Le Pape François: Je ne lis pas les sites web qui « m’accusent d’être hérétique »

0
345

Pour sa tranquillité d’esprit, le Pape François dit qu’il ne lit pas les sites web qui l’accusent d’hérésie, qu’il attribue à la « résistance  » aux réformes nécessaires au Vatican.

« Certains me disent que c’est normal qu’il y ait de la résistance quand quelqu’un veut faire des changements », dit le pape dans une conversation avec une communauté de jésuites à Santiago du Chili, qui sera publiée dans le numéro du 15 février de La Civiltà Cattolica, une revue jésuite. « Le fameux dicton « C’est comme ça que ça a toujours été fait » règne partout; c’est une grande tentation à laquelle nous avons tous fait face. »

« L’opposition après Vatican II, qui est toujours présente, a ce but: relativiser et diluer le Concile », a-t-il ajouté.

Dans sa conversation avec son frère jésuites lors de sa récente visite en Amérique du Sud, François a dit que toutes les difficultés de la vie ne devraient pas être considérées comme une « résistance », notant que le discernement est nécessaire pour séparer la véritable opposition de simples malentendus.

« Il est facile de dire qu’il y a de la résistance et de ne pas se rendre compte que dans ce retour en arrière, il peut aussi y avoir un brin de vérité », a-t-il dit. « Cela m’aide aussi à relativiser beaucoup de choses qui, au début, semblent être des résistances, mais qui ne sont en réalité qu’une réaction résultant d’un malentendu. »

« Mais quand je me rends compte qu’il y a une vraie résistance, bien sûr, je suis désolé », a-t-il dit.

« Je suis encore plus désolé quand quelqu’un s’enrôle dans une campagne de résistance. Et malheureusement, je le vois aussi », dit-il.

« Je ne peux nier que ces résistances existent. Je les vois et je les connais », dit le pape. « Il y a des résistances doctrinales. Pour ma santé mentale, je ne lis pas les sites web de cette soi-disant « résistance ». Je sais qui ils sont, je connais les groupes, mais je ne les lis pas, simplement pour ma santé mentale. Quand il y a quelque chose de très grave, on m’informe pour que je sache. C’est déplaisant, mais il faut aller de l’avant. »

Le pontife a dit que sa réponse à la résistance dépend de la bonne foi qu’il perçoit chez ceux qui s’opposent à lui.

« Quand je perçois l’opposition, j’essaie de dialoguer, quand le dialogue est possible; mais une certaine résistance vient des gens qui croient qu’ils ont la vraie doctrine et vous accusent d’être hérétique », a-t-il dit. « Quand je ne trouve pas la bonté spirituelle chez ces gens, à cause de ce qu’ils disent ou écrivent, je prie simplement pour eux. Ça me fait mal, mais je ne m’ y attarde pas pour ma santé mentale. »

En 2016, quatre cardinaux catholiques écrivirent une lettre au Pape François pour lui demander de clarifier cinq doutes doctrinaux sérieux à partir de son exhortation apostolique de 2016 Amoris Laetitia (La Joie d’Amour) concernant la Sainte Communion pour les divorcés et les remariés, l’indissolubilité du mariage et le rôle propre de la conscience.

Le Pape a choisi de ne pas répondre aux doutes des cardinaux, et de nombreux défenseurs du Pape François ont interprété les questions comme une sorte d’opposition à François.

Peu de temps après, l’un des signataires de la « dubia », le cardinal américain Raymond Burke, a déclaré qu’une réponse était nécessaire parce que différentes interprétations étaient proposées, sans clarification.

L’Église « souffre d’une grande confusion sur au moins ces cinq points », dit Burke, qui ont à voir avec les « principes moraux irréformables ».

En tant que cardinaux, nous « estimons qu’il est de notre responsabilité de demander des éclaircissements sur ces questions, afin de mettre un terme à cette confusion qui est en fait source d’erreur », a-t-il dit.

Burke a également déclaré que les quatre cardinaux ont écrit la lettre « avec le plus grand sens de notre responsabilité en tant qu’évêques et cardinaux », mais aussi « avec le plus grand respect pour le ministère pétrinien[du Pape], parce que si le ministère pétrinien ne respecte pas ces principes fondamentaux de doctrine et de discipline, alors, pour ainsi dire, la division est entrée dans l’Église, ce qui est contraire à notre nature même ».

Source : Breitbart / Thomas D. Williams

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook