Un nationaliste blanc : « Pourquoi je ne soutiens pas Tommy Robinson »

0
661

Par Greg Johnson, dans Counter-Currents Publishing

Le vendredi 25 mai, Tommy Robinson, défenseur de la cause blanche au Royaume-Uni, a été arrêté devant le tribunal de la Couronne de Leeds alors qu’il diffusait en direct l’arrivée de présumés membres d’un gang musulman de violeurs d’enfants qui entraient dans le bâtiment pour la détermination de la peine. Après plus d’une heure, il a été arrêté.

Il a par la suite été reconnu coupable d’outrage au tribunal, notamment parce qu’il est illégal de filmer des personnes liées à des affaires judiciaires en cours. La violation de cette loi pourrait être utilisée par les avocats des accusés pour plaider en faveur d’un vice de procédure.

Oui, les actions de Robinson ont rendu plus probable la libération des défendeurs.

Robinson ne peut d’ailleurs pas plaider l’ignorance de la loi, car l’année dernière, il a été arrêté pour le même délit lors d’un procès pour viol collectif à Canterbury. Dans cette affaire, sa peine a été suspendue à condition qu’il ne récidive pas avant 18 mois. Parce qu’il a violé les conditions de sa peine avec sursis, on lui a ordonné de passer 13 mois en prison. Le juge a également ordonné que l’affaire ne soit pas discutée dans la presse – probablement en raison de la nature continue de la procédure. Apparemment, un nouveau lot de défendeurs sera jugé à partir de septembre.

Le fait que la sécurité de Robinson en prison soit menacée par un grand nombre de prisonniers non blancs et musulmans est malheureux. Mais ce n’est pas un argument contre l’emprisonnement, car cela lui donnerait carte blanche pour enfreindre la loi en toute impunité. Il devrait toutefois bénéficier d’une protection spéciale en prison.

Il est compréhensible qu’il existe une grande méfiance à l’égard du gouvernement britannique pour son rôle dans la dissimulation du viol collectif d’enfants blancs par des gangs musulmans. En outre, il y a de bonnes raisons de se méfier du gouvernement qui supprime les opinions dissidentes sur des sujets liés à la race et à l’immigration. Il y a donc eu un tollé dans la défense de Robinson, accusant le gouvernement de supprimer la liberté d’expression et de dissimuler un scandale.

Mais nous devons y réfléchir.

Aucun système juridique n’est parfait. Mais interdire l’outrage au tribunal n’est pas une forme illégitime et orwellienne de répression. Son but est d’assurer l’application régulière de la loi, en supposant que cela mène à la justice. Encore une fois, en s’ingérant dans les procédures judiciaires, Robinson a réduit la probabilité que les criminels soient punis. Mais il est quand même allé au tribunal.

Son mobile n’est pas clair. Étant donné qu’il avait déjà été arrêté pour le même délit, il savait clairement ce qu’il faisait. Il a donc dû juger que ce coup de publicité valait le risque de libérer un gang de violeurs d’enfants. C’est une décision égoïste à couper le souffle. Je ne vois aucun moyen d’éviter de conclure que Tommy Robinson est moralement imprudent et probablement un peu stupide.

Les nationalistes ne devraient donc pas se précipiter pour se défendre.

La loyauté envers notre équipe est admirable. Mais notre première loyauté devrait être à notre cause. Et si les gens discréditent notre cause, nous devons faire appel à eux. Tommy Robinson a fait du tort à la cause de la justice pour les victimes de violeurs d’enfants. Il a fait en sorte qu’il soit plus difficile, et non pas plus facile, que ces gangs de viols soient poursuivis avec succès.

Les défenseurs des Blancs ont tout le système contre nous. Nos seuls alliés sont la vérité et la justice. Notre plus grande source de crédibilité est de dire la vérité et de défendre la justice.

Mais la vérité et la justice ne sont pas du côté de Tommy Robinson. J’espère qu’il bénéficiera d’une garde en toute sécurité et de l’application régulière de la loi qu’il refuserait si facilement à d’autres. Mais les défenseurs des droits des Blancs du monde entier doivent garder notre crédibilité, et non pas la gaspiller dans ce qui est essentiellement un chimp-out blanc fondé sur la fausse prémisse que Tommy Robinson est un martyr de la liberté d’expression et de la poursuite de la justice pour les victimes des gangs pédophiles musulmans. Trayvon Martin et Michael Brown [ndr: deux affaire médiatiques aux Etats-Unis] n’étaient pas des enfants innocents martyrisés par des racistes. Ils étaient victimes de leur mauvais jugement et de leur comportement imprudent. Il en va de même pour Tommy Robinson.

Articles disponibles en français de Counter-Currents Publishing ici.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !