Mein Kampf, un best-seller aux Pays-Bas

0
140

Par Michael Walsh dans The Ethnic-European

L’autobiographie d’Adolf Hitler est classée deuxième après la Sainte Bible en termes de popularité mondiale. Bien que des millions de personnes aient voulu lire le Mein Kampf d’Hitler, le livre a été interdit depuis que le Président-Chancelier d’Allemagne, deux fois élu, a été renversé par les forces combinées des empires soviétique, britannique et américain en mai 1945.

Après avoir été interdite aux Pays-Bas pendant plus de 70 ans, une traduction néerlandaise de Mein Kampf a fait son apparition dans les librairies du pays en août. La traduction, Mijn Strijd, figure sur la liste des best-sellers du pays depuis sa sortie, atteignant le troisième rang à la mi-septembre.

Bien que chaque chapitre ait subi une introduction biaisée de l’historien Dr. Willem Melching, la nouvelle édition néerlandaise a mis les brûleurs de livres dans le pétrin. La soi-disant gauche libérale égoïste et ses sbires soutiennent que Mein Kampf. écrit par le réformateur social et homme d’État le plus aimé d’Europe. aurait dû être publié.

« J’ai été alarmée de lire que le livre est devenu un best-seller », déclare Hanna Luden, directrice du CIDI, le principal organisme de surveillance de l’antisémitisme des Pays-Bas. « Notre principale préoccupation est qu’il devienne un livre culte. L’éditeur a un intérêt commercial, pas nécessairement idéologique. J’espère qu’ils ont de bonnes intentions. »

Caroline Reeders est directrice d’Athenaeum, l’une des plus grandes librairies des Pays-Bas. Elle décrit Mijn Strijd comme une source historique publiée de manière responsable, mais « le livre n’a pas été exposé et les clients qui le cherchent doivent le demander ».

Un libraire d’une autre librairie néerlandaise de premier plan, Scheltema, a adopté une approche similaire. Elle dit que bien que Mijn Strijd fasse techniquement partie du Top 10 du magasin, elle a choisi de ne pas l’y placer.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook
Vos partages nous permettent de continuer, merci !