Russie : Navalny essuie deux revers en 24 heures

0
92

L’opposant le plus célèbre au président russe Vladimir Poutine a enchaîné deux revers ces dernières 24 heures. Si le premier était largement prévisible, le deuxième l’était à peine moins.

Tout d’abord, le refus par les autorités moscovites d’autoriser le leader d’opposition Alexeï Navalny d’organiser une manifestation « anticorruption » le 12 juin prochain dans le centre de la capitale.

Le chef du département de la sécurité de la ville de Moscou, Vladimir Chernikov, a déclaré hier qu’au lieu de Tverskaya et Okhotny Ryad, de grandes avenues près du Kremlin, l’office du maire avait proposé que Navalny tienne sa manifestation en un lieu de rechange, à distance du centre-ville.

Vladimir Chernikov a affirmé à la presse que si Navalny avait tenu sa manifestation là où il le  souhaitait, celle-ci risquait de déranger les autres événements liés au Jour de la Russie, la fête nationale.

Navalny avait déclaré en mai avril dernier que des manifestations allaient être organisées le 12 juin dans 212 villes à travers la Russie, que les autorités accordent leur autorisation ou pas, « les citoyens ayant le droit de manifester le jour de la fête nationale ».

Ensuite, sa condamnation pour diffamation, annoncée hier, dans le procès que lui avait intenté le milliardaire Alicher Ousmanov, que Navalny accusait de corruption au profit du Premier ministre Dmitri Medvedev.

Le tribunal Lioublinski de Moscou a estimé que M. Navalny avait diffusé des informations incorrectes qui ont sapé «l’honneur, la dignité et la réputation d’homme d’affaires» de M. Ousmanov, selon la décision rapportée par l’agence Ria Novosti.

L’opposant au Kremlin et blogueur devra désormais publier une rétractation de ses propos, ce qu’il a aussitôt refusé de faire après sa sortie de la salle d’audience.

«Nous nous doutions que la décision irait en ce sens. (…) Notre enquête est basée sur des faits», a réagi M. Navalny devant les journalistes.

Dans son film-enquête publié début mars, l’opposant accuse le Premier ministre Dmitri Medvedev de se trouver à la tête d’un empire immobilier financé par les oligarques du pays. Sa publication a été suivie fin mars d’importantes manifestations dans toute la Russie, qui ont donné lieu à des centaines d’arrestations. M. Navalny a passé 15 jours en détention.

Il cite notamment une propriété de quatre hectares dans un quartier prestigieux de la périphérie de Moscou, offerte par Alicher Ousmanov, magnat de la métallurgie et des communications, à un fonds qui serait lié selon lui au Premier ministre.

 

Sources : Radio Free Europe / ATS

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*