La démocratie directe dans l’Allemagne hitlérienne

0
541

Paru dans The Ethnic-European

Les médias du référendum Brexit font de grands discours mais n’ont pas grand-chose à dire sur la seule nation européenne qui a réellement pratiqué la démocratie pour le peuple par le peuple. L’Allemagne d’Hitler n’a pas seulement invité l’électorat à participer à la gestion de son propre pays, elle l’a fait avec un succès considérable.

Berlin 1930s (8)

Dans toutes les questions d’importance nationale de l’Allemagne nationale-socialiste (1933-1945), l’assemblée élue du Reichstag a pris soin d’inviter l’opinion des électeurs allemands à approuver les décisions de leur parlement et à lui donner leur approbation finale. Une telle démocratie n’avait jamais été pratiquée auparavant ou depuis lors nulle part en Europe, bien que la Suisse et l’Autriche aient depuis adopté l’initiative nationale-socialiste.

Berlin 1930s (9)

L’initiative nationale-socialiste était accompagnée d’un processus au cours duquel les familles et les collègues de travail pouvaient discuter entre eux des avantages et des inconvénients des événements qui allaient façonner l’avenir de leur pays.

Lors de plébiscites (référendums) typiques, plus de 90 % de la population a pris part à un référendum au cours duquel on lui a demandé si elle soutenait la position de son gouvernement. La plupart des électeurs l’ont fait lors d’un référendum auquel ont participé des observateurs étrangers et indépendants. Les bulletins de vote de chaque référendum étaient facilement compréhensibles et on pouvait voter soit par un simple oui, soit par un non.

La forme nationale-socialiste de la démocratie était fondée sur le principe de la «communauté du peuple ». Le processus électoral populaire a ses origines à l’époque de Périclès, « le premier citoyen d’Athènes » et ce qui a été surnommé « l’âge d’or de la Grèce antique » (495 av. JC – 429 av. JC).

Au sujet de la participation du peuple allemand au gouvernement, le président-chancelier Adolf Hitler a déclaré : « Le résultat de la révolution en Allemagne a été d’établir une démocratie dans le meilleur sens du terme. Nous nous dirigeons vers un ordre des choses garantissant un processus de sélection naturelle et raisonnable dans le domaine du leadership politique, grâce auquel ce leadership sera confié aux plus compétents, quels que soient leur origine, leur nom ou leur fortune. Les paroles mémorables du grand Corse que chaque soldat porte un bâton de feld-maréchal dans son sac à dos, trouveront leur complément politique en Allemagne. »

Le système national-socialiste de démocratie populaire (référendum) a été interdit par les Alliés. Ils prétendaient que le système de plébiscite avait été « abusé » dans l’Allemagne hitlérienne. Les Alliés victorieux considéraient qu’il était inacceptable que le peuple soit autorisé à voter sur des questions qui touchaient leur nation.

Pendant la période du Reich (1933-1945), la forme de gouvernement du Reich selon la volonté du peuple était pure et basée sur le principe de la réalisation de changements majeurs basés sur un référendum populaire. Voici quelques exemples de démocratie directe dans le Reich hitlérien :

  • 12 novembre 1933. Quitter la Société des Nations. Résultat : 95,1% oui.
  • Le 19 août 1934, après la mort de Hindenburg, le chancelier et le président du Reich allemand devraient être une seule personne. Résultat : 89,9% oui.
  • L’occupation militaire de la Sarre par la France. Le 13 janvier 1935, les habitants de la Sarre souhaitaient à 90,8% rejoindre l’Allemagne hitlérienne, à 8,8% l’Allemagne autonome, à 0,4% la France.
  • 29 mars 1936, présence militaire allemande sur le Rhin, Résultat : 98,8% oui.
  • 10 avril 1938, unification avec l’Autriche, Résultat : Allemagne 99,01%, Autriche 99,73%.
  • 2 décembre 1938, faire des élections dans le pays des Sudètes, Résultat : 98,78% oui.

Le 25 mai 2005, un homme politique allemand a assigné le gouvernement allemand en justice. Le parlementaire a contesté la décision constitutionnelle qui, uniquement en Europe, interdit au peuple allemand de recourir à un référendum pour se prononcer sur des questions importantes concernant l’Etat. La contestation de l’homme politique optimiste a été déclarée irrecevable.

REPRODUCTION LIBRE : Nous sommes des partenaires et non des rivaux. Réimprimez nos articles pour attirer un grand nombre de lecteurs sur votre blog d’actualités.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !