La Russie perd un satellite de 45 millions de dollars après l’avoir lancé d’un mauvais cosmodrome

0
410
Image Associated Press.

Le vice-premier ministre russe Dmitry Rogozin a déclaré mercredi que la perte d’un satellite de 2,6 milliards de roubles (45 millions de dollars) lancé fin novembre dernier était due à une erreur de programmation embarrassante.

S’adressant à Rossiya 24, chaîne de télévision d’État, Rogozin a déclaré que l’échec a été causé par une erreur humaine. La fusée porteuse de satellites avait été programmée avec les mauvaises coordonnées, a-t-il dit, précisant qu’on lui avait donné des repères pour décoller d’un autre cosmodrome – Baïkonour – que Moscou loue au Kazakhstan.

« La fusée était vraiment programmée comme si elle décollait de Baïkonour. Ils n’ont pas eu les bonnes coordonnées. »

Le 28 novembre, le satellite météorologique baptisé Meteor, avait été lancé par une fusée Soyouz depuis le nouveau cosmodrome de Vostotchny (sud-est de la Sibérie).
Mais quelques minutes après le lancement, « durant la première communication prévue avec le satellite, il n’a pas été possible d’établir une connexion en raison du fait qu’il n’a pas atteint l’orbite visée », a précise un communiqué de l’agence spatiale russe, Roscosmos.

La fusée transportait 18 satellites plus petits appartenant à des sociétés scientifiques, de recherche et commerciales de Russie, de Norvège, de Suède, des États-Unis, du Japon, du Canada et d’Allemagne.

Série de revers technologiques

En avril de l’année dernière, après des retards et des dépassements de coûts massifs, la Russie a lancé sa première fusée à partir de Vostochny, un jour après qu’un pépin technique ait forcé un report embarrassant de l’événement en présence du président, Vladimir Poutine.

En 2015, une des roquettes russes a explosé quelques minutes après son lancement, détruisant ainsi un satellite de communication mexicain. Le dernier échec survient juste après que le programme spatial russe Roscosmos ait vu son budget réduit de 35 % cette année. On a aussi découvert, lors d’une vérification en 2015, que le programme spatial comportait des violations financières de 1,8 milliard de dollars.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook