Les tableaux d’Albert Lynch de la Belle Époque

0
44

Albert Lynch (1851-1912) était un peintre péruvien. Né à Trujillo, au Pérou, en 1851, Albert Lynch s’installe à Paris pour étudier dans l’une des écoles d’art les plus prestigieuses et les plus influentes du XIXe siècle – l’École des Beaux-Arts.

Lynch a travaillé sous la direction des peintres Jules Achille Noël, Gabriel Ferrier et Henri Lehmann. Il expose ses œuvres au Salon en 1890 et 1892 et à l’Exposition Universelle de 1900 au cours de laquelle il reçoit une médaille d’or.

Préférant le pastel, la gouache et l’aquarelle, Lynch peint les femmes de la société « dans l’esprit de la Belle Époque ». Il a également illustré quelques romans de l’époque dont Camille d’Alexandre Dumas, fils (fils d’Alexandre Dumas du Comte de Monte Cristo), Le Père Goriot d’Honoré de Balzac et La Parisienne de Henry Becque.

La Belle Époque est une période de l’histoire occidentale. Elle date conventionnellement de la fin de la guerre franco-prussienne en 1871 au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Apparue à l’époque de la Troisième République française (à partir de 1870), cette période se caractérise par l’optimisme, la paix régionale, la prospérité économique, l’apogée des empires coloniaux et les innovations technologiques, scientifiques et culturelles. Dans le climat de l’époque, surtout à Paris, les arts fleurissent. De nombreux chefs-d’œuvre de la littérature, de la musique, du théâtre et des arts visuels ont été reconnus. La Belle Époque a été nommée rétrospectivement lorsqu’elle a commencé à être considérée comme un « âge d’or » en contraste avec les horreurs de la Première Guerre mondiale. La Belle Époque était une période où, selon l’historien R.R. Palmer, « la civilisation européenne a atteint sa plus grande puissance dans la politique mondiale, et a exercé son influence maximale sur les peuples hors d’Europe ».