Le leader conservateur Jacob Rees-Mogg : favoriser les immigrés de l’UE après le Brexit serait « raciste »

0
107
Credit: PA Images

Le bras de fer entre le Royaume-Uni et l’UE dans leurs négociations sur le Brexit a pris une tournure cocasse avec les propos du leader conservateur britannique Jacob Rees-Mogg, samedi dernier, selon lesquels favoriser les ressortissants de l’UE qui veulent s’installer au Royaume-Uni serait « raciste ».

Connu pour son franc-parler et sa ligne tenante d’un Brexit « dur » le député conservateur rétorquait ainsi à l’affirmation de Michel Barnier, le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, selon laquelle Bruxelles cherchait « des dispositions ambitieuses sur la circulation des personnes », affirmant qu’une telle démarche en échange d’un accord commercial serait « tout à fait inappropriée ».

Michel Barnier a déclaré lors d’un discours à Hanovre qu’un accord sur la circulation des personnes pourrait faire partie des « relations économiques futures » du Royaume-Uni et de l’UE.

Mais M. Rees-Mogg a déclaré lors d’une manifestation organisée par Open Europe : « En tant que membre de l’Union européenne, il y a peut-être lieu de faire valoir que nous devrions accorder un traitement préférentiel aux personnes originaires de l’UE, mais une fois que nous sommes en dehors de l’Union européenne, nous serions fondamentalement, si nous leur donnons la préférence, responsables d’une politique d’immigration raciste. »

Il a ajouté que les gens du reste de l’Europe sont « en grande partie blancs » et que les ministres « devraient y réfléchir attentivement ».

« Si nous devons décider que nous devrions avoir une politique discriminatoire à l’encontre des Caraïbéens parce qu’elles ne font pas partie de l’Union européenne, de prendre des gens de l’intérieur de l’UE (…), je pense que c’est une politique extrêmement douteuse à mener et je pense que ce serait mal et indéfendable ».

Le chef du puissant lobby pro-Brexit du parti conservateur s’est lâché de la même manière sur la suggestion du gouvernement d’un « partenariat douanier » avec l’UE, qualifiant l’idée de « complètement crétine ».

L’arrangement, selon lequel la Grande-Bretagne percevrait des droits de douane à l’importation au nom de Bruxelles, a été proposé comme option potentielle par Theresa May afin d’éviter les contrôles douaniers à la frontière irlandaise.

« C’est complètement crétin, la chose la plus stupide à laquelle je puisse penser – c’est une trahison du bon sens », a-t-il ajouté.

« Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement fait fausse route avec ce système. »

Ses commentaires arrivent alors que les députés sont confrontés à une série de votes sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l’union douanière au cours des prochains mois, et une pression sur le premier ministre pour qu’il change le cap du gouvernement.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !