Un leader populiste italien promet d’expulser 500 000 migrants

0
295
Matteo Salvini. Capture d'écran.

Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord, a promis qu’il expulserait un demi-million de migrants s’il devenait Premier ministre de l’Italie.

Le populiste italien a promis que s’il est élu Premier ministre aux élections nationales de mars 2018, il expulsera 100 000 migrants au cours de sa première année et demi de mandat, rapporte le Telegraph.

« Il y a un demi-million de migrants irréguliers en Italie. Ils doivent tous être renvoyés chez eux », a dit Salvini au début de la semaine.

Salvini a été accusé par de nombreuses personnes dans les médias grand public d’être xénophobe, voire raciste, pour sa position anti-migration de masse.

Il s’est adressé à ces détracteurs en disant: « Le seul antidote au racisme est de contrôler, de réglementer et de limiter l’immigration. Il y a des millions d’Italiens en difficulté économique. Les Italiens ne sont pas racistes, mais l’immigration incontrôlée entraîne des réactions loin d’être positives. Nous voulons empêcher cela. »

Salvini et la Ligue du Nord ont formé une alliance électorale avec l’ancien quatre fois Premier ministre et dirigeant de Forza Italia Silvio Berlusconi, milliardaire, et le parti conservateur-nationaliste des Frères d’Italie dirigé par Giorgia Meloni.

Qui deviendra premier ministre si cette alliance remporte les élections dépendra du parti qui recueillera le plus de votes. Actuellement, la Ligue du Nord n’accuse que deux points de pourcentage de retard par rapport à Forza Italia dans un récent sondage réalisé par le bureau de sondage EMG.

Toutefois, même si Forza Italia place M. Berlusconi au premier rang, il se peut que M. Berlusconi ne puisse pas devenir Premier ministre, car il est exclu de ses fonctions en raison d’une condamnation antérieure pour fraude fiscale.

Les commentaires enflammés ne sont que les derniers de Salvini, également connu comme un eurosceptique convaincu. Plus tôt ce mois-ci, le leader de la Ligue du Nord a déclaré que l’Union européenne « peut aller se faire foutre » dans une interview explosive.

« L’Europe nous punit depuis 15 ans et nous sommes dans une situation pire qu’il y a 15 ans», a-t-il dit, ajoutant:« Les mesures européennes sont la dernière chose qui m’intéresse.»

L’Italie a été accablée par des centaines de milliers de migrants qui, jusqu’ à récemment, étaient transportés en Italie à quelques kilomètres de la côte libyenne par des navires de « sauvetage » d’ONG pro-migration accusés de travailler avec des passeurs.

Alors que l’UE a tenté d’alléger la pression sur l’Italie, ainsi que sur la Grèce, en imposant un système de quotas de redistribution des migrants, de nombreux pays, dont la République tchèque, la Pologne, la Hongrie et maintenant l’Autriche, s’opposent à ce système, en faveur de renvois, de frontières fortes et de patrouilles maritimes.

Source : Breitbart / Chris Tomlinson

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook