Pendant que Donald Trump visite Paris, les banlieues voient des scènes d’«intolérable violence»

0
189

Alors que le président américain Donald Trump était en visite en France pour les festivités du 14 juillet à Paris, les affrontements dans les banlieues à forte population immigrée ont vu 13 membres des forces de l’ordre blessés et 897 voitures brûlées.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 368 personnes ont été placées en détention pour des émeutes et des violences pendant les nuits des 13 et 14 juillet – des scènes qui sont devenues une tradition chaque année dans les quartiers urbains multiculturels de Paris en particulier au cours des célébrations de la fête nationale du 14 juillet

« C’est grâce à la très importante mobilisation des forces de l’ordre qu’il y a eu une réduction sensible du nombre d’incidents et notamment de rixes sur la voie publique commises en marge des festivités du 14 juillet », a déclaré Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

« Nos forces de sécurité ont été la cible d’agressions intolérables, au cours de plusieurs épisodes de violences urbaines « , a-t-il ajouté, indiquant que « 13 fonctionnaires et militaires ont été blessés » dans les affrontements.

« Les auteurs auront à répondre devant la justice, a poursuivi Pierre-Henry Brandet. Tout comme seront poursuivis les auteurs d’incendies de véhicules, évidemment toujours trop nombreux. »

Le nombre de voitures brûlées lors des festivités de la fête de la Bastille a légèrement augmenté par rapport à 2016, 855 véhicules avaient été incendiés, mais le nombre de personnes arrêtées l’année dernière – 577 – était beaucoup plus élevé.

«Roué de coups», un policier fait usage de son arme 

Dans la nuit du 14 au 15 juillet, à Sevran (Seine-Saint-Denis), une commune à forte proportion immigrée touchée par de nombreux incendies de voitures les jours précédent, un policier a notamment été « roué de coups » lors d’une intervention par « une trentaine d’individus décidés de s’en prendre à lui avec un maximum de violence », a rapporté ACTU17.

Le policier a du faire usage de son arme à huit reprises pour se dégager. Certains émeutiers étaient armés de barres de fer. Le policier a pu être secouru par des renforts et conduit à l’hôpital, le visage ensanglanté, présentant de multiples contusions partout sur le corps.

En juillet de l’année dernière, un jour après qu’un prêtre catholique eût été assassiné par des terroristes islamiques, M. Trump avait déclaré que « la France n’est plus la France », pour défendre sa politique migratoire en prenant la France comme contre-exemple.

 

Traduction libre d’un article (en anglais) paru sur Breitbart.com / Virginia Hale

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*