Suède : jugé raciste, un livre de la série pour enfants « Fifi Brindacier » est retiré des bibliothèques

0
336

Une commune suédoise a reconnu que ses bibliothèques s’étaient débarrassées des exemplaires d’un livre populaire pour enfants en raison d’expressions racistes qu’il contient, un journaliste local ayant même affirmé que les livres étaient brûlés.

Les anciennes versions du livre Fifi Brindacier «Fifi dans les mers du Sud», écrit en 1948, ont été retirées des étagères dans les bibliothèques de la municipalité de Botkyrka, en agglomération de Stockholm.

Le conseil de Botkyrka a contesté les affirmations du journaliste d’investigation suédois Janne Josefsson selon lesquelles les bibliothèques ont ciblé spécifiquement les livres «Fifi Brindacier» d’Astrid Lindgren, expliquant que se débarrasser de certains livres était un processus nécessaire pour que l’espace dans les étagères soit suffisant.

Les autorités municipales ont déclaré qu’ils se débarrassaient régulièrement de livres qui étaient «épuisés», «obsolètes» ou qui «n’ont pas été empruntés depuis longtemps» mais admis écarter les exemplaires de «Fifi dans les mers du Sud» en raison d’un contenu «raciste» et de les remplacer par une nouvelle édition de 2015, celle-là expurgée de d’expressions «racistes».

Dans la nouvelle édition de «Fifi dans les mers du Sud», l’expression «le roi des Nègres» ou «roi noir» – une référence au père de Fifi, que Fifi et ses amis retrouvent dans les îles exotiques appelées Couricoura en français après sa mystérieuse disparition –, a été remplacée par «le roi des Mers du Sud» et «Roi des Mers du Sud».

La série Fifi Brindacier avait déjà essuyé la polémique par le passé, ses détracteurs – notamment un théologien allemand –  lui reprochant la présence de «stéréotypes racistes coloniaux». Une scène de «Fifi dans les mers du Sud» dans laquelle un passage faisant allusion à des «enfants noirs [qui] se jettent dans le sable devant les enfants blancs», avait notamment été critiquée.

Janne Josefsson, le journaliste qui a ébruité le sujet, a d’abord soulevé le problème sur la radio suédoise, affirmant que Botkyrka brûlait des versions originales du livre de Lindgren.

« Allons-nous vraiment laisser ces choses disparaître ? »

«Il y a quelque chose en moi qui me dit, attendez une seconde maintenant, allons-nous vraiment laisser ces choses disparaître ? Ne devraient-ils pas pouvoir survivre afin que je puisse dire à mon enfant que c’est ainsi qu’ils ont parlé à l’époque ?», a-t-il déclaré au journal Expressen.

Janne Josefsson est persuadé que la destruction des exemplaires de 1948 du livre, qui met l’accent sur les mésaventures et les expériences de Fifi Brindacier (Pippi Longstocking dans la version originale), une jeune fille reconnaissable à ses tresses et ses cheveux roux, a été faite pour des raisons idéologiques.

«Ils essaient de dissuader tout [débat] en disant «nous faisons cela avec tous les livres qui sortent» mais ici c’est pour des raisons idéologiques, c’est parce que Botkyrka a quelque chose d’appelé politique interculturelle», a-t-il déclaré.

Ce n’est pas la première fois qu’un livre perçu comme raciste est écarté des étagères en Suède. Cette année, une bibliothèque à Stockholm avait refusé de stocker un livre traitant de l’immigration, de l’économiste Tino Sanandaji, affirmant qu’il «soutenait le racisme».

 

Source : traduction libre d’un article (en anglais) paru dans Breitbart / Wojciech Zdrokkowski

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © GrandFacho.com.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*