La Chine est supérieure au Brésil métissé mais inférieure au Brésil blanc

0
920

Par Ricardo Duchesne


Nous offrons ici à nos lecteurs une traduction en français de cet article paru le 7 décembre 2018 sur Council of European Canadians. Texte original en anglais de Ricardo Duchesne (photo ci-dessous), sociologue, professeur à l’Université de New Brunswick.


En ces temps de bouleversements, les pays occidentaux font preuve d’arrogance morale dans leurs préjugés effacés contre leur culture et leur histoire, attribuant leur succès à des facteurs externes tels que les contributions « enrichissantes » des immigrants, tout en attribuant leurs échecs à des facteurs internes tels que leurs politiques passées d’immigration uniquement blanche. La Chine communiste ne se soucie guère d’une telle démagogie morale, déclarant récemment que sa culture et son peuple sont supérieurs à ceux du Brésil et à tous les autres peuples du monde.

Selon Ding Gang, journaliste des médias d’Etat chinois, les Brésiliens sont des paresseux incapables de moderniser correctement leur pays, alors que les Chinois sont plus intelligents, travailleurs, diligents, frugaux, axés sur la famille et manifestement supérieurs aux autres races pour ce qui est d’obtenir de meilleurs résultats. « Cela peut sembler raciste, écrit Gang, de différencier le développement basé sur la culture. Mais après avoir vécu un moment au Brésil, vous trouverez la réponse. »

Les Brésiliens ne sont pas prêts à faire preuve d’autant de diligence et d’ardeur au travail que les Chinois. Ils ne valorisent pas non plus les économies pour la prochaine génération, comme le font les Chinois. Pourtant, ils exigent le même bien-être et les mêmes avantages que ceux des pays développés[…] Les Chinois ont un énorme potentiel de bonheur familial et personnel[…] Sur le plan de la culture politique, la civilisation chinoise ne jouit peut-être pas de la plus longue histoire de toutes les civilisations anciennes, mais elle a survécu à des vicissitudes depuis des milliers d’années et prospère toujours – le symbole de la vitalité du peuple chinois et de la création – ainsi que l’expression même de la culture politique dans la civilisation chinoise.

Breitbart cite d’autres articles parus dans les médias d’Etat chinois affirmant que la chute de l’Union soviétique était due à l’absence d’une culture traditionnelle aussi bonne que celle de la Chine, qui a réussi à fusionner le communisme avec sa propre éthique confucianiste magnifique. Les médias d’État chinois disent aussi que les Chinois sont supérieurs aux toxicomanes, aux criminels et aux Américains plus paresseux. Aucun autre peuple n’a la même capacité de travail que les Chinois.

Qu’est-ce qui pousse les Chinois à travailler si dur ? Il ne s’agit pas seulement de la recherche de meilleurs salaires, de l’économie domestique, mais aussi de leur mentalité et de la culture du lieu de travail… Le confucianisme est toujours pertinent. Même en Asie, les Chinois sont considérés comme plus travailleurs que les habitants d’autres pays.

Il est difficile de remettre en question la supériorité chinoise par rapport aux hommes blancs affaiblis qui aiment la diversité. Mais au-delà de cette réalité émergente, comparons la Chine à ces régions du Brésil où les blancs restent majoritaires. Les États brésiliens ayant les pourcentages les plus élevés de Blancs sont les trois situés dans le sud du pays : Santa Catarina (84% de Blancs), Rio Grande do Sul (82,3%), Paraná (70%) et São Paulo (60,6%).

Est-ce une coïncidence si les États les plus blancs du Brésil affichent le plus haut niveau de bien-être économique ? Ces États ont le revenu par habitant le plus élevé, les taux d’analphabétisme les plus bas, l’espérance de vie moyenne la plus élevée, le taux d’homicide le plus bas et les niveaux de corruption les plus bas. Les villes de ces États ont la réputation d’être « propres, sûres et organisées ».

Si nous ajoutons aux États les plus blancs les régions du Sud-Est qui comptent le plus grand nombre absolu de Blancs, à savoir São Paulo, Minas Gerais et Rio de Janeiro, nous parlons essentiellement du cœur du développement, de la prospérité et de la modernisation du Brésil.

Beaucoup d’Allemands dans le Rio Grande do Sul.

Nous devons garder à l’esprit que la proportion de Blancs dans tous ces États a diminué au fil des ans. Ces États ont été construits à partir de zéro par les Blancs. Par exemple, le Rio Grande do Sul était blanc à 88,7% en 1940, il est maintenant à 82,3%. La proportion de Blancs à São Paulo a diminué (au cours des mêmes années) de 84,9% à 60,6%. Minas Gerais était de 64,2% en 1940, il est maintenant de 47,2%.

Parce qu’ils ont été les meilleures régions du Brésil, les migrants non blancs ont été inondés à la recherche d’emplois, de bien-être et de vie moderne gracieusement offerts par la population blanche fondatrice. Je l’ai déduit sans aucune preuve. Ma première recherche m’a permis d’obtenir une étude à l’appui de cette conclusion. Selon l’Encyclopédie des migrations humaines dans le monde :

Les flux migratoires internes étaient les plus importants dans les mouvements du nord-est vers le sud-est. L’explication habituelle de ce mouvement fait référence à la pauvreté et au manque d’opportunités d’emploi dans le nord-est combiné à la concentration des industries dans le sud-est, principalement dans l’État de São Paulo.

Comment la Chine se compare-t-elle aux régions plus blanches du Brésil ? Le produit intérieur brut par habitant en Chine était de 7329,09 dollars américains en 2017. Le PIB par habitant du Brésil a été estimé à 11200,00 USD. Les États du sud-est du Brésil ont des revenus par habitant plus élevés. Bien qu’il ne faille pas sous-estimer la puissance économique croissante et la modernisation de la Chine, une bonne comparaison entre ces deux pays en termes de bien-être économique global, et pas seulement en termes de PIB, montre un Brésil avec un classement IDH supérieur. Les régions les plus blanches du Brésil surpassent nettement la Chine. Le taux d’homicides par race et par État montre clairement que les Blancs brésiliens sont aussi pacifiques que les Suisses.

En utilisant la logique et les arguments des médias d’Etat chinois, nous devons conclure que le peuple blanc du Brésil est supérieur au peuple Han inférieur de Chine. De même, cependant, nous devons reconnaître que les nations blanches qui connaissent une diversification raciale seront de plus en plus divisées en zones mixtes raciales sous-développées et en zones blanches encore en développement. Les affirmations des Chinois sur leur supériorité par rapport aux nations occidentales en voie de diversification sonneront inévitablement de plus en plus vraies si nous n’arrêtons pas nos élites mondialistes et traîtres.

Articles disponibles en français du Council of European Canadians ici.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !