Du devoir germanique au devoir européen

0
549

RASSENPOLITIK, SS HAUPTAMT

Cette guerre au cours des 4 années de sa conduite jusqu’à présent a montré au peuple allemand de plus en plus d’horizons pour ses futures missions. Aujourd’hui, la nation allemande doit, volontairement ou non, faire face à la tâche de créer l’avenir du continent européen. C’est surtout l’unification allemande qui a donné à la nation allemande le pouvoir d’accomplir cette tâche. La solution à venir n’est pas uniquement basée sur les conflits armés. Le problème de la nouvelle organisation de la coexistence des nations européennes attend une solution consciente de son ampleur historique et actuelle. La conscience du terrain commun germanique, qui s’est progressivement perdue dans le temps, s’est éveillée et trouve son expression dans les unités néerlandaise, norvégienne et danoise de la Waffen SS. Cette guerre est une guerre d’idéologie.

Comme les théories de la nation du passé ont dû faire place à la doctrine de l’Empire allemand, ainsi l’idéologie germanique commune s’intégrera dans les problèmes démographiques polymorphes de l’Europe.

L’Allemagne y occupe cependant une place plus importante, compte tenu de son histoire, de sa responsabilité historique et de l’importance des pertes de sang qu’elle a subies.

D’où l’implicite de son leadership, donc le fait que les nations européennes s’appuient sur l’Allemagne, donc l’alignement des différentes unités européennes de la Waffen SS.

L’Allemagne est désignée pour libérer toutes les nations cultivées d’Europe, non pas en imposant ses propres particularités aux autres nations, mais en enseignant à toutes les nations à prendre conscience d’elles-mêmes et de leur propre histoire unique.

Quel est notre objectif ? Garantir à la nation allemande une vie dans la liberté et la dignité et faire d’elle un membre d’une famille européenne heureuse de nations. Les nations d’Europe ne se fragiliseront plus par les guerres entre frères, mais utiliseront leurs pouvoirs en libre évolution pour obtenir un grand accomplissement commun. Une nouvelle ère d’ordre et de création verra l’Europe comme la première puissance culturelle du monde, trouvant son plein épanouissement dans les activités créatives.

COMMENT LES PEUPLES D’EUROPE VIVRONT-ILS ENSEMBLE ?

Le Reich est le centre naturel et le point de rassemblement de l’Europe, le peuple allemand fait partie de la famille des peuples européens.

La relation du Reich avec l’Europe n’est pas la voie oppressive de l’impérialisme. L’Etat impérialiste ne connaît pas les termes « peuple » ou « race » et ne peut donc pas les honorer.

Dans les systèmes impérialistes, les minorités sont soumises à une oppression brutale de l’Etat ou doivent changer leur orientation nationale (polonisation, tchéquisation, russification, hongroisisation). La famille des nations européennes deviendra une camaraderie de nations. Ses membres sont dans la même relation que les Allemands de souche sur le territoire du Reich. Cette famille européenne de nations aura pour devise : les bénéfices de la communauté européenne ont la priorité sur les profits nationaux.

Chaque communauté européenne a ses racines dans sa propre origine ethnique et ce n’est qu’en préservant et en développant librement son caractère unique national et ethnique qu’elle peut apporter sa meilleure contribution à la vie culturelle de la communauté européenne.

Il n’y aura pas de phasage des gens ni d’appauvrissement de l’unification. Chaque nation, par pure ethnicité, apportera sa propre contribution. L’Europe a donné beaucoup de choses au monde. Les plus grandes réalisations de la civilisation viennent d’Europe. L’américanisme et le bolchevisme consomment ce qui a été reçu de l’Europe.

La culture européenne sera la force qui assurera à l’avenir sa place dans le monde et l’avancée de son Lebensraum (espace vital).

RACE

La majorité de la population européenne et allemande se compose de six races, la répartition de chacune étant différente d’une nation à l’autre. Ils appartiennent entièrement au groupe de races « Europoide » et sont plus ou moins semblables les uns aux autres. Ce sont 1. les nordiques 2. les phaliques 3. les dinariques 4. les orientaux (alpins) 5. les orientaux baltes/européens de l’Est et 6. les occidentaux (méditerranéens). Ce sera ici une brève introduction aux propriétés physiques et spirituelles les plus importantes de ces races.

