Le chef de l’AfD, Alexander Gauland, espère que la CDU sera le partenaire de la coalition

0
125
Alexander Gauland

Alexander Gauland a jusqu’à présent mis en garde contre une implication trop rapide de l’AfD dans le gouvernement. Maintenant, il appelle « une CDU tournée vers la raison » en tant que partenaire potentiel de la coalition et explique ce qu’il considère comme un succès partiel de son parti.

Lorsque l’Union et le SPD se sont mis d’accord sur l’accord de coalition début février, Alexander Gauland a trouvé des mots clairs sur le parti, dont il avait été membre pendant près de 40 ans. Par crainte de la décision d’adhésion du SPD, la CDU s’était vidée idéologiquement : « La CDU n’est, pour ainsi dire, qu’une coquille vide ».

Apparemment, cependant, il est encore assez plein pour que le président de l’AfD forme un jour une coalition avec elle – si cela change dans son sens. Agé de 77 ans, il met en place pour la première fois des coalitions au sein des « FAZ », avec la participation de son parti. « Je ne crois pas que l’AfD puisse atteindre 50 % aux élections. C’est pourquoi nous avons besoin d’un partenaire de la coalition », a déclaré M. Gauland.

Jusqu’à présent, il avait toujours mis en garde contre une implication trop rapide de l’AfD dans le gouvernement. Maintenant, il parle même de partenaires d’alliance concrets. Une coalition avec les Verts, le Parti de gauche et le SPD n’était pas possible, et il était également sceptique quant à une alliance avec le FDP. « Par conséquent, seule une CDU raisonnée reste partenaire », a déclaré M. Gauland, qui est également président de l’AfD au Bundestag.

Il s’attend à ce qu’après les élections des Länder l’année prochaine – à l’automne 2019, il y aura des élections dans le Brandebourg, en Saxe et en Thuringe – des coalitions de la CDU, du SPD, des Verts et du Parti de gauche dans trois Länder est-allemands pour empêcher la participation de l’AfD au gouvernement.

Mais ça ne le restera pas à long terme. Si la CDU redevient plus conservatrice, ce serait « un résultat partiel raisonnable » du travail de l’AfD : « J’accueillerais favorablement une telle évolution », a déclaré Gauland, qui a quitté la CDU en 2013 et rejoint l’AfD.

Après la chancelière Angela Merkel (CDU), d’autres dirigeants politiques de l’Union ont catégoriquement rejeté la coopération avec l’AfD ce week-end. « L’AfD est notre adversaire politique déclaré », a déclaré Alexander Dobrindt, chef du groupe régional de la CSU, aux journaux du Funke Media Group. « Au Bundestag, nous avons exclu la coopération avec l’AfD par décision du groupe parlementaire. Si vous arrivez à une conclusion différente, vous n’avez pas toutes les barres sur la clôture. » Le vice-président de la CDU, Volker Bouffier, et le Premier ministre de Saxe-Anhalt, Reiner Haseloff (CDU), ont fait des déclarations similaires.

Source : Die Welt

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook
Vos partages nous permettent de continuer, merci !