Miss Hitler, le concours qui prend de l’ampleur ! En exclusivité la gagnante 2018

0
674
Cela en étonnera moins d’un: depuis plusieurs années maintenant se développe sur internet et les réseaux sociaux – notamment russes – des concours qui s’affirment de démonstration de la beauté de la culture hitlérienne, de la race européenne et des femmes aryennes.
Par Alexandre Bender
La lauréate 2018, l’Allemande  « Skuld ».

L’édition 2018 de cet événement sur VKontakte – l’équivalent russe de Facebook a inévitablement attiré l’attention en Israël. Et conduit le 13 septembre, treize jours après l’ouverture des votes, à la fermeture sur le réseau social qui revendique plus de 100 millions d’utilisateurs actifs dans le monde de la page consacrée à la compétition « Miss Hitler ».

Les retombées de cette nouvelle ont été mondiales. Le Soir, The Moscow Times, Newsweek, le Daily Star et Deutsche Welle mais également plus d’une vingtaine de médias italiens, roumains, israéliens, allemands, français et espagnols ont traité de ce sujet.

La page dorénavant bloquée soulignait les objectifs du concours, qui comprenaient également « l’amélioration de l’image d’Adolf Hitler » et « l’encouragement aux interactions au sein de la communauté hitlérienne ». Le site du concours a été remplacé par une page expliquant que « cette communauté a été bloquée en raison d’appels à la violence ».

La page Miss Hitler 2018 du concours sur le site russe VKontakte avant qu’elle ne soit retirée.
Publicité pour le contest de Miss Hitler 2018, hébergé par le média social russe VK. Image capture d’écran par Hadashot news.
Le matériel publicitaire a été diffusé en 14 langues, y compris le chinois.

La compétition a été découverte par la firme Vocative qui analyse les contenus en ligne en 15 langues, a précisé la chaîne israélienne Hadashot. En 2014, Vocative avait repéré un concours similaire sur le même réseau social qui avait été également bloqué.

Le concours a réuni des concurrentes originaires d’Allemagne, d’Italie, de Russie et des Etats-Unis. Des centaines d’usagers ont pu voter dans un sondage en ligne pour les concurrentes tandis que des milliers de personnes ont visité les pages du concours.

Derrière l’édition 2018 du concours Miss Hitler, tout comme de l’édition 2017, se tient tout seul aux commandes João Branco, un Portugais de 38 ans qui vit près de Lisbonne et se dit « national-socialiste depuis l’âge de 8 ans », depuis qu’il vit Rudolf Hess « homme de paix » en prison. Dans l’aventure, regrette-t-il, il a perdu son compte VKontakte de plusieurs années. Mais pas sa flamme ! La diffusion des annonces publicitaires du concours s’est faite en quatorze langues. « Y compris en chinois », précise-t-il.

En cas d’interruption du concours un joker était prévu.
Le maître d’oeuvre infatigable de la compétition João Branco.

« Nous avions prévu le blocage du concours, nous avions un joker », confie dans un bon français João Branco (il a longtemps vécu en Suisse) à GrandFacho.com. Les conditions du concours mentionnaient qu’en cas d’interruption anticipée avant la fin prévue au 31 octobre la candidate ayant obtenu le plus de votes serait déclarée vainqueur.

Au décompte final, sur 560 personnes ayant exprimé leur choix, c’est donc 172 votes pour « Skuld », une magnifique allemande aux yeux bleus de 36 ans, heureuse en mariage, 138 pour la fraîche italienne « Edelweiss » (20 ans) et 96 pour la deuxième transalpine en lice, la tout en symbole « Eva Braun ».

Miss Skuld était sûre de l’emporter: « Je suis une femme aryenne blanche fière de 36 ans, de 180 cm, avec des yeux bleus et des cheveux blonds. Je suis fière d’être une vraie allemande avec du sang pur. C’est pourquoi je gagnerai la compétition. »

Les autres candidates au titre de Miss Hitler 2018 ci-dessus: de gauche à droite et de haut en bas, Miss Eva Braun (Italie), Miss Edelweiss (Italie), Miss Nurse Hatchet (Etats-Unis), Miss Marta (Russie) et Miss Ursula Hitzenbichler (Allemagne). Image du bas: Miss Eva Braun arborant un tribu à Hitler dans le dos.

« L’an dernier 580 personnes ont voté, mais sur 31 jours, se félicite Joao Branco. Cette année, presque autant de votes mais en seulement 13 jours! »

La gagnante du concours 2018, l’Allemande Skuld, recevra comme prix un grand drapeau. Du IIIe Reich, bien sûr.

Par ailleurs, le Portugais annonce que l’édition 2019 de Miss Hitler se tiendra en février prochain. Avec, espère-t-il, « encore plus de votes, de candidates et d’impact ! »

De Miss Ostland (« terres de l’Est ») à Miss Hitler

A rechercher sur internet, il apparaît que les premiers concours du genre sont apparus il y a plus de cinq ans sur le réseau social russe VKontakte. Initialement l’événement – une sorte de Miss aryenne – s’appelait « Miss Ostland » (Miss « territoires de l’est ») et touchait principalement les Pays baltes, l’Ukraine et la Biélorussie réunis. Les références à Hitler étaient plus discrètes qu’aujourd’hui. L’édition 2014 et ses 7’000 abonnés a été particulièrement suivie.

En 2016, le concours est repris par National Action, un mouvement d’extrême droite britannique, qui fera de « Miss Hitler » un événement populaire et médiatique, et cible des foudres d’organisations juives. Miss Hitler 2017, déjà organisé par le Portugais João Branco, a rencontré un écho mesuré. La lauréate a été la franco-russe « Hecate ». Anecdotiquement, pour la première fois un « Mister Hitler » a été organisé mais n’a connu qu’un faible intérêt.

En 2014, Miss Ostland remportait du succès sur le réseau social VKontakte.

L’édition 2016 de Miss Hitler, organisée par les britanniques de National Action, a été populaire. En photo (en bas à droite) la lauréate, une jeune écossaise.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci!