Six versions de la liquidation de Zakharchenko

0
309

Chaque fois que Moscou veut cacher son propre rôle ou, à l’inverse, conserver autant de liberté d’action à l’avenir, ses médias officiels donnent diverses explications à tout événement, dont certaines peuvent même paraître « objectives » parce qu’elles jettent un éclairage négatif sur ce que la partie russe a pu faire.

C’est ce qui s’est passé depuis la mort d’Alexandre Zakharchenko, le chef de la « République populaire Donetsk » autoproclamée dans le Donbass occupé par la Russie. Il y a fort à parier que le Kremlin a décidé que Zakharchenko se mettait en travers de ses plans, mais d’autres possibilités existent pour quelqu’un d’aussi notoirement violent, corrompu et anti-ukrainien.

Par conséquent, il est bon de garder une trace des différentes versions de la réalité que Moscou a présentées, non pas parce que la plupart d’entre elles sont vraies, mais plutôt parce qu’elles en disent long sur la manière dont le Kremlin entend utiliser une action dont il est susceptible d’avoir été le principal artisan.

L’analyste politique ukrainien Volodimir Volya propose une liste de six versions qui ont toutes été publiées dans les médias de Moscou et discutées dans leurs homologues ukrainiens (blogs.korrespondent.net/blog/politics/4006460/). Elles incluent :

1. Conflits internes au sein de la RPD au sujet de la propriété et du pouvoir dans cette région.

2. Les services spéciaux ukrainiens qui voulaient semer le désordre dans le camp pro-Moscou, peut-être pour préparer le terrain à une avancée ukrainienne.

3. L’initiative de groupes radicaux de droite ukrainiens qui se vengent de leurs pertes, une charge qui nuirait à Kiev avec ses alliés occidentaux.

4. Les vétérans ukrainiens du conflit, également intéressés par la vengeance et suggérant également que Kiev n’est pas en contrôle de son propre régime.

5. Des représentants d’entreprises ukrainiennes en colère contre la confiscation de leurs biens par Zakharchenko.

6. Les services spéciaux russes ont soit préparé le terrain pour une nouvelle génération de dirigeants dans le Donbass, soit pour une nouvelle attaque élargie contre Kiev, peut-être en faisant de Zakharchenko un « héros mort » plutôt qu’un problème vivant.

Source: Window on Eurasia (traduction) / Paul Goble

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !