Protestation en Suède après que la police ait dit aux femmes de « rester à l’intérieur ou de marcher en groupe » après une série de viols collectifs

0
475

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Malmö, dans le sud de la Suède, pour protester après que trois adolescentes aient été brutalement violées par des gangs, et que la police a dit aux femmes de rester à l’intérieur.

L’incident le plus récent a impliqué une jeune fille de 17 ans qui a été violée par un nombre indéterminé d’assaillants dans une aire de jeux pour enfants dans les premières heures du jour.

Le lendemain, la police de Malmö a averti les femmes qu’il ne fallait pas sortir seule la nuit et de marcher par deux ou d’utiliser un taxi.

Le premier viol a eu lieu le 4 novembre, une jeune femme a été violée par plusieurs agresseurs après une fête à Segevång, au nord de Malmö.

Quelques jours plus tard, une femme a été agressée et violée par des hommes à un arrêt de bus de Södervärn, dans le centre de Malmö.

Samedi, le viol a eu lieu à quelques rues de Sofielund et a été perpétré par un groupe d’hommes de 17 ans dans une cour de récréation.

 » Il s’agit d’un crime horrible, particulièrement grave et avec une violence extrêmement brutale « , a déclaré Andy Roberts, chef de la police de secteur à North Malmo au Helsinborg Dagblad.

Il ne donnait pas au journal de détails sur les violences subies par la victime mais ajoutait: « Il y a des limites, même pour moi, en tant que vieux policier expérimenté ».

Un journal local rapporte que les victimes dans les trois cas étaient des adolescents.

Selon la police, bien qu’il n’ y ait pas de lien évident entre les viols, il ne peut être exclu car les enquêtes sont toujours en cours.

Les trois incidents se sont produits entre minuit et 3 heures du matin et les agresseurs étaient tous de jeunes hommes inconnus des victimes, selon les rapports de Sydsvenskan.

La manifestation d’hier, filmée par un participant, a vu des manifestants réclamer la protection de la police, des peines plus sévères et que le gouvernement a fait pression pour faire adopter une loi sur le consentement.

Des pancartes portant des messages tels que « pas de violeurs dans nos rues » et « Stefan Lofven, prenez vos responsabilités », dirigés contre le Premier ministre du pays, des centaines de manifestants se sont rassemblés mardi soir à Malmö.

 » Je n’ai jamais pensé que j’aurais peur de me promener dans ma ville natale « , a dit une des conférencières Sara Wettergren, selon Kvallsposten.

Se référant au célèbre viol collectif d’une jeune étudiante à Delhi en 2012, elle a ajouté: « En Inde, les auteurs ont été condamnés. En Suède, ils sont libres. »

Dans la foulée du débat #MeToo et des viols collectifs récents, la question de la violence sexuelle à l’égard des femmes sera un enjeu clé avant les élections générales de l’année prochaine en Suède.

Les manifestants de Malmö ont présenté une série de revendications au gouvernement suédois: des sanctions plus sévères pour les viols, un ministre de la justice compétent en matière de violence sexuelle et un commissaire de la police nationale « qui se soucie des femmes ».

Les manifestants ont également protesté contre la recommandation de la police selon laquelle les femmes devaient rester à l’intérieur, qui a été publiée dimanche.

« C’est une question de bon sens. Nous n’avertissons pas les gens de ne pas être dehors, mais de réfléchir à deux fois et peut-être de ne pas marcher seuls tard dans la nuit et d’aller plutôt avec les autres ou de prendre un taxi », a déclaré Anders Nilsson de la police de Malmö qui dirige l’enquête préliminaire.

Après un tollé national, la police de Malmö s’est rétractée lundi, et M. Nilsson a déclaré qu’il avait été « maladroit » en choisissant ses mots.

Source: dailymail.co.uk

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook