Pourquoi tant de féministes blanches se convertissent-elles à l’islam ?

0
142
Rencontrez l'une des 5000 Britanniques qui deviennent musulmanes chaque année.

Paru le 7 août 2018 sur Council of European Canadians. Traduction. Texte original en anglais ici.


Personne ne sait pourquoi Louise s’est convertie à l’Islam. Personne ne sait pourquoi 27% des convertis à l’Islam en Amérique du Nord sont blancs, ou pourquoi trois sur quatre de ces convertis blancs sont des femmes. Cela semble logiquement incohérent. Beaucoup d’entre nous, habitués aux libertés que nous confère notre société pluraliste, ont du mal à comprendre ce phénomène. C’est déconcertant en fait. Pourquoi Louise embrasserait-elle une foi rétrograde qui considère son espèce comme impure et son sexe comme subordonné? En l’absence de réponses définitives, nous ne pouvons que spéculer.

Peut-être que ses tournées nocturnes dans le quartier étaient moins une mission pour soulager ses intestins qu’une odyssée spirituelle qui a finalement conduit à Allah. Peut-être sous la lumière d’une pleine lune, elle baissa les yeux sur sa crotte et vit l’œuvre d’un Divin Créateur. Peut-être que sa défécation furtive sur la pelouse de M. Davis a engendré un sentiment de honte et de dégoût qui l’a poussé à remettre en question son éducation permissive. C’est peut-être la rigidité même de l’islam, avec ses règles strictes à suivre et à ne pas faire, qui l’attirait le plus.

Il y a peut-être une raison plus fondamentale pour expliquer sa conversion choquante. Une raison qui, bien qu’irrésistible, est trop incendiaire sur le plan politique pour qu’aucun d’entre nous, sauf le plus suicidaire d’entre nous à mentionner, sans égard à la considération. Louise a peut-être trouvé l’islam séduisant parce qu’elle comprenait ce que les féministes ne comprennent pas. Elle s’est rendu compte qu’elle est un animal de meute et que les meute sont hiérarchiques. Il y a une chaîne de commandement. Il y a le chef de meute et ses partisans. Cette compréhension est inhérente à sa nature. Elle est câblée pour diriger – ou se soumettre. Et son confort psychologique dépend d’une compréhension claire de sa position par rapport à la hiérarchie et de son rôle dans le groupe. Pour une bête de somme, rien n’est plus stressant que l’incertitude quant à sa place dans la hiérarchie.

C’était le malheur de Louise d’être née et d’avoir grandi dans un environnement où des concepts pathologiques comme la démocratie et l’égalité des sexes étaient considérés comme souhaitables et viables. Elle a été élevée pour croire que la distribution des repas à table était son droit, et que ses supérieurs indulgents devaient être considérés comme des « partenaires ». Elle a même reçu des signaux culturels à l’effet qu’elle et ses semblables devraient assumer des postes de leadership.

Alors qu’elle a embrassé ces messages à un niveau conscient, elle ne l’a pas fait à un niveau subconscient, car ils étaient en conflit avec sa nature. Jusqu’à sa conversion, Louise était une personne très conflictuelle, et l’agitation intérieure la tuait. L’Islam lui a offert un moyen de s’en sortir. C’est la vérité pure et simple.

Quand le christianisme patriarcal a succombé à la laïcité progressive, quand les clercs avec des listes et des chemises roses ont pris à la chaire pour prêcher les nouvelles d’internet plutôt que les bonnes nouvelles, le champ a été laissé grand ouvert à l’Islam. Les chiens et les gens, les animaux de meute, ont besoin de clarté et d’absolu moral. Ils ont besoin d’une démarcation claire entre le bien et le mal, le bien et le mal, le bien et le mal, les choses à faire et à ne pas faire. Plus un sens de la raison d’être. Si vous ne donnez pas de travail à un chien, il en trouvera un. Ou le diable le trouvera pour lui.

Cette conclusion malheureuse est une pilule amère à avaler pour les progressifs. Il est difficile d’admettre que pour Louise, devenir musulmane était un choix rationnel fait pour faire face aux problèmes existentiels auxquels les femmes serviles blanches sont confrontées dans la société occidentale.

En un mot, la conversion à l’islam était la façon de Louise de faire face aux stress de la modernité.

Articles disponibles en français du Council of European Canadians ici.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !