Le blocus italien s’étend au régime de Merkel

0
110

Par Michael Walsh dans The Ethnic-European

Rome n’est pas parvenue à un accord avec Berlin sur l’expulsion de ce que les médias traditionnels ont décrit comme des « demandeurs d’asile ». De faux réfugiés, qui s’étaient d’abord enregistrés en Italie, sont expulsés par le même itinéraire après avoir été expulsés de l’Allemagne occupée par Washington (WOG) par le régime Merkel. Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, s’est engagé à fermer les aéroports aux vols allemands qui transfèrent des réfugiés.d97aed9d-681a-437d-8d63-bef6a386d1b0_large

« Si quelqu’un à Berlin ou à Bruxelles pense même à jeter des dizaines de migrants en Italie par des vols charters non autorisés, il doit savoir qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas d’aéroport disponible », a déclaré Salvini dans un communiqué. Il a ajouté que l’Italie « fermera les aéroports » tout comme elle a fermé ses ports aux navires d’ONG transportant des migrants secourus en Méditerranée.matteo-salvini-italy_s-minister-of-the-interior

Sa vive déclaration répond aux rumeurs qui ont circulé pour la première fois dans le quotidien italien La Repubblica selon lesquelles l’Allemagne prévoit d’accélérer les procédures de rapatriement avant les élections régionales dans l’État de Bavière, l’État d’origine du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer.Le premier vol charter transportant de faux réfugiés d’Allemagne vers l’Italie est prévu pour le mardi 9 octobre, selon les médias. D’autres médias ont fixé la date du vol au jeudi 11 octobre. Selon La Repubblica, l’agence allemande pour les réfugiés et les migrations, la BAMF, aurait envoyé des dizaines de lettres aux candidats au retour pour les informer des transferts prévus en Italie.Matteo mobbedPlus tôt, l’agence de presse allemande DPA a rapporté qu’un tel vol est prévu pour les prochains jours. Ces informations n’ont toutefois été ni confirmées ni démenties par les autorités allemandes. Rome craint que l’Allemagne finisse par tenter de jeter jusqu’à 40 000 personnes en Italie, selon les médias italiens.

La récente déclaration sévère risque d’exacerber les tensions entre les deux nations, qui luttent toujours pour parvenir à un accord sur le rapatriement des migrants, point de discorde entre elles depuis un certain temps déjà. A la mi-septembre, Seehofer a déclaré que Berlin et Rome s’étaient mis d’accord sur un accord. Sa déclaration a cependant été réfutée par Salvini le lendemain.

Fin septembre, Seehofer a de nouveau annoncé que l’accord serait signé prochainement. Cependant, Salvini a récemment déclaré que Rome n’accepterait aucun accord qui pourrait amener encore plus de migrants en Italie.

Le ministre italien du Développement économique, Luigi Di Maio, a également rejeté l’idée d’accepter des réfugiés renvoyés d’Allemagne avant de conclure un accord avec Berlin. « Pour faire de telles choses, nous avons besoin d’accords, a-t-il dit, ajoutant qu’aucun accord de ce genre n’a été signé. »Dans un cas classique de « comme vous avez fait votre lit, vous vous couchez », il a soutenu que l’Italie ne peut pas renvoyer des migrants dans les pays subsahariens sans aucun accord, ajoutant qu’il pense que cela ne peut pas être fait dans le cas de l’Italie et de l’Allemagne aussi. Une coalition de politiciens de gauche et de droite unis par une position anti-immigration est arrivée au pouvoir en Italie cette année.Matteo 3 million likesMatteo Salvini, que les Européens ont pris à cœur, a introduit des mesures anti-immigrés sévères et, à plusieurs reprises, a refusé catégoriquement d’accepter des « migrants » sauvés en Méditerranée par des ONG financées par George Soros se faisant passer pour des organisations caritatives.

Le gouvernement italien a également donné son feu vert à un décret renforçant la politique nationale en matière d’asile. La position anti-immigrés de Salvini le met également en désaccord avec les politiciens mondialistes de l’UE, dont le président français Emmanuel Macron et le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !