Somalie » qui l’attend. Et si l’on veut bien accepter cette réalité, « le niveau de criminalité en Russie dépasse maintenant celui connu dans les « sauvages années 1990 ». Les gens vont éviter de sortir la nuit, du moins sans être accompagnés.

Toujours selon le commentateur russe, « le régime actuel n’a pas besoin de sécurité et d’ordre juridique » parce qu’il partage les valeurs des criminels pour qui seul importe de s’enrichir par tous les moyens possibles. La loi pour eux n’est qu’un obstacle supplémentaire et, quand ils le peuvent, ignorent ou piétinent ses principes.

Arkady Babchenko n’est que le dernier écrivain russe à se préoccuper de cette situation. Auparavant, Alexandre Nevzorov, journaliste, présentateur de télévision et ancien député à la Douma, déclarait que ceux qui avaient vécu l’anarchie des « républiques » de Lougansk et de Donetsk représentaient «une menace directe pour les citoyens russes» chez eux, d’abord dans la partie sud du pays et ensuite partout, y compris Saint-Pétersbourg.

Les Russes qui ont combattu dans le Donbass, a prédit Alexandre Nevzorov, «ont goûté à l’argent facile, au sang facile et aux occasions faciles de se satisfaire», bref, à toutes les «joies criminelles». Et ils ne l’oublient pas lorsqu’ils rentrent chez eux en Russie. Une autre conséquence pernicieuse de la guerre que Poutine mène en Ukraine.

 

Source : traduction libre d’un article (en anglais) paru dans Window on Eurasia / Paul Goble

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*