Quand l’Allemagne envahissait l’Allemagne

0
127

Par Mike Walsh dans Renegade Tribune

Les informations diffusées par les alliés victorieux dépeignent la Pologne comme une victime innocente de l’expansionnisme nazi. Une telle propagande haineuse nous rappelle que la vérité est la première victime de la guerre.

Tout au long des années 1930, le Reich allemand, malgré les provocations constantes de l’élite politique et militaire polonaise, est resté conciliant. S’il y avait eu des menaces anti-polonaises proférées par Berlin sous le règne du Reich, nous en aurions peut-être déjà entendu parler.

D’autre part, l’intention de la Pologne d’écraser son voisin allemand est évidente, documentée et abondante. Les premiers actes d’agression de la Seconde Guerre mondiale ont été la responsabilité des forces armées polonaises qui ont lancé une série d’attaques graves aux frontières de l’Allemagne. Les attentats se sont déroulés sur une période considérable et chaque violation polonaise fait l’objet d’une chronique. Les plaintes répétées de Berlin ont donné lieu à d’autres violations de la frontière militaire.

Au cours des années 1920 et 1930, la Pologne, au mépris du Traité de Versailles et du droit international, a occupé une grande partie du nord de l’Allemagne.

Lorsque le 1er septembre 1939, le Reich frappa la Pologne de manière préventive, les forces armées allemandes occupèrent en fait un territoire qui était un territoire allemand en droit. L’Allemagne n’envahissait pas tant la Pologne que l’Allemagne. Comme A.J.P. Taylor l’a supposé, « l’Allemagne a mené une guerre défensive « .

Les preuves de la validité de la remarque du grand historien britannique ne manquent pas. Le 3 octobre 1930, trois ans avant l’élection d’Adolf Hitler, l’influent journal polonais Die Liga der Grossmacht publia la déclaration suivante.

Une lutte entre la Pologne et l’Allemagne est inévitable. Nous devons nous y préparer systématiquement. Notre but est un nouveau Grunewald (la bataille de Tannenberg le 15 juillet 1410 lorsque les chevaliers Teutoniques furent vaincus). Toutefois, cette fois-ci un Grunewald dans la banlieue de Berlin. En d’autres termes, la défaite de l’Allemagne doit être provoquée par les troupes polonaises au centre du territoire afin de frapper l’Allemagne au cœur.
Notre idéal est une Pologne avec l’Oder et la Neisse comme frontière à l’Ouest. La Prusse doit être reconquise pour la Pologne et la Prusse jusqu’à la Spree. Dans une guerre avec l’Allemagne, il n’y aura pas de prisonniers et il n’y aura de place ni pour les sentiments humains ni pour les sentiments culturels. Le monde tremblera devant la guerre germano-polonaise. Nous devons évoquer chez nos soldats une humeur surhumaine de sacrifice et un esprit de vengeance et de cruauté impitoyable.

À la fin des années 1930, des cartes postales polonaises décrivant l’intention de la Pologne de repousser la frontière allemande vers l’ouest ont été imprimées. Est-ce une coïncidence si, après la Seconde Guerre mondiale, la ligne Oder-Neisse, où la frontière orientale de l’Allemagne (de l’Est) a été tracée par les Alliés, correspondait à peu près à la carte inique sur les cartes postales de propagande d’avant-guerre de la Pologne ?

Naturellement, dans les années 1930, les Allemands étaient alarmés par les menaces polonaises de détruire leur nation. Bien avant le début de la guerre, les médias allemands ont publié des cartes postales de propagande polonaise pour avertir le peuple allemand de ce que les Polonais préparaient. L’issue de la guerre a prouvé l’exactitude des reportages des médias allemands. En outre, les cartes polonaises indiquaient que la Pologne prévoyait également d’occuper la Tchécoslovaquie.

Vous trouverez les cartes postales reproduites parmi les illustrations d’un livre très précieux, intéressant et plutôt volumineux intitulé : « Documents sur les événements qui ont précédé le déclenchement de la guerre ». Ce tome a été compilé et publié en anglais par le ministère allemand des Affaires étrangères. Il a été distribué aux États-Unis par la Bibliothèque allemande d’information, 17 Battery Place, New York, en 1940, avant l’entrée en guerre des États-Unis.

Les plus de 500 pages du volume sont constituées de documents diplomatiques qui documentent les provocations et les atrocités polonaises contre les Allemands depuis la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’au déclenchement de la guerre en 1939.

La première invasion de la Seconde Guerre mondiale a de nouveau été la responsabilité de la Pologne. Sir Basil Liddell Hart, historien militaire britannique : « En mars 1939, six mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, la Pologne « exploitait la possibilité de s’emparer d’une partie du territoire tchèque ».

Des soldats allemands fouillent des prisonniers de guerre polonais capturés.

Ni les historiens officiels ni les médias grand public ne publient quoi que ce soit qui pointe du doigt la culpabilité de la Pologne d’avant-guerre. Cependant, la vérité, les archives et la postérité font état de multiples actes de belligérance, d’agression et de violations des frontières de la part de la Pologne à l’encontre non seulement de l’Allemagne mais aussi de la Tchécoslovaquie voisine et des États baltes indépendants, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie.

Si, grâce à l’Internet moins contrôlé et aux médias alternatifs, les mensonges d’hier se brisent sous leur propre poids, le contenu de la plupart des bibliothèques sera jeté dans les poubelles les plus proches.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !