Une Suissesse de 56 ans se marie clandestinement avec son petit ami migrant de 27 ans lors d’une «cérémonie islamique»

0
335

Une Suissesse de 56 ans, arrêtée et condamnée pour avoir tenté de faire entrer clandestinement en Suisse son amant demandeur d’asile débouté, l’a finalement épousé lors d’une « cérémonie islamique » dans l’espoir qu’il puisse rester en Europe.

Barbara S. a épousé Nadeem Akram, un migrant pakistanais de 27 ans, en Italie, où le couple vit actuellement, suite à sa condamnation pour avoir tenté de le faire entrer illégalement en Suisse l’année dernière, rapporte le Blick.

Le couple vit en Italie parce que la femme n’aurait pas les moyens de payer l’amende infligée à la suite de sa condamnation et risque plusieurs jours de prison en cas de retour en Suisse.

Elle a déclaré à la presse suisse que son mariage n’était « pas exactement romantique », et a ajouté : « Un imam du Pakistan nous a épousé – au téléphone. Mais nous sommes ravis. »

La jeune femme de 56 ans a parlé de son nouveau mari en disant : « Il a obtenu un permis de séjour de six mois en Italie et peut maintenant même travailler. Dès que je reçois mon épargne en Suisse, je peux m’enregistrer officiellement pour résider en Italie. J’ai déjà un numéro d’identification fiscale. Alors rien ne s’oppose à un mariage reconnu. »

La tendance des femmes célibataires plus âgées à nouer des relations sexuelles avec de jeunes migrants a été observée en Autriche voisine, où l’on dit que les « sugar mamas » attirent les jeunes migrants avec de l’argent liquide et des cadeaux en échange de faveurs sexuelles.

Les migrants ciblés par les femmes se plaignent parfois qu’en dépit des cadeaux, les femmes en demandent trop. « Elle veut faire l’amour avec moi quatre fois par jour, je suis une machine à sexe pour elle, rien de plus », a déclaré un demandeur d’asile nommé Hasan.

« Le  » tourisme sexuel  » et l’abus sexuel des jeunes migrants a également été un problème parmi les bénévoles des organisations pro-migrant. A Calais, dans l’ancien camp de migrants « Jungle », plusieurs militantes ont été accusées d’abus sexuels sur des migrants, certains d’entre eux étant des enfants.

L’année dernière, l’organisation caritative américaine Mercy Corps a également fait l’objet d’une enquête du gouvernement grec qui a accusé les militants travaillant avec les migrants en Grèce d’abus sexuels.

Source : Breitbart / Chris Tomlinson

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Vos partages nous permettent de continuer, merci !