Une vidéo montre la réunion de cinq des militants de l’Etat islamique les plus recherchés de Grande-Bretagne

0
305
Capture écran / Youtube

Des images extraordinairement rares montrant la rencontre des terroristes les plus tristement célèbres de Grande-Bretagne dans un cybercafé utilisé par des militants de l’État islamique pour préparer des attentats ont été rendues publiques.

La vidéo, obtenue par le quotidien anglais The Telegraph, prouve pour la première fois que les hommes se connaissaient et donne un aperçu rare de la vie des combattants étrangers à l’intérieur de l’État terroriste.

Les hommes représentés sont Mohammed Emwazi, alias Jihadi John, qui a décapité deux Britanniques et trois Américains dans des vidéos de propagande; Junaid Hussain, un pirate d’État islamique et mari de la femme la plus recherchée du Royaume-Uni, Sally Jones; Reyaad Khan, un recruteur et converti chrétien; et Raymond Matimba, sniper né au Zimbabwe.

L’un des hommes représentés sur les images diffusées cette semaine par The Telegraph est Mohammed Emwazi, alias Jihadi John, qui a procédé à des atrocités pour des vidéos de propagande.

Depuis, les frappes aériennes et de drones britanniques et américaines ont tué Emwazi, Hussain et Khan, et seul Matimba est supposé en vie.

Selon The Telegraph, qui a obtenu le clip, le café de Raqqa, la capitale du califat, était un lieu important où les terroristes pouvaient se rencontrer, discuter et même planifier des attaques contre l’Occident.

Images filmées en 2014 sorties clandestinement

Le journal a déclaré qu’un homme syrien, qui l’a fait sortir clandestinement de Raqqa plus tôt ce mois-ci, après que son quartier ait été libéré par les forces américaines, a filmé secrètement les images en novembre 2014.

Il a demandé à ne pas être identifié, à protéger la sécurité de sa famille qui vit toujours dans un État islamique, et a expliqué comment il avait gagné la confiance des djihadistes après des mois de discussions avec eux.

Il est bien versé dans les écritures saintes islamiques et la charia, l’aidant à devenir l’un des rares habitants locaux autorisés à entrer dans le café, principalement utilisé par les militants britanniques et européens.

En 2015, il prétend avoir entendu deux terroristes français et un belge comploter les attentats de Paris. Des mois plus tard, les hommes sont retournés en Europe en se faisant passer pour des demandeurs d’asile et ont commis les massacres du Bataclan et du Stade de France, faisant 130 morts.

Une conversation plus bénigne peut être entendue dans les images entre l’homme du coin et Junaid Hussain, le Britannique demandant d’obtenir une nouvelle carte mémoire pour son ordinateur et de transférer de l’argent.

Hussain a été formé à l’informatique, un pirate craint, et l’un des plus importants recruteurs en ligne de l’État islamique avant d’être tué.

La source a déclaré que l’ordinateur portable de Hussain était à court d’espace, car il était rempli de vidéos d’État islamique. Emwazi et Khan peuvent être vus en train de parler tranquillement sur le canapé à l’arrière-plan.

« Emwazi n’était violent que dans les médias, mais dans la vie normale, il était une personne calme », a déclaré la source au Telegraph.

« Il parlait doucement et peu, mais quand il le faisait, il était respecté. Il ne faisait jamais de mal en public, il évitait tout contact avec les civils dans la rue. »

« Junaid était le type de l’informatique, le contrôleur, le leader. Il était le plus craint. Quand il entrait dans le café, les autres se levaient et le regardaient. Il dirait à tout le monde ce qu’il faut faire », dit-il.

Source : traduction d’un article (ang) paru dans Breitbart / Liam Deacon

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Entrez votre nom ici

*