  1. L’être humain nordique est grand, a besoin d’une longue période de maturation et arrive tardivement à maturité. Le corps haut et très structuré est un outil sophistiqué pour se déplacer et porter, les jambes sont créées pour les pas larges, les mains et les bras pour créer. Les os et les muscles sont développés pour être puissants. La peau frappe par sa douceur et sa coloration, les yeux sont lumineux, les cheveux sont doux et blonds. Les particularités de l’âme nordique sont enracinées et ancrées dans le corps. L’âme nordique, toujours jeune comme elle, ne se dissout pas seulement dans l’environnement, elle est « dirigée vers le monde ». Dans ses mouvements et ses actions, elle est activement dirigée vers l’infini de l’espace. Elle doit conquérir des territoires mais aussi les modifier, les reconstruire et les posséder avec créativité. L’âme nordique ne se dissout pas dans l’environnement, elle y laisse son empreinte. Le nordique doit continuellement travailler sur son attitude, le nordique est sa propre tâche et sous sa propre responsabilité. L’âme nordique est conquise par la rationalité et la volonté, ce qui lui donne clarté et éclat, intelligence et fraîcheur. Elle garde la distance par rapport à l’environnement. La congruence de l’intérieur et de l’extérieur, l’intériorité et les limites de l’environnement sont tâche, problème et nécessité en un. Aucune des âmes créées par la race n’est si dépendante pour être en harmonie avec elle-même. La grandeur et le danger se manifestent dans son caractère fondamental naturel. Seule l’âme nordique était capable de devenir « Dr Faust », de progresser éternellement, de ne trouver que l’épanouissement personnel en progressant, en créant et en faisant des recherches, sans jamais se reposer, en se perdant dans le monde réel, en atteignant l’infini et le non accompli.

Dans la mesure où l’âme « phalique » diffère spirituellement et physiquement de l’âme nordique, l’unicité et l’ethnicité résident dans sa sévérité et l’élan interne élémentaire. Ce que l’« attitude » est pour l’âme nordique, c’est la « classe » pour la dynamique nordique phalique et pousser en avant est complémentaire de la cohérence phalique.

Tant que les âmes dinariques diffèrent des âmes nordiques et haliques, c’est dans sa nativité et son manque de tact ; la puissance et la rugosité entre-temps.

Les principales caractéristiques physiques et spirituelles de l’âme occidentale sont également cohérentes en elles-mêmes. Dans sa petitesse et sa prématurité, sa facilité et sa petitesse de corps et de membres, sa douceur veloutée et la coloration bronzée de la peau et des yeux, les traits uniques de son âme sont ancrés. L’âme occidentale, plus adaptée et intégrée à l’environnement que l’âme nordique, est la plus souple et la plus facile à manœuvrer et est dans sa forme la plus forte exposée aux changements d’humeur. En parallèle, elle est totalement érotique, accessible, ouverte d’esprit et connectée au contenu érotique coloré et chaleureux de la vie.

Complètement différente en elle-même ; à sa manière ethnique et autonome, unique en son genre, l’âme ostique fait face au nordique. Le corps ostique est de croissance plus courte, comprimé, arrondi, jambes courtes, bras longs, pas si extrêmement structuré, bien rembourré, tout autour rond et doux. L’âme ostique s’adapte à sa nature environnante et garde le contact avec elle. Elle y vit et veut communiquer avec elle. Son monde est assez secret, arrondi, réchauffé par les émotions. L’âme ostique, autant qu’elle est connectée à son environnement, repose et trouve la paix en elle-même, elle reste dans son ambiance dévouée, elle vit et se dissout dans le gel, y sent son sentiment de sécurité et de douceur. Connectivité à l’environnement ; être porté par les émotions, la chaleur émotionnelle sont des caractéristiques importantes de l’âme ostique, qui sont surtout contrat à la conscience éclairant la fraîcheur et la sécheresse de l’âme nordique. La force et le danger sont aussi étroitement liés dans l’âme ostique. La sécurité, la caresse, la portabilité, la chaleur et l’adaptabilité fixent cependant aussi des limites et des obstacles naturels infranchissables.

La race balte septentrionale est inhomogène en soi. Ce sont des êtres courts, tardivement mûrs. Les silhouettes angulaires de l’ensemble sont rondes, mais aussi arrondies et bombées dans les détails. Les yeux sont brillants mais pas aussi transparents que dans les pays nordiques. L’âme balte du Nord pour notre compréhension est la moins homogène. Elle est adaptée et inadaptée en un seul. Son avance n’est pas en conquérant comme dans l’âme nordique, son calme n’est pas épanouissant comme dans l’ostique. Ses réflexions conscientes ne trouveront que rarement un éclairage fructueux, parce qu’il lui manque la relation érotique avec l’environnement. L’âme balte orientale est conquise par la volonté, et en parallèle consciente et dédiée à l’émotion, fragile dans ses attitudes. Sa volonté viole parfois la réalité.

via NS Europa

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !