Pays-Bas : 85 % des réfugiés sont toujours au chômage

0
279
ERIC BRINKHORST/AFP/Getty Images

Seuls 15 pour cent des réfugiés qui ont été autorisés à travailler aux Pays-Bas depuis 2014 ont un emploi, selon les chiffres, et les experts prévoient que la proportion de ceux qui ont un emploi ne passera qu’à 40 pour cent au cours des dix prochaines années.

Les données du Bureau central des statistiques (BCS) ont révélé que la grande majorité des réfugiés sont restés sans emploi et vivent de l’aide sociale pendant les deux ans et demi qui se sont écoulés depuis l’obtention de leur permis de travail.

Sur les 15 % qui ont un emploi, dont la majorité sont syriens et érythréens selon Die Telegraaf, la plupart des réfugiés qui ont trouvé un emploi ne travaillent qu’à temps partiel.

Le chercheur néerlandais Jan van de Beek, spécialiste de l’immigration, a déclaré que le nombre de personnes ayant obtenu l’asile aux Pays-Bas qui entrent sur le marché du travail augmentera, mais seulement dans une mesure limitée.

Après avoir analysé la participation au marché du travail des demandeurs d’asile arrivés aux Pays-Bas entre 1999 et 2005, il a prédit que la proportion de réfugiés au travail atteindrait environ 40 % d’ici dix ans.

Selon le mathématicien et anthropologue, une partie du problème réside dans le fait qu’il y a peu d’incitation financière à passer de l’aide sociale au chômage à un travail non qualifié.

« En outre, il est bien sûr très difficile de trouver et de conserver un emploi dans un pays totalement différent », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, M. Van de Beek a averti que l’État-providence néerlandais s’effondrera à moins que la nation ne ferme ses frontières aux migrants du tiers monde, dont chacun coûte en moyenne 120 000 euros à l’État au cours de leur vie.

« Les indigènes financent une minorité de sous-classes au chômage », a-t-il déclaré au tabloïd hollandais AD. « Il y a plus de 2 millions de non-occidentaux et plus de 13 millions d’autochtones vivant aux Pays-Bas, mais les non-occidentaux sont déjà plus nombreux à bénéficier de l’aide sociale que les les autochtones. »

GrandFacho.com a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur :Paypal.GrandFacho.com, et indiquez le montant de votre contribution.

Interrogé sur le fait que les critiques disent qu’il est « immoral » de juger les gens en fonction de leur profil économique, M. Van de Beek a déclaré qu’il pense que le mot correspond mieux à ses opposants qui soutiennent les frontières ouvertes et qui, selon lui, sont heureux d’aggraver la vie des Néerlandais « aux revenus les plus bas et qui détiennent le moins de pouvoir…. qui sont déjà sous la pression de l’automatisation et de la mondialisation ».

« Les gens politiquement corrects veulent ignorer le fait que chaque euro ne peut être dépensé qu’une seule fois et qu’à chaque fois que vous devez déterminer si vous voulez que le gouvernement travaille pour vos concitoyens ou pour le reste du monde », a-t-il dit.

Source : Breitbart / Virginia Hale

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !