Les frappes contre la Syrie ont monopolisé l’attention des chaînes de télévision russes

0
289
Capture d'écran «НТВ»

Les frappes menées dans la nuit de vendredi à samedi par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France contre la Syrie ont été le sujet principal et unique de l’actualité de toutes les chaînes de télévision russes, samedi 14 avril.

En raison de l’attaque contre le pays du Moyen-Orient, où, selon les données préliminaires aucune victime n’est à déplorer, certaines chaînes russes ont même changé la grille de diffusion un jour de congé – un phénomène presque sans précédent pour la télévision russe moderne. Il n’y a pas eu d’émission spéciale après le crash, le 11 février, d’un avion de ligne An-148 près de Moscou, ni après l’incendie, le 25 mars, d’un centre commercial dans la ville minière de Kemerovo, en Sibérie – les deux incidents avec de nombreuses victimes (71 et 64 morts) se sont produits un dimanche.

Ce que les Russes ont appris des nouvelles au matin :

Pierviy Kanal, ce qui signifie « première chaîne »

L’ensemble du communiqué de presse à 10 heures était consacré au bombardement en Syrie. Les correspondants syriens, new-yorkais et londoniens ont décrit à la fois l’action militaire elle-même et la réaction de Damas (rassemblement en faveur du président Bashar Assad) et celle des pays occidentaux (quelques actions de protestation). « Chaque président américain a une guerre, il semble que maintenant Donald Trump a la sienne », a déclaré le correspondant à Washington Zhanna Agalakova. La présentatrice de l’émission Ekaterina Berezovskaya a souligné que les dirigeants des États-Unis et de la Grande-Bretagne ont fait des interventions à la télévision, mais que le président français Emmanuel Macron a décidé de faire une déclaration sur Twitter en arabe. « Rien de nouveau, toutes les mêmes histoires sur un programme chimique inexistant », a ajouté Berezovskaya. L’émission a duré 20 minutes au lieu des 15 habituelles, aucun autre sujet d’actualité n’a été abordé.

Rossiya 1, « Russie 1 »

L’émission « Vesti » (« Actualités ») a débuté à 11 heures – immédiatement après la publication de la déclaration du président Vladimir Poutine. Il a été dit que Moscou a l’intention de convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU. Parallèlement, un briefing a été organisé par le ministère russe de la Défense, qui a également été diffusé en direct. Le commentateur de l’émission a souligné que la plupart des missiles de la coalition occidentale ont réussi à être détruits par des complexes produits dans l’ex-URSS. Le correspondant de « Vesti » Yevgeny Poddubny a précisé qu’il était possible d’abattre tous les missiles lancés par les avions britanniques Tornado. En cours de programme, des images de quelques secondes a été montré, où le président syrien Bashar Assad « comme d’habitude » va travailler dans son palais de Damas. « A Damas même, des milliers de personnes ont participé à un rassemblement », a déclaré le présentateur. En parallèle, des gros plans de la place de la ville ont été montrés, où pourtant seules quelques dizaines de personnes et de voitures étaient visibles.

NTV

Le premier volet de l’émission « Segodnya » (« Aujourd’hui ») a débuté à 8 heures. Il a été immédiatement cité une déclaration du représentant du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a rappelé qu’il y a 15 ans, les Etats-Unis ont commencé à envahir l’Irak sous prétexte de rechercher des armes de destruction massive qui n’ont jamais été retrouvées. Un correspondant à Washington, Alexei Veselovsky, a noté qu’ il n’y avait aucune preuve d’utilisation d’armes chimiques en Syrie. La correspondante de Londres Elizabeth Gerson, dans le volet de 10 heures, a ajouté que le Premier ministre britannique Teresa May a pris la décision des frappes sans l’approbation du Parlement. « Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères, semble avoir tardé à intervenir publiquement et publié un tweet seulement à six heures du matin », a déclaré Elizabeth Gerson.

Source: Meduza / Paul Goble

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !