Tribune supporters: le Legia Varsovie cherche le carton rouge

0
369
Bartlomiej Zborowski / EPA / Scanpix / LETA

Le Legia Varsovie confirme avoir l’un des publics les plus chauds d’Europe. Mais l’un des plus intelligents ? Cela reste à démontrer après l’impair commis mercredi soir au match retour du 3ème tour de qualification pour la ligue des champions opposant le Legia Warszawa et FC Astana dans la capitale polonaise.

Le malaise n’est pas venu du score, le Legia Varsovie passant finalement l’épaule face à la modeste équipe kazakhe à la 76ème minute grâce à un but de Czerwinski (résultat final 1-0). Mais de la gigantesque bannière déployée dans les tribunes. « Au cours de l’insurrection de Varsovie les Allemands ont tué 160 000 personnes, des milliers d’entre eux étaient des enfants », pouvait-on lire sur une banderole. Au dessus de celle-ci, l’imposante image d’un homme sans tête en uniforme allemand pointant son pistolet sur la tempe d’un enfant.

L’insurrection de Varsovie fait référence au soulèvement armé contre la présence militaire allemande organisé par la résistance polonaise du 1er août au 2 octobre 1944 alors que les armées soviétiques qui avaient franchi l’ancienne frontière polonaise en janvier 1944 s’approchaient de la ville.

De fort mauvais goût – la guerre étant finie depuis longtemps, et une telle bannière n’ayant d’ailleurs pas sa place dans le cadre d’une rencontre sportive – l’initiative du « kop » polonais ne rapprochera probablement pas le club varsovien du prix du fair-play UEFA qui récompense chaque année les associations sur la base du comportement des clubs et des équipes durant la saison.

Les « ultras » polonais de Legia Varsovie nous avaient pourtant habitués à mieux jusqu’ici. Ainsi, le 4 juin en championnat national face à Legia Gdansk, ceux-ci avaient déployé un gigantesque légionnaire romain en noir et blanc avec un message clair : « A la vie et à la mort pour le Legia Varsovie » ainsi que l’année de création du club (1916) en chiffres romains en arrière-plan. Un tour de force, cette fois, à vrai dire un peu plus sympathique.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